Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Un higoumène russe décrit la Jérusalem du XIIe siècle

Un higoumène russe décrit la Jérusalem du XIIe siècle

28 juin 2017 | Publié dans Histoires de pèlerins | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Tombeau de la Vierge à Jérusalem - Plan de Jérusalem du XIIesiècle
Dès 1022, saint Théodose de Kiev fait allusion à la présence de pèlerins russes en Terre sainte. Toutefois, la plus ancienne relation qui nous soit parvenue du voyage d’un pèlerin russe vers la Terre sainte est celle de l’higoumène Daniel qui se rendit à Jérusalem en 1106. On ne connaît pas grand-chose de lui sinon qu’il était le prieur d’un monastère probablement situé en Petite-Russie, dans la province de Tchernigov.
 
Des siècles plus tard, on retrouvera cette dévotion pour la Terre sainte dans les
Récits d’un pèlerin russe, ou dans le pèlerinage des petites gens de la Grande Russie, tel qu’il est raconté par Stephen Graham à la fin du XIXe siècle.

« La ville sainte de Jérusalem se situe dans des vallées arides, au milieu de hautes montagnes rocheuses. Ce n’est qu’en approchant de la ville que l’on voit, d’abord, la tour de David ; puis, en avançant un peu, le mont des Oliviers, le Saint des Saints, l’église de la Résurrection, dans laquelle est le Saint- Sépulcre ; et, finalement, la ville entière. À une distance d’une verste environ en face de Jérusalem se trouve une montagne assez plate. Chaque voyageur qui l’atteint descend de cheval et, traçant le signe de la croix, adore la Sainte Résurrection à la vue de la ville.

Tout chrétien est empli d’une joie immense à la vue de la ville sainte de Jérusalem ; et les croyants pleurent de joie. On ne peut que verser des larmes à la vue des lieux tant espérés où le Christ endura sa Passion pour la rémission de nos péchés ; et ainsi, empli d’une joie profonde, on continue à pied le voyage vers Jérusalem.

Près de la route, à gauche, il y a l’église du premier martyr, saint Étienne  : c’est à cet endroit qu’il fut lapidé par les juifs ; on y montre également sa tombe. À cet endroit précis se trouve une montagne qui s’entrouvrit au moment de la Crucifixion. L’endroit s’appelle « la Géhenne nbsp;», à un jet de pierre du mur de la ville. Ensuite, les pèlerins, tout joyeux, entrent dans la ville de Jérusalem en passant par la porte qui se trouve près de la maison de David : cette porte fait face à Bethléem et se nomme la porte de Benjamin. À l’entrée de la ville, il y a une route qui la traverse, qui conduit vers la droite au Saint des Saints, et vers la gauche à l’église de la Sainte Résurrection qui contient le Saint-Sépulcre. »

Le Pèlerinage de l’higoumène Daniel
Traduction d’après la version anglaise de C.W. Wilson [1895]
que l’on peut consulter sur le site Travelling to Jerusalem

 
Lire l’article complet : L’higoumène Daniel

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 12193 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises