Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Livres > Blog article: Transhumance sur les hauts plateaux des Abruzzes

Transhumance sur les hauts plateaux des Abruzzes

13 juin 2017 | Publié dans Livres | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Troupeau sur le Campo Imperatore

« En avançant dans l’herbe rase battue par les vents du Campo Imperatore, j’arpente un toit du monde.

— Le Petit Tibet des Abruzzes, avait claironné Luca avec une crânerie tout italienne.

Pas une habitation, pas un arbre sur ce plateau d’altitude de 20 kilomètres sur 7, cerné de montagnes. La quintessence de la platitude, et autrefois le royaume des moutons, qui transhumaient chaque été depuis les plaines du Latium ou des Pouilles.

Sur l’immensité, les 800 bêtes de Beppino paraissent au plus quelques dizaines. Le berger s’est approché pour calmer ses chiens. De gros chiens blancs à la toison épaisse qui aboyaient contre l’intrus, au flanc du troupeau.

— Ce sont les meilleurs chiens de berger d’Italie, assure Beppino en flattant l’échine de Cesare.

« Cesare, comme Giulio, l’Imperator », ajoute–t–il. Et il prétend que ses molosses descendent en droite ligne de ceux qui accompagnaient les Huns et les Mongols lors de leurs invasions : des dogues du Tibet. Beppino doit approcher de la soixantaine. Dans sa famille, on est berger de père en fils. J’ai de la chance car il est bavard aussi :

— Le père de mon père, dit–il, était originaire des alentours de Foggia, dans le Sud, la principale ville des Pouilles. Il a possédé jusqu’à 6 000 têtes et montait chaque printemps au Campo Imperatore pour l’estive. Entre la transhumance et le séjour ici, il vivait près de six mois sans revoir sa famille.

Durant des siècles, les moutons ont représenté une des plus importantes richesses du Sud.

— Jusqu’à 3 millions de bêtes transhumaient deux fois l’an entre les Pouilles et les Abruzzes. On suivait les tratturi.

Beppino me décrit ces drailles, des chemins de transhumance en terre battue, larges de 110 mètres et sur les bords desquels une ordonnance royale d’Alphonse d’Aragon interdisait les cultures afin de garantir un pâturage aux moutons voyageurs.

— C’était tout un réseau. Il y avait aussi les tratturelli, des voies transversales qui ne mesuraient pas plus de 40 mètres de large, et les bracci, encore plus étroits, de moins de 20 mètres.

Un réseau et non pas un seul chemin : comme la Via Francigena. De là à taxer les pèlerins de comportement moutonnier…

— Le plus long tratturo mesurait près de 250 kilomètres entre L’Aquila et Foggia où se tenait un immense marché aux bestiaux. On l’appelait le Tratturo del Re : la “voie Royale”.

— Tu vends tes moutons à Foggia ?

— Oui. Encore deux semaines et je redescendrai avec les bêtes.

— À pied ?

— Plus personne ne transhume à pied. On fait ça en camion. De toute façon, il ne reste presque rien du Tratturo del Re car les routes ou les cultures le recouvrent aujourd’hui. Ah si : je crois qu’il y a un vieux qui descend à Campobasso à l’ancienne… Mais c’est fini, ça. En plus, les bergers de maintenant sont souvent des Albanais ou des Macédoniens qui ne connaissent rien à cette histoire.

— Dans deux semaines, alors ?

— Oui, car je veux être au Monte Sant’Angelo pour la Saint–Michel. J’y vais tous les ans. D’ailleurs l’ouverture et la fermeture de la transhumance ont toujours coïncidé avec les deux pèlerinages à la grotte de l’Archange : le 8 mai et le 29 septembre.

Subitement, comme s’il se souvenait de ma propre transhumance, Beppino pointe son parapluie en direction d’un affaissement entre deux collines pelées, au loin :

— Castel del Monte, c’est par là–bas. Sempre diritto !

Toujours tout droit : apparemment, l’indication vaut congé. Drôle de Beppino, si bavard et tout à coup pressé comme s’il était devenu jaloux de sa solitude. Adieu Beppino. Je t’aurais volontiers revu à la grotte de l’Archange, mais dans deux semaines, elle sera déjà loin derrière moi et j’arriverai aux environs de Bari. »

 
Texte extrait de : Pèlerin d’Occident – À pied jusqu’à Rome, un livre à découvrir et acheter en ligne avec la dédicace de l’auteur (voir ci-dessous)

Séduit par une Italie rêvée, c’est à pied que François–Xavier de Villemagne a choisi de rejoindre Rome, prenant son temps sur des voies buissonnières et dessinant une boucle jusqu’à l’extrême–sud du pays avant de rejoindre la Ville éternelle et la basilique Saint–Pierre, but du pèlerinage à la tombe de l’Apôtre.

Un voyage de six mois et 4 000 kilomètres, de Paris à Rome, des glaciers du Cervin aux oliveraies des Pouilles, de Florence et des hauts lieux de la Toscane à Naples et à la terre âpre de la Basilicate, nourri de rencontres et de la découverte d’une Italie méconnue.

De cette confrontation avec le pays d’aujourd’hui et le pays rêvé des artistes, des œuvres d’art et de l’épopée antique naissent un regard porté sur le monde et un cheminement intérieur forgé par les rudesses de l’existence vagabonde.

moyens de paiement acceptés

Si vous souhaitez commander un ou plusieurs livre(s) dédicacé(s) par l’auteur, vous pouvez utiliser l’achat en ligne ci–dessous :

  • indiquez le nom de la personne à qui adresser la dédicace
  • ajoutez éventuellement des indications supplémentaires pour personnaliser la dédicace (ex : fan de randonnée, amoureux de l’Italie, a pèleriné sur les chemins de Compostelle, rêve de se rendre à Rome etc.)
  • payez par carte bancaire sur le site sécurisé Paypal
  • le prix par exemplaire est de 22,5 € + 2 € de contribution aux frais de port
  • Les dédicaces sont bien sûr manuscrites (de la main de l’auteur !)
  • Des indications complémentaires sont disponibles dans la Foire aux questions.
    Vous pouvez aussi prendre contact directement avec l’auteur par courriel :
Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome
Nombre d’exemplaires :

 Pèlerin d’Occident
À pied jusqu’à Rome

Dédicacer à :

Autres indications pour personnaliser la dédicace :

Maximum : 200 caractères

Tarif par exemplaire pour la France métropolitaine : 22,50 € + 2 € de contribution aux frais de port. Si les livres doivent être expédiés en France métropolitaine et si l’envoi en lettre prioritaire vous convient, il n’y a pas d’autres frais postaux à ajouter. Sinon :

  • Pays de l’Union européenne, Suisse et Dom : + 2 € par exemplaire
  • Tom : + 7 € par exemplaire
  • Recommandé R1 : + 3 € par exemplaire (Indemnité en cas de perte : 16 €)

 

  1. Calculez le montant des frais postaux complémentaires éventuels pour votre commande
  2. Ajoutez, si vous le souhaitez, des explications sur le décompte dans la case prévue à cet effet
  3. Inscrivez le montant dû et cliquez sur le bouton « Frais postaux complémentaires »
     
    Pour un envoi hors Union européenne et Suisse, ou pour d’autres modes d’acheminement, prendre contact par courriel : avant d’acheter en ligne, afin de connaître les conditions.

Total des frais postaux complémentaires :  €
 
Détail des frais postaux :

Maximum : 200 caractères      

 

 

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 7165 fois, 2 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises