Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Via Francigena, Voies de pèlerinage > Blog article: Segmentation marketing sur la Via Francigena : VTTistes et cavaliers

Segmentation marketing sur la Via Francigena : VTTistes et cavaliers

13 octobre 2015 | Publié dans Via Francigena, Voies de pèlerinage | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
À cheval sur la Via Francigena

En marge des voyageurs à pied, pèlerins ou touristes randonneurs, l’étude de marché du projet italien de revitalisation de la Via Francigena identifie des catégories moins nombreuses, mais aux besoins bien ciblés : les pèlerins VTTistes ou cyclotouristes, et les pèlerins cavaliers.

Le pèlerin VTTiste et le cyclo-touriste

« Ce sont deux types de touristes très semblables, mais poussés par des motivations différentes, qui ont besoin de services satellites sur lesquels les divers opérateurs de l’industrie touristique peuvent s’appuyer comme support de la commercialisation.

Le cyclo-touriste se sent sûrement moins lié au parcours de la Via Francigena en tant que telle, que le pèlerin VTTiste qui attache au contraire une grande importance au respect du caractère « officiel » du parcours.

Le cyclotouriste ressemble au touriste-randonneur, mais avec des exigences plus grandes en ce qui concerne les services d’assistance. Il n’a pas besoin de services de transport ; il est extrêmement indépendant et il peut s’adresser aux différents niveaux d’offre, que ce soit pour l’hébergement ou pour la restauration.

Le budget moyen tourne autour de 45 € quotidiens en basse saison et 60 € en haute saison, sans compter l’assistance pour le vélo .

En synthèse :

  • hébergement en gîte rural ou hôtel 1-2 étoiles
  • petit-déjeuner
  • restauration saine et légère
  • points d’assistance pour les vélos. »

le pèlerin-cavalier et le randonneur à cheval

« Le randonneur à cheval est un type de voyageur / touriste / pèlerin qui aime les animaux et veut vivre au contact de la nature. Il a besoin d’une série de services d’assistance, tant pour lui que pour sa monture. Il privilégiera des structures aptes à pouvoir donner assistance au cheval et les zones qui disposent de manèges.

Les prix peuvent varier fortement, d’un minimum de 100 € à un maximum de 350 € la nuit, y compris le service d’assistance au cheval. L’offre touristique est actuellement insuffisante en ce domaine, et met les gîtes équipés pour recevoir chevaux et cavaliers en situation de quasi-monopole.

En synthèse :

  • gîtes ruraux équipés
  • manèges
  • assistance pour le cheval
  • transport du cheval

Le touriste-randonneur (trekking, en vélo et à cheval) est particulièrement sensible à une offre qui comprend également des visites guidées du patrimoine artistique et architectural, la connaissance et la dégustation des produits régionaux, la visite de parcs et de musées. »

Source : Progetto di recupero della Via Francigena

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 4896 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises