Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Alexandre le Grand > Blog article: Quand Alexandre le Grand rencontre Bouddha : l’art du Gandhara

Quand Alexandre le Grand rencontre Bouddha : l’art du Gandhara

12 février 2013 | Publié dans Alexandre le Grand | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Pakistan, Terre de Rencontre, Ier-VIème siècles – Les arts du Gandhara

En 327 av. J.-C., Alexandre le Grand parvient sur les rives de l’Indus. Fruits de cette conquête-éclair, plusieurs royaumes hellénistiques subsisteront jusqu’aux Vème et VIème siècles de notre ère, soit près de mille ans après la mort du conquérant macédonien. Celui de Bactriane (au nord de l’Afghanistan) est le plus connu. Dans la région de l’actuelle Peshawar, au nord-ouest du Pakistan, s’étendaient les royaumes du Gandhara, point de contact entre la culture bouddhique et les traditions hellénistiques.

Terre de rencontre, d’invasions et d’échanges, mais aussi terre de culture ancienne et de diversités, le Gandhara voit naître et se développer une civilisation brillante mêlant les influences grecques, fruits des conquêtes d’Alexandre le Grand, aux inspirations perses et indiennes. Sous la dynastie des Kouchans, l’art du Gandhara va s’épanouir à travers le bouddhisme. Le grand archéologue Alfred Foucher (1865-1952) voyait dans cet art « l’enfant d’un païen hellénique et d’une belle indigène convertie à Bouddha. »

Au musée Guimet à Paris, une exposition d’envergure internationale présente jusqu’au 16 août 2010 200 œuvres gréco-bouddhiques exceptionnelles, provenant des musées pakistanais de Lahore, Karachi, et de la région du Swat, une « zone sensible » où l’armée vient de mener une campagne contre les talibans.

C’est dans cette région autour de Peshawar que la première image du Bouddha apparut sur fond d’influences étrangères notamment hellénistique et romaine. Stèles, statues, bas-reliefs mêlent l’art classique grec à l’art indien, et racontent près de six siècles d’histoire, entre les représentations traditionnelles du continent indien et les vestiges du passage sur ces terres des armées d’Alexandre le Grand au IVe siècle avant J.-C.

Né prince indien, Siddharta s’est spirituellement éveillé vers 595 av. J.-C et a professé le renoncement aux désirs dans la région du Gange. Relayant la geste, les sculpteurs du Gandhara lui ont donné un air d’Apollon. Nez fin, cheveux bouclés ramassés en chignon, toge et sandales à tête de lion… Ces représentations très occidentales voisinent avec les figures d’Athéna, d’Atlas, d’Amour et de Psyché sous influence asiatique.

Exposition : Pakistan, Terre de Rencontre, Ier-VIème siècles – Les arts du Gandhara  : Musée Guimet

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 14351 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises