Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Le pape offre à un général russe une relique de la Vraie Croix (1697)

Le pape offre à un général russe une relique de la Vraie Croix (1697)

12 août 2016 | Publié dans Histoires de pèlerins | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Boris Petrovitch Cheremetyev
Boris Cheremetyev
Le pèlerinage à Rome déclina à partir du XVIIe siècle. On peut citer toutefois l’étonnant pèlerinage que fit en 1697 Boris Petrovitch Cheremetyev, boyard, chef militaire et diplomate qui fut l’un des proches de Pierre le Grand et le compagnon du tsar dans les réformes.

Après des années de campagnes, notamment en Crimée, il décida de se rendre en pèlerinage à Rome. Le relation que publie Cheremetyev après son retour est passablement grandiloquente et complaisante pour lui-même.

Dans l’espoir de voir le puissant boyard, bien disposé à l’égard de l’Église romaine, devenir un apôtre du catholicisme en Russie orthodoxe, le clergé le reçut avec de grands égards. Fait rare, un évêque lui remit au nom du pape une relique de la Vraie Croix :

« Considérant qu’il n’avait rien dans son trésor de plus précieux, notre très saint Père et Pasteur universel, Innocent XII, m’a ordonné, à moi qui ai la garde et la direction de son trésor, d’extraire une parcelle de ce très saint bois, de la déposer soigneusement scellée dans cette croix nouvellement fabriquée et de vous l’apporter avec sa bénédiction paternelle en récompense de vos vertus guerrières et de vos étonnants exploits, illustre boyard de sa très sérénissime et très puissante Majesté le Tsar, Boris Petrovitch Cheremetyev, commandant de Viatka, vaillant guerrier, habile général, courageux hetman et excellent vainqueur des arrogants Mahométans !

Sa Sainteté espère que, semblable à Constantin, armé par cet invincible signe divin, vous ne cesserez pas de combattre bravement et de vaincre glorieusement les ennemis de la Sainte Croix, aussi bien pour la gloire du nom déjà fameux dans tout le monde de votre grand souverain que pour l’avantage de toute la chrétienté, et elle ne doute pas que Dieu tout-puissant et votre magnanime monarque ne reconnaissent au centuple vos chevaleresques entreprises. »

 Journal du voyage du boyard Boris Petrovitch Cheremetyev à Cracovie, Venise, Rome et Malte,
traduit par A. P. Golitsyn, publié par A. Franck, 1859

 
Lire l’article complet : Le boyard Boris Petrovitch Cheremetyev

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 2087 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises