Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Voyages > Blog article: Iran : poètes persans et maison de thé

Iran : poètes persans et maison de thé

15 mars 2016 | Publié dans Voyages | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Jardin botanique de Bagh-e-eram

Dans le jardin abritant le mausolée de Saâdi. C’est l’heure de la prière et le haut-parleur d’une mosquée voisine déverse des flots de musique et de paroles. La tombe du poète est assez simple ; tout autour, des vers et des poèmes décorent les murs. Entre les cyprès se détachent les pentes arides des montagnes qui entourent la ville. L’odeur de la menthe se mêle à celle des fleurs ; les prières ne parviennent pas à étouffer le chant des oiseaux dans les arbres. Comme dans tous les jardins publics, les gens se promènent, parlent, des familles pique-niquent.

Pour venir ici, nous pensions prendre un taxi et puis nous avons rencontré nos deux jeunes amis : Mehdi et Mansour qui nous ont dit : « Le taxi c’est trop cher, prenez le bus. » Ils nous ont conduit jusqu’au terminal pour prendre le bus n° 7. Nous attendions depuis dix minutes lorsqu’une femme est venue nous dire de prendre le n° 24 qui arrivait à ce moment-là : c’est la preuve que tout le monde dans la gare routière savait déjà qui étaient et où allaient ces étrangers ! Dans le bus, les hommes montent à l’avant et les femmes à l’arrière. Nous avons bien sûr été dévisagés avec insistance, et le bus entier savait où nous allions : il n’y avait donc pas de risque de manquer l’arrêt !

Dans l’après-midi nous avons visité deux autres jardins. Dans celui du mausolée de Hafez, il y a une maison de thé : un petit délice de jardin entouré de hauts murs ajourés ; au milieu, une pièce d’eau, des fleurs, quelques arbres ; les murs sont creusés de renfoncements surélevés qui forment autant d’alcôves ; des coussins de part et d’autre d’une table basse permettent à quatre personnes de paresser au calme et avec nonchalance. Nous bûmes du thé et dégustâmes des glaces à l’eau de rose. Un merveilleux moment de plaisir pur.

À côté de nous, deux couples de notre âge, sans doute mariés mais ce n’est peut-être pas sûr parce que depuis peu « les garçons peuvent inviter les filles dans les tchaï-khunés ». Les deux femmes étaient très jolies, maquillées et habillées avec distinction tout en se conformant au plus strict noir.

(vendredi 7 août)

Feuilleter le carnet de route : Iran : voyage en Perse et au pays des mollahs

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 3667 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises