Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Les six portes de la cité de Jérusalem à l’époque de l’invasion musulmane (670)

Les six portes de la cité de Jérusalem à l’époque de l’invasion musulmane (670)

22 novembre 2015 | Publié dans Histoires de pèlerins | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Jérusalem selon le croquis d'Arculfe
Vers l’an 670, l’évêque franc Arculfe accomplit un pèlerinage en Terre sainte et passa neuf mois à Jérusalem. À son retour, une tempête perdit son navire et il fit naufrage sur les côtes écossaises où il fut recueilli par Adamnan, l’abbé du monastère de l’île d’Iona.
 
Arculfe lui fit un récit tellement détaillé de ses pérégrinations en Terre sainte que le moine en tira trois volumes décrivant précisément Jérusalem, Bethléem, les villes principales de Palestine ainsi que Constantinople.
 
D’après la description d’Arculfe, voici à quoi ressemblait l’enceinte de Jérusalem à l’époque de l’invasion musulmane :

« Quant à la situation de Jérusalem, nous mettrons maintenant par écrit quelques-uns des détails que saint Arculfe m’a dictés, à moi, Adamnan. Mais ce que l’on trouve dans les livres des autres concernant la position de cette ville, nous le passerons. Dans la circonférence de ses murs, Arculfe a compté quatre-vingt-quatre tours et deux fois trois portes, qui sont placées dans l’ordre suivant dans le circuit de la ville : la Porte de David, sur le côté ouest du Mont Sion, est comptée en premier; en second vient la Porte de la Place du Foulon; en troisième, la Porte Saint-Étienne; en quatrième, la Porte de Benjamin; en cinquième une petite porte par laquelle on descend par des marches vers la vallée de Josaphat et en sixième, la Porte Thecuitis.

Voici l’ordre de ces portes et tours : de la Porte de David mentionnée ci-dessus, on tourne vers la partie septentrionale du circuit et de là vers l’est. Mais bien que l’on compte six portes dans ces murs, les plus fréquentées sont au nombre de trois : une à l’ouest, une autre au nord et une troisième à l’est. Tandis qu’il n’y a pas de porte dans la partie de muraille garnie de tours qui s’étend de la Porte de David à travers le flanc nord du Mont Sion qui surplombe la ville au sud et jusqu’en face de cette montagne qui regarde vers l’est, où la roche est abrupte. »  

 
Lire l’article complet : Arculfe, évêque du VIIe siècle

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 2621 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises