Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Alexandre le Grand > Blog article: « Alexandre le Grand, l’Immortel » : une exposition au Musée de l’Ermitage d’Amsterdam

« Alexandre le Grand, l’Immortel » : une exposition au Musée de l’Ermitage d’Amsterdam

1 avril 2014 | Publié dans Alexandre le Grand | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Hercule [Héraclès] tenant les pommes des Hespérides – Marbre romain du IIe siècle après J.-C. d’après un original grec de 350-300 avant J.-C.- Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg

De septembre 2010 à mai 2011, le musée de l’Ermitage d’Amsterdam (antenne du fameux musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg), consacre une grande exposition à « Alexandre le Grand, l’Immortel ».

La gloire du conquérant macédonien transcende les siècles. Alexandre servit d’exemple à de nombreux souverains européens, russes ou islamiques. Des peintures, des tapisseries et l’art décoratif décrivirent la vie et l’histoire d’Alexandre. L’exposition couvre tous ces aspects, avec des objets de l’Antiquité classique à l’âge moderne, d’origine occidentale et asiatique.

L’exposition est consacrée à la fois à Alexandre lui-même aux grands changements culturels et artistiques qui ont suivi ses conquêtes.

Le parcours commence par le mythe d’Alexandre. Des peintures datant du XVIIe au XIXe siècles, des tapisseries et des objets d’art décoratif montrent ses actes d’héroïsme et ses conquêtes. Par exemple, Alexandre le Grand et Roxane, par Pietro Antonio Rotari, Apelle peignant Campaspe, par Sebastiano Ricci, (un épisode souvent représenté, qui témoigne d’un rapport singulier d’Alexandre avec les femmes) et une tapisserie montrant la famille de Darius devant Alexandre le Grand.

Puis l’exposition met l’accent sur l’Alexandre historique, sa Macédoine natale, ses maîtres, ses héros Achille et Héraclès et ses idéaux. Un des clous de l’exposition est la représentation d’Hercule avec les pommes des Hespérides (IIe siècle après J.-C.)

La majeure partie est toutefois consacrée à la grande expédition de conquête vers l’Est : une campagne de conquête qui s’étale sur plus de dix années, avec une armée de plus de 50,000 hommes. Des objets d’Egypte et de Perse, des nomades et des Babyloniens, témoignent des riches cultures qu’il a rencontrées dans ses voyages. Les visiteurs peuvent suivre le parcours à travers l’Asie et jusqu’à l’Inde sur des cartes interactives et des ordinateurs.

Tête d’Alexandre le Grand - Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg

Cette partie de l’exposition met aussi en évidence l’influence grecque sur ces autres cultures. Des figurines en terre cuite dépeignant des hommes et des femmes, des dieux et des satyres, des musiciens et Éros et des fragments architecturaux, témoignent de la richesse artistique qui a caractérisé les territoires hellénistiques depuis le IVe siècle avant J.-C jusqu’aux premiers siècles de notre ère (une fusion entre Occident et Orient qui s’épanouira dans l’art du Gandhara). Quoique beaucoup de ces œuvres reflètent l’esprit grec de gaieté et d’espièglerie, les Grecs se sont aussi attachés à montrer l’atypique, comme les handicaps et les difformités.

L’exposition se termine sur l’héritage d’Alexandre. Des bas-reliefs de Palmyre exécutés au IVe siècle démontrent la persistance de traditions grecques à l’extérieur de la Grèce, de même que des papyrus portant des textes en grec, qui étaient toujours produits au IX e siècle de notre ère.

Aux XVe et XVIe siècles, Alexandre a joué un rôle éminent dans la littérature persane, où on le connaît sous le nom d’Iskander. On pourra admirer des miniatures finement exécutées, comme une enluminure d’un manuscrit de Khamse par Nizami Ghanjavi : Iskander et l’Ermite.

 
Site de l’exposition  : The immortal Alexander the Great

Renseignements pratiques :

Le musée de l’Ermitage est situé Amstel, 51 (Amsterdam). Il est ouvert tous les jours de 10h à 17h00 (jusqu’à 20h00 le mercredi). Le musée sera fermé le 25 décembre et le 1er janvier. Le prix d’entée est de 15 € (tarif complet) ; 3 € (avec la Amsterdam Card). Le musée est gratuit pour les moins de 17 ans. Il est accessible par tram (lignes 9 et 14) et par Métro (lignes 51, 53 et 54) : arrêt Waterlooplein. Un audio guide sera disponible en néerlandais et en anglais.

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 9549 fois, 4 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises