Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Des Suédois devant les murs de la Cité sainte

Des Suédois devant les murs de la Cité sainte

16 septembre 2015 | Publié dans Histoires de pèlerins | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Jérusalem
Dans les deux volumes de Jérusalem en Dalécarlie et Jérusalem en Terre sainte, Selma Lagerlöf met en scène un groupe de paysans suédois qu’une fièvre d’évangélisme arrache à leur pays natal pour les entraîner sur les chemins de la Palestine dans les toutes dernières années du XIXe siècle. Comme pour beaucoup d’émigrants, les grandes espérances et les chimères lointaines se heurtent à une dure réalité : fièvres, paludisme, dysenterie ou encore l’hostilité d’autres groupes de colons établis dans cette terre où il semble parfois que la discorde voudrait éternellement faire mentir la signification du nom de Jérusalem : « Vision de paix ».
 
Selma Lagerlöf est née en 1858 à Mörbacka, dans le Vermland suédois. Prix Nobel de littérature en 1909, elle a notamment écrit La saga de Gösta Berling ou encore Le merveilleux voyage de Nils Holgersson.

On descendit d’abord dans la vallée de Hinnom, puis on monta sur la hauteur en face ; et de là, on distinguait Jérusalem.

Birger souleva péniblement ses paupières lourdes. Il aperçut une ville entourée de hautes murailles, que dominaient des tourelles et des créneaux. Au-delà des murs jaillissaient des flèches et des dômes ; et quelques palmiers se balançaient au gré du vent des montagnes. Le soir tombait ; le soleil reposait presque sur la crête des collines de l’ouest. Il était rouge et grand, et il incendiait le ciel. Toute la terre brillait aussi, scintillante de rouge et de jaune. Il sembla à Birger que le flamboiement répandu sur la terre ne venait point du soleil, mais de la ville haute, et que tout cet éclat irradiait des murs, qui paraissaient d’or, et des tourelles, que semblaient recouvrir des lames de verre transparent.

Birger Larsson eut un sourire : il contemplait deux soleils, un au ciel, un sur la terre ; et c’était la ville de Dieu, Jérusalem. Un instant il se sentit comme guéri par un flot de joie. Mais la fièvre le ressaisit ; et, pendant le trajet jusqu’à la colonie, de l’autre côté de la ville, il perdit connaissance.  

 
Lire l’article complet : Pèlerins suédois

Jérusalem

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 2012 fois, 2 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises