Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Lieux saints > Blog article: Accord historique à Bethléem sur la rénovation de la basilique de la Nativité

Accord historique à Bethléem sur la rénovation de la basilique de la Nativité

16 décembre 2015 | Publié dans Lieux saints | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Basilique de la Nativité à Bethléem - Cisjordanie
Basilique de la Nativité à Bethléem

Alors que la coexistence entre les différentes communautés chrétiennes en Terre sainte est réputée difficile et tendue, un accord important a été signé le 2 septembre 2010 à Bethléem sur la restauration du toit de la basilique de la Nativité.

L’accord a été signé par le Père Custode de Terre Sainte, Frère Pierbattista Pizzaballa, le patriarche grec orthodoxe Théophile III et le représentant du patriarche arménien Torkom II Manouguian.

Dans la basilique de la Nativité, comme dans les quatre sanctuaires auxquels s’applique le Statu Quo(*), aucune rénovation ne peut être effectuée sans l’accord des trois « co-propriétaires ».

La cérémonie a eu lieu en présence du premier ministre palestinien, M. Salam Fayyad et de M. Ziad Al Bandak, conseiller du président Mahmoud Abbas pour les affaires chrétiennes et également président du comité pour la rénovation de l’église.

Cet accord a été rendu possible en raison de l’insistance du président Mahmoud Abbas qui, en novembre 2008, avait déjà demandé aux Églises de parvenir à un accord. Le président de l’Autorité palestinienne a appuyé son geste par un budget d’un million de dollars, selon l’information donnée par l’Agence France Presse sur l’événement.

En parlant au Centre Multimédia Franciscain, Fr. Pizzaballa a déclaré : « c’est le début d’une nouvelle manière de vivre ensemble à Bethléem. Cette basilique très ancienne qui avait besoin de restauration était devenue le symbole de notre incapacité à parler l’un à l’autre. J’espère qu’elle deviendra au contraire le nouvel espace où les Églises pourront montrer leur capacité de collaboration. »

Le professeur Remigio Rossi, chef du groupe d’experts internationaux pour la rénovation, était aussi présent à la signature. Le travail devrait prendre 150 jours. La date de début des travaux n’est pas encore connue.

Quiconque a visité la basilique un jour pluvieux n’a pu manquer d’être surpris par les flaques sur le sol. Le toit, qui avait été laissé pratiquement sans réel entretien depuis sa restauration précédente en 1832, a été énormément endommagé, à tel point que les restes des mosaïques et des fresques sont aussi en très mauvaise état.

La basilique de Bethléem est non seulement un des lieux saints les plus importants de christianisme, mais c’est aussi une des églises les plus vieilles du monde. Construite au début du IVe siècle par l’empereur Constantin, elle fut agrandie et embellie par l’empereur Justinien au début du VIe siècle. Elle fut épargnée pendant les invasions des troupes de perses de Chosroès au VIIe siècle parce que les rois mages étaient représentés avec des costumes orientaux.

La majeure partie de la structure actuelle du toit date de l’importante restauration entreprise entre 1435 et 1479. Dans un rapport par l’UNESCO de 2000 concernant le toit de la basilique de la Nativité, les experts rappellent qu’un toit a généralement une durée de vie de 150 ans et ils étaient très étonnés que la structure ait perduré trois fois ce temps-là.

Signature à Bethléem de l’accord sur la rénovation de la basilique de la Nativité
Signature à Bethléem de l’accord sur la rénovation de la basilique de la Nativité

 

(*) Le Statu Quo est un accord qui régit les rapports entre les communautés orthodoxes, latines et arméniennes dans la répartition des lieux, des temps de prière dans les sanctuaires où elles sont simultanément présente : la basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem, la basilique de la Nativité à Bethléem, le tombeau de la Vierge à Jérusalem et l’oratoire de l’Ascension sur le Mont des Oliviers.

À la suite de multiples controverses sur la garde de ces Lieux saints, controverses qui impliquaient aussi les grandes puissances de l’époque (France, Russie, Empire ottoman etc.), les Turcs décidèrent en 1852 de figer la situation telle qu’elle était alors. Cette situation est consignée dans un firman qui acquit par la suite une valeur de traité international. Ce texte du Statu Quo de 1852 régit encore à ce jour la vie dans les quatre Lieux saints cités.

 
Source : Terrasanta.net

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 3751 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises