Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Une ancienne voie de pèlerins chrétiens, vieille de 1500 ans, découverte au cœur de la vieille Jérusalem

Une ancienne voie de pèlerins chrétiens, vieille de 1500 ans, découverte au cœur de la vieille Jérusalem

21 février 2017 | Publié dans Histoires de pèlerins | 1 Commentaire
  Favoris & Partage
Fouilles sur la voie datant de l’ère byzantine

À l’occasion de travaux liés au développement de Jérusalem, les archéologues ont pu fouiller la partie occidentale de la vieille ville et ont exhumé une portion dallée datant des premiers siècles de l’ère chrétienne. Cette découverte, effectuée lors de travaux souterrains près de la porte de Jaffa, est conforme à une description de la Jérusalem byzantine qui apparaît sur la plus ancienne carte connue de la Terre sainte, une mosaïque du VIe siècle mise au jour il y a 120 ans dans une église de la ville, aujourd’hui jordanienne, de Madaba.

Cette carte montre très clairement qu’il existait une entrée à l’ouest de Jérusalem par une porte imposante qui conduisait à la rue centrale traversant de la ville du nord au sud. Plusieurs preuves archéologiques de bâtiments figurant sur cette carte avaient déjà été découvertes au cours des années, comme des restes de l’église du Saint-Sépulcre de l’époque byzantine, mais la rue elle-même, pleine de vie à l’époque où Jérusalem était devenue chrétienne, n’avait pas encore été retrouvée.

Le docteur Ofer Sion, directeur des fouilles, explique avec émotion : « Jérusalem est fouillée depuis des centaines d’années, mais cette partie ouest vient seulement de se dévoiler. Nous savions que la rue devait être là, mais c’est émouvant de la voir de nos yeux. »

Emplacement sur la mosaïque de Madaba de de la voie byzantine découverte par les archéologues

« En ce temps-là, ajoute l’archéologue, des milliers de pèlerins venus de tout le monde chrétien empruntaient cette rue. » La rue se situe à 4,50 mètres sous le niveau actuel de la rue David et suit le même tracé. Outre une grande quantité de morceaux de céramique, de pièces, de poids en bronze servant à peser les métaux précieux, les fouilles, ont également permis de mettre au jour les vestiges d’un bâtiment datant de l’époque des Mameluks (XIIIe – XIVe siècles), comprenant des salles en longueur qui servaient de boutiques et d’entrepôts. Une immense citerne a également été découverte, haute de 8 à 12 mètres et profonde de 5 mètres, située juste en dessous de la rue allant de la Tour de David au quartier arménien.

Une fois les travaux de restauration achevés, et en raison de la circulation intense dans cette partie de la Ville sainte, les vestiges de la voie byzantine ont été à nouveau recouverts mais, rappelle le directeur des fouilles : « C’est une immense découverte qui éclaire la façon dont construite la Jérusalem antique, et en plus elle confirme la véracité de la carte de Madaba qui est la principale source que nous avons pour connaître cette époque. »

La carte de Madaba

La carte de Madaba

Cette fameuse carte de Madaba (petite ville de l’ouest de la Jordanie, non loin de la mer Morte) est représentée sur une mosaïque découverte en 1880 sur le site d’une église byzantine remontant au Ve siècle. A l’origine, cette mosaïque, mesurant 15,70 m sur 5,60 m, était vraisemblablement entière. Mais elle a été en partie détruite lors de la construction d’une nouvelle église sur le même site. Elle est conservée aujourd’hui sur le sol du nouvel édifice religieux.

C’est la plus ancienne carte de Palestine et elle représente une zone s’étendant, du nord au sud, du Liban à l’Egypte, et d’est en ouest, du désert d’Arabie à la mer Méditerranée. Elle montre les routes et les villes du temps, mais aussi les détails géographiques comme la mer Rouge, les chaînes de montagne, la vallée et la plaine du Jourdain. Jérusalem y occupe une place centrale, avec ses remparts, ses rues et ses édifices, fournissant ainsi de précieuses informations sur la cité à l’époque byzantine. On y voit notamment les portes de Damas et de Jaffa, ainsi que l’église du Saint-Sépulcre.

D’après les langues utilisées dans les inscriptions, les bâtiments identifiables construits par Justinien (527-565) et le style de la mosaïque, on peut la dater de la fin du VIe siècle. L’artiste est certes palestinien, vu son utilisation de la graphie araméenne de plusieurs noms propres de lieux. Il s’est aussi beaucoup inspiré du premier grand ouvrage de topographie de la Terre Sainte, celui (Onomasticon) de l’évêque Eusèbe de Césarée, au milieu du IVe siècle, qui reste encore aujourd’hui une source inestimable pour l’identification de lieux anciens, maintenant disparus.

 
Source : AFP & et Un écho d’Israël

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 5276 fois, 2 aujourd’hui |

Suivre la discussion

Une réponse à : “Une ancienne voie de pèlerins chrétiens, vieille de 1500 ans, découverte au cœur de la vieille Jérusalem”

  1. Mariclo-Juliette :

    Après la lecture de cet article, on laisse travailler notre imagination et l’on imagine la vieille ville de Jérusalem au temps de Jésus…
    Bonne continuation avec vos passionnants articles
    MC-Juliet

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises