Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Les musulmans de Jaffa ne dédaignent pas le vin (1588)

Les musulmans de Jaffa ne dédaignent pas le vin (1588)

4 décembre 2015 | Publié dans Histoires de pèlerins | 1 Commentaire
  Favoris & Partage
Jaffa au début du XVIIe siècle
Dans les dernières années du XVIe siècle, Louis Balourdet, prêtre et chanoine à Reims, rédige un « Guide des chemins pour le voyage de Hierusalem et autres villes et lieux de la Terre saincte » :
 
« J’ai, en faveur de ma patrie et de tous les fidèles chrétiens et catholiques et selon mon petit pouvoir, voulu rédiger par écrit et mettre en lumière ce que j’ai pu reconnaître et remarquer de rare et singulier en ma pérégrination et voyage de Jérusalem et autres villes et lieux de Terre sainte, et particulièrement les chemins et adresses de villes en villes, pour la commodité des dévots pèlerins qui le voudraient entreprendre. »

.

 

« Le port de Jaffa, ainsi appelé à cause de la ville qui était proche anciennement, maintenant petit village, c’est le lieu où abordent les pérégrins pour aller en Jérusalem. C’est en partie une plage et en partie un port. Le port est dans les rochers que surplombe une montagne en laquelle se voient plusieurs masures qui donnent à connaître que ç’a été une place de grande force et apparence. Quelques-uns nous ont dit que c’était le château du capitaine et grand zélateur de l’honneur de Dieu, Judas Macchabée, et qu’un peu plus où est une église dite Saint-Pierre, est le lieu où saint Pierre avait coutume de prêcher. Maintenant, en ladite montagne, il n’y a que deux tours carrées où il y a garde ordinairement.

Pendant que nous étions au vaisseau, attendant les ânes, nous fûmes visités par les Turcs qui nous demandaient des courtoisies tant et plus, jusqu’à nous prendre du pain et du vin. Bien que l’usage du vin leur soit prohibé, ils en sont néanmoins friands à merveille. Et je conseille à celui qui voudrait aller en tel lieu qu’il n’emporte que ce qu’il en veut perdre, ou bien qu’il le cache secrètement, ainsi que la coupe dans laquelle il le boit. Car, par l’odeur de la coupe qui sent le vin, ils supposent et croient qu’on en a, comme ils le firent. Et il fallut leur en donner, bon gré mal gré, autrement ils nous eussent tout confisqué et fait du tort. Il fallut aussi leur donner à chacun deux médins de courtoisie, puis ils s’en allèrent. »

 
Lire l’article complet : Le chanoine Balourdet

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 3304 fois, 3 aujourd’hui |

Suivre la discussion

Une réponse à : “Les musulmans de Jaffa ne dédaignent pas le vin (1588)”

Trackbacks

  1. Tweets that mention Blog de François-Xavier de Villemagne, auteur et voyageur -- Topsy.com  

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises