Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Expédition à dos de mule jusqu’au Jourdain (1721)

Expédition à dos de mule jusqu’au Jourdain (1721)

9 novembre 2012 | Publié dans Histoires de pèlerins | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
À dos de mule
Parmi les rites obligés du voyage aux Lieux saints figure le pèlerinage au Jourdain. Au début du XVIIIème siècle, Zvar Jiyerji, un religieux arménien quitta Constantinople pour la Terre sainte.
 
Dans son journal où il relate son séjour de neuf mois à Jérusalem, Zvar Jiyeri décrit de façon précise et animée la vie des pèlerins et les conditions économiques de l’époque. En particulier, ce pèlerinage sur le lieu du baptême du Christ :

« Si vous voulez vous rendre à la rivière du Jourdain, dès le dimanche des Rameaux des paysans et des propriétaires de bête de somme commencent à fréquenter le monastère en essayant de vous convaincre de les embaucher, même en tirant au sort. Et le matin du dimanche des Rameaux, à la porte du monastère, il y a des paysans de Bethlehem d’un côté et des muletiers damascènes de l’autre. Les deux côtés sont prêts à vous prendre. Je suis sorti de la Porte pour regarder les chameaux. Alors j’ai remarqué qu’ils avaient commencé à se battre avec des bâtons. Les chameaux sont tombés l’un dans l’autre et les pierres ont commencé à pleuvoir. J’ai trouvé le refuge sous le ventre d’un chameau et me suis sauvé avec la plus grande difficulté. J’ai à peine pu atteindre la porte de monastère.

Alors le crieur public est arrivé, est monté sur un point surélevé et a commencé à parler. Le silence se fit – chacun était curieux de découvrir ce qu’il allait dire. Il a dit, “D’abord, les muletiers damascènes prendront les pèlerins à la rivière du Jourdain avec l’aide des habitants de Bethléem.” J’ai trouvé un muletier fort avec de bonnes bêtes : je lui ai serré la main et lui ai demandé “Combien de bêtes avez-vous ?” Il répond “Huit bêtes.” Je pris quatre d’entre elles et les conduisis dans le monastère. Puis nous enfourchâmes nos montures et nous mîmes sur la route, groupe par groupe, tandis que nous attendions le dernier pèlerin. Nous montâmes et descendîmes jusqu’à ce que nous ayons atteint une plaine plate avec beaucoup de tentes et bannières : j’ai compté 27 bayraks [bannières].

C’était Jéricho. J’avais une petite tente, que les jeunes garçons ont plantée. Les villageois ont un magasin, où vous pouvez acheter une camomille pour six piastres. Il y a de hautes montagnes à gauche. Au sommet de la montagne la plus haute – le mont de la Tentation – se trouve une église.

Puis nous nous apprêtâmes. On sonna de la sirène, nous chargeâmes nos chevaux et, bannières en tête, nous nous dirigeâmes vers le saint Jourdain. La lune était vieille de 15 jours. Qui a besoin d’une lanterne ? La route était large et confortable. Derrière nous était le Kehya du Pacha [le fonctionnaire ottoman qui a rassemblé les honoraires du pèlerin de passage] et, en tête, 27 bayraks et la cavalerie. C’était tôt le matin. Il y avait trois terjiman [dragomans] avec leur manteau de bédouins. Notre muletier, qui se nommait Sayed Ahmed, était en tête du groupe. À l’aube, ils plantèrent les bayraks sur la montagne et la mehterhane [l’orchestre] des janissaires se mit à jouer de la musique.

Nous nous approchâmes de l’eau, descendîmes de nos montures, nous déshabillâmes et entrâmes dans l’eau. J’ai baptisé cinq personnes et ensuite un prêtre appelé Gabriel m’a baptisé et nous avons rempli notre gourde d’eau. Nous nous rhabillâmes immédiatement et remontâmes sur nos chevaux. Il y avait environ mille personnes. La rivière du Jourdain n’est pas très large, mais elles est profonde et l’eau est douce. Sur le chemin du retour, deux lapins ont été tués ; un loup s’est échappé. Alors le Kehya du pacha se précipita vers l’avant et planta une tente à l’entrée de la route. D’abord les Francs, puis les Grecs et ensuite les Arméniens, chacun dut payer quatre piastres pour passer. »

D’après la traduction de George Hintlian dans Jerusalem Quarterly File  :
The Accounts of an Armenian’s Travels to the Holy Land
sur le site Institute of Jerusalem studies.

 
Lire l’article complet : Un Arménien à Jérusalem

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 2924 fois, 11 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises