Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Livres > Blog article: À bout de forces : le passage du col de Gezbeli dans les monts du Taurus

À bout de forces : le passage du col de Gezbeli dans les monts du Taurus

17 août 2015 | Publié dans Livres | 1 Commentaire
  Favoris & Partage
Montagnes d’Anatolie

« Au petit matin, après une nuit pénible dans l’arrière-salle enfumée du café, je trouve toutes les portes closes. Impossible de m’attarder jusqu’au réveil de mes hôtes car une dure et longue étape m’attend. Après avoir déposé un mot de remerciement sur le comptoir pour Quasimodo, j’ouvre la fenêtre, l’enjambe et m’éloigne rapidement, comme un voleur.

Cette journée restera l’une des plus éprouvantes de mon périple. Je suis malade depuis trois jours et l’âcreté de l’atmosphère enfumée du café a achevé de me prendre à la gorge. Chaque goulée d’eau pourtant tellement indispensable devient si douloureuse que je préfère souffrir de la soif.

En trois jours, j’ai parcouru 140 km et j’en ai prévu 45 de plus pour aujourd’hui, y compris le passage du col de Gezbeli à près de 2 000 mètres. La raison aurait dû m’arrêter, mais où ? À Develi, j’aurais pu coucher une nuit supplémentaire à l’hôtel, mais j’ai voulu profiter de la fenêtre météo favorable. À Bakirdagi, je n’aurais pas pu abuser plus longtemps de l’hospitalité de Quasimodo. Si l’on m’accueille parfois à bras ouverts, mon passage doit rester bref. La meilleure volonté s’épuise rapidement devant un étranger qui s’incruste.

Avancer. Avancer toujours. Je n’ai pas d’autre choix.

La route déserte s’élève en lacets sur les flancs arides de la montagne. Elle monte. Monte sans fin. Pendant plus de 25 km. Sous une alternance de soleil brûlant et de vent glacé. Les tempêtes ont si souvent balayé ces parages inhabités, la neige a tellement raviné les pentes au printemps que les bourrasques ne soulèvent même plus de poussière. Remontant les versants, s’engouffrant dans les vallées, rabotant les sommets, elles tournoient, sèches, invisibles et mordantes sur la terre pierreuse.

Courbé sur la pente et luttant contre les rafales, je m’obstine à avancer. Je me contrains à ne pas espérer le col à chaque tournant. Mes jambes se meuvent comme des automates : elles savent mieux que moi où est leur devoir. Le rythme mécanique de l’ascension me saoule. L’esprit se détachant peu à peu de mon corps malade, mes pensées flottent ailleurs, hallucinées de fatigue. Je ne sais même pas si j’arriverai au bout de l’étape prévue. J’ignore où j’abriterai ce soir mon épuisement. Tout cela se terminera peut-être par une nuit dehors. Autour de moi, rien que des montagnes âpres, hostiles et râpeuses comme l’irritation qui m’enflamme la gorge.

Au loin apparaît enfin une étroite encoche dans le relief. Le col de Gezbeli : 1 960 mètres. Au-delà de cette ultime bosse, je commencerai ma descente vers la Méditerranée.
La route monte toujours.
Encore plusieurs kilomètres de progression machinale sur le ruban qui contourne capricieusement les sommets.

Le ciel enfin s’abaisse à hauteur d’homme. […]

La route de terre battue zigzague en pente douce au-delà du col, épousant le flanc des montagnes qui, après la nudité absolue des versants anatoliens, commencent à se piqueter de pins noirâtres. Ce devrait être du gâteau, la cerise sur le gâteau d’un franchissement réussi, mais, en ce jour éreintant, même la descente est éprouvante.

Je suis exténué.

Je m’arrête de plus en plus souvent, doublé par quelques véhicules traînant derrière eux un nuage de poussière. Malgré mon accablement, je n’ai aucune envie de monter à bord, mais comme la route est dure ! À l’épuisement des derniers jours s’ajoute le contrecoup d’avoir mis derrière moi ce fichu Taurus qui m’effrayait tant. Ce passage ouvre béantes les vannes de la fatigue indéniablement accumulée depuis Istanbul. Je craignais tellement ce col que j’en ai rêvé toute la nuit : comme si ce n’était pas suffisant de le passer une fois ! »

 
Texte extrait de : Pèlerin d’Orient – À pied jusqu’à Jérusalem, un livre à découvrir et acheter en ligne avec la dédicace de l’auteur (voir ci-dessous)

Dans le labyrinthe des chemins qui conduisent à Jérusalem, François–Xavier de Villemagne a choisi les sentiers oubliés de l’Europe orientale, l’immense plateau anatolien et les déserts du Levant.

Compagnon imaginaire des pèlerins de jadis, c’est à pied qu’il a tracé sa propre voie, en quête de paix intérieure. Depuis Paris, il a ainsi parcouru 6 400 kilomètres en huit mois, emporté par son élan vers la ville trois fois sainte. Un chemin riche de rencontres, et aussi une expérience de découverte de soi.

Pourquoi partir ? Comment affronter la solitude et, de sédentaire, devenir passant ? Au fil des mois, les questions se précisent et des réponses se dessinent, tandis que se profile la terre des prophètes. Le lac de Tibériade et les oliveraies de Samarie seront les dernières étapes avant Bethléem, en Judée, que l’auteur atteint avec émotion la veille de Noël.

moyens de paiement acceptés

Si vous souhaitez commander un ou plusieurs livre(s) dédicacé(s) par l’auteur, vous pouvez utiliser l’achat en ligne ci–dessous :

  • indiquez le nom de la personne à qui adresser la dédicace
  • ajoutez éventuellement des indications supplémentaires pour personnaliser la dédicace (ex : fan de randonnée, amoureux de l’Italie, a pèleriné sur les chemins de Compostelle, rêve de se rendre à Jérusalem etc.)
  • payez par carte bancaire sur le site sécurisé Paypal
  • le prix par exemplaire est de 22,5 € + 2 € de contribution aux frais de port
  • Les dédicaces sont bien sûr manuscrites (de la main de l’auteur !)
  • Des indications complémentaires sont disponibles dans la Foire aux questions.
    Vous pouvez aussi prendre contact directement avec l’auteur par courriel :
Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem
Nombre d’exemplaires :

 Pèlerin d’Orient
À pied jusqu’à Jérusalem

Dédicacer à :

Autres indications pour personnaliser la dédicace :

Maximum : 200 caractères

Tarif par exemplaire pour la France métropolitaine : 22,50 € + 2 € de contribution aux frais de port. Si les livres doivent être expédiés en France métropolitaine et si l’envoi en lettre prioritaire vous convient, il n’y a pas d’autres frais postaux à ajouter. Sinon :

  • Pays de l’Union européenne, Suisse et Dom : + 2 € par exemplaire
  • Tom : + 7 € par exemplaire
  • Recommandé R1 : + 3 € par exemplaire (Indemnité en cas de perte : 16 €)

 

  1. Calculez le montant des frais postaux complémentaires éventuels pour votre commande
  2. Ajoutez, si vous le souhaitez, des explications sur le décompte dans la case prévue à cet effet
  3. Inscrivez le montant dû et cliquez sur le bouton « Frais postaux complémentaires »
     
    Pour un envoi hors Union européenne et Suisse, ou pour d’autres modes d’acheminement, prendre contact par courriel : avant d’acheter en ligne, afin de connaître les conditions.

Total des frais postaux complémentaires :  €
 
Détail des frais postaux :

Maximum : 200 caractères      

 

 

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 6218 fois, 1 aujourd’hui |

Suivre la discussion

Une réponse à : “À bout de forces : le passage du col de Gezbeli dans les monts du Taurus”

  1. guenievre :

    just thanks!!!

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises