Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Le syndrome de Jérusalem : une folie de Dieu

Le syndrome de Jérusalem : une folie de Dieu

30 septembre 2016 | Publié dans Histoires de pèlerins | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Prophète

Parmi la foule des voyageurs, pèlerins ou touristes qui se pressent à Jérusalem depuis des siècles, un petit nombre est victime de ce que les spécialistes appellent le syndrome de Jérusalem, sorte de bouffée délirante issue d’un choc émotionnel non maîtrisable lié à la proximité des Lieux saints.

Chaque année, une quarantaine de personnes seraient hospitalisés à Jérusalem pour ce type de symptômes. Certains se prennent pour le Messie ou pour des personnages bibliques, haranguent les foules ou adoptent des comportements peu conventionnels, comme cette Anglaise qui, dans les années 1930, était convaincue du retour imminent du Christ et qui montait régulièrement sur le mont Scopus pour accueillir sa venue avec une tasse de thé.

Les médecins de Jérusalem sont habitués à recevoir dans leurs services d’urgences de faux messies et nombre d’illuminés attirés par l’aura mystique de la Ville sainte. À l’approche de l’an 2000, la police de Jérusalem renforça d’ailleurs sa surveillance près des Lieux saints et Israël mobilisa ses psychiatres et psychologues pour faire face à une pandémie de ce genre. Même si une demi-douzaine de « faux messies » ont répondu à l’appel le 1er janvier 2000, il y eut en fait beaucoup moins de syndromes que prévu.

Jérusalem, une ville qui combine le sens du sacré, de l’histoire et du paradis, exerce une attraction sans égal pour les croyants de plusieurs religions du monde – en particulier les juifs, les chrétiens et les musulmans. Quand les gens rêvent de Jérusalem, ils ne voient pas la Jérusalem moderne et politiquement controversée, mais plutôt la ville sainte religieuse et biblique.

Depuis 1980, les psychiatres de Jérusalem ont rencontré un nombre croissant de touristes qui, en arrivant à Jérusalem, souffrent de décompensation psychotique. En raison de la fréquence élevée de ce phénomène, il a été décidé de diriger tous ces cas vers un seul établissement — l’hôpital psychiatrique de Kfar Shaul — pour des conseils psychologiques, une intervention psychiatrique et, si nécessaire, une admission à l’hôpital.

Sur une période de 13 ans (1980-1993), 1200 touristes avec des problèmes mentaux graves liés à Jérusalem ont été dirigés vers cet établissement. Parmi ceux-ci, 470 ont été admis à l’hôpital qui voit en moyenne 100 touristes par an pour cette affection, dont une quarantaine doivent être hospitalisés.

 
Lire l’article complet : Le syndrome de Jérusalem

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 3071 fois, 2 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises