Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Voyages > Blog article: Mongolie : Aogui, éleveur de chevaux et guide de la steppe

Mongolie : Aogui, éleveur de chevaux et guide de la steppe

4 octobre 2015 | Publié dans Voyages | 1 Commentaire
  Favoris & Partage
Durant toute la randonnée à cheval, Aogui nous accompagna : il prenait la tête de notre petite caravane, il s’occupait des chevaux qui lui appartenaient, et nous faisait rencontrer les habitants de la steppe. Nous avions engagé un guide et nous avons quitté un ami.

Nous avons fait connaissance ce matin avec le guide que nous avons vu descendre de la montagne d’en face à la tête de six chevaux. Il a une allure des plus pittoresques avec son chapeau de feutre et sa grande veste épaisse qui lui descend jusqu’aux genoux. Sara nous dit qu’il habite à quelques dizaines de kilomètres d’ici, et comme tous les Mongols de la campagne, il élève du bétail. Un peu avant le départ de ce matin, nous avons marchandé des paires de bottes adaptées à la randonnée dans le pays : on nous avait dit qu’il n’y aurait sans doute pas de difficulté à en acheter sur place. Comme nous sommes dans une petite agglomération, nous tentons notre chance. Après enquête, il n’y en a pas dans le magasin mais peut-être « dans les familles ».

Trois quarts d’heure plus tard, l’autochtone arrive avec quatre paires de bottes que nous essayons. Alors que je me plains de ce que les miennes me font mal, le villageois enlève les siennes et me montre des chiffons entourés autour de ses pieds. Nous achetons les bottes à condition d’obtenir de tels chiffons. Une demi-heure plus tard, le même Mongol revient avec une pièce de tissu bleu que nous déchirons en quatre et nous emmaillotons nos pieds avec ces bouts de tissu avant d’enfiler les bottes. Le résultat est confortable. Plus tard dans l’après-midi, après de nombreuses heures de trot assis bien fatigant pour cette mise en train, nous croisons un arbre dans ces grandes étendues dénudées. On le voit de si loin qu’il nous a attirés comme un aimant : ce grand arbre solitaire et incongru de la steppe.

 
Feuilleter le carnet de route : Mongolie – Les cavaliers de la steppe

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 2936 fois, 1 aujourd’hui |

Suivre la discussion

Une réponse à : “Mongolie : Aogui, éleveur de chevaux et guide de la steppe”

  1. Estrellangelica :

    Bonjour! Superbe récit et voyage apparemment! Je pars le mois prochain, sans agence. Auriez vous des contacts sur place de guides pour trekk à cheval? Ca me serait d’une grande aide! Merci d’avance

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises