Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Un évêque normand en quête de justification à Rome (1254)

Un évêque normand en quête de justification à Rome (1254)

25 juillet 2016 | Publié dans Histoires de pèlerins | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Évêque - Manuscrit de la bibliothèque municipale de Dijon

Issu d’une famille de petite noblesse, Eudes Rigaud naquit entre 1200 et 1212 entra chez les Franciscains en 1236 et devint l’un des « quatre maîtres » qui écrivirent en 1242 un commentaire de la Règle de saint François. Ce maître en théologie, abbé du couvent Saint-Marc de Rouen, fut élu archevêque de ce diocèse en 1247, avec l’appui du roi Louis IX.

Administrateur consciencieux, ardent réformateur et visiteur infatigable, il rédigea une chronique quotidienne qui fourmille d’indications précieuses sur le contexte social, politique, économique et religieux dans lequel il vivait : le Regestrum visitationum archiepiscopi Rothomagensis ou « Journal des visites pastorales d’Eude Rigaud ».

En fait de révolte, d’opposition au clergé , de déclamation souvent injuste contre les prélats et contre Rome, le XIIIe siècle n’eut rien à envier au siècle de Luther. Le désordre était immense dans le clergé séculier . La réforme de Grégoire VII n’avait guère réussi que de nom. Si les curés n’étaient pas mariés, ils vivaient très souvent en concubinage. Le jeu, la boisson , les habitudes mercantiles furent d’autres travers contre lesquels s’élevé l’archevêque Eudes. Le clergé monastique offrait moins de grands scandales, et les fabliaux populaires du temps tenaient compte de cette différence : ils attaquent davantage les curés que les moines.

À la fin de sa vie, Eudes Rigaud engagea les peuples à aller délivrer le tombeau du Christ. Le deuxième jour des calendes de juillet 1269, il se rendit en procession sur le parvis de l’église Saint-Gervais de Rouen et, monté sur un échafaud dressé à cet effet, il y prêcha devant le seigneur légat en faveur des croisades. Le 1er mars 1270, il s’embarqua avec Louis IX et son armée pour la croisade. Quelques mois plus tard, celui que l’on nommerait bientôt saint Louis mourait à Tunis de la peste, au milieu de son expédition.

Le voyage de Rome

Évêque accusé par des religieux du péché de chair - Manuscrit de la bibliothèque de Dijon

Évêque accusé par des religieux du péché de chair
Manuscrit de la bibliothèque de Dijon

À l’hiver 1253, peu après la fête de Noël, Eudes s’engagea pour le plus long de ses voyages afin de se rendre à Rome ; probablement accompagné d’une suite d’une dizaine de personnes. Il ne s’agissait pas là d’un voyage d’agrément : Eudes souhaitait rejoindre le pape avant que celui-ci ne rende sa décision dans une affaire de conflit d’autorité juridictionnelle entre les évêques de son diocèse et lui-même, l’archevêque.

Moins tolérant que ses évêques, Eudes entendait recevoir directement les appels et les plaintes des fidèles dénonçant les abus des clercs et il partit donc à Rome pour recevoir l’appui du pape en cette matière.

Eudes et sa suite couvrirent le parcours aller en 73 jours, à une allure moyenne de 25 kilomètres quotidiens ; ce qui semble modeste, mais il faut garder à l’esprit que ce voyage se déroula en plein hiver. Le retour qui s’acheva au mois de septembre de l’année 1254 fut plus rapide et dura 60 jours (29 kilomètres par jour en moyenne).

 
Voir sur la carte : Les trajets d’Eudes Rigaud entre Rouen et Rome

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 3128 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises