Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Livres, Voyages > Blog article: Mongolie : L’ermitage du temple de Tovni Hiid

Mongolie : L’ermitage du temple de Tovni Hiid

8 mars 2017 | Publié dans Livres, Voyages | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
La religion, pourchassée et décimée par la révolution et le communisme commence à renaître : les monastères sont reconstruits, des reliques enterrées pendant 70 ans réapparaissent, des communautés de moines se reforment, nombreuses ou parfois réduites à quelques lamas comme dans cet ermitage.

Arrivés au fond de la vallée, nous entrons dans la forêt. Aogui s’est un peu perdu et nous avons cheminé pendant deux heures à la recherche de la route. Après ces quelques errements, nous atteignons le temple de Tovni Hiid situé au sommet d’une montagne. Malgré la destruction de l’édifice pendant les années 20-30, un lama a traversé ici les années noires de persécution : dans la grotte toute proche, suintante d’humidité et à peine fermée par un mur de mauvaises pierres entassées tant bien que mal. Le plus étrange dans la vie de ce moine qui a échappé durant huit années à l’impitoyable répression antireligieuse, c’est qu’il est descendu un beau jour de son ermitage, qu’il a épousé une fille d’éleveurs de la vallée et qu’il est devenu lui-même un paysan méritoire, jusque même à participer occasionnellement aux congrès d’éleveurs d’Oulan-Bator !

Le temple actuel, reconstruit il y a deux ans à peine, est une bâtisse en bois de deux pièces dont la plus profonde est surmontée d’une sorte de clocher ; cette pièce contient un autel autour duquel de petites niches abritent le livre sacré, un Bouddha sculpté par le fameux ermite ou encore des scènes du bouddhisme tibétain. Du plafond pendent des toiles représentant d’autres scènes religieuses. Dans la première pièce, le moine se tient assis sur la gauche, derrière une petite table sur laquelle sont disposés plusieurs objets de culte. Quatre lamas servent ce temple ou plutôt cet ermitage ; ils vivent dans une yourte non loin de là mais nous n’en verrons qu’un seul. Lorsque nous sommes arrivés il chantait des litanies en lisant un livre de prière : un paquet de feuilles qu’il tourne les unes après les autres.

 
Feuilleter le carnet de route : Mongolie – Les cavaliers de la steppe

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 2530 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises