Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins, Via Francigena > Blog article: Une exposition à Rome sur la route du pèlerinage entre l’Angleterre et la Ville Éternelle

Une exposition à Rome sur la route du pèlerinage entre l’Angleterre et la Ville Éternelle

8 février 2016 | Publié dans Histoires de pèlerins, Via Francigena | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Non Angli sed Angeli
Le Collège anglais de Rome a ouvert au public l’exposition « Non Angli sed Angeli », donnant ainsi aux visiteurs l’occasion de découvrir et d’admirer la plus ancienne institution britannique d’Outre-manche. Le directeur et organisateur de l’exposition, le père Andrew Headon, nous en parle :

« J’ai eu l’idée de raconter l’histoire de ce séminaire et de son centre dans le cadre du pèlerinage de l’Angleterre à Rome et de la mission de Rome en Angleterre. De cette façon j’ai voulu raconter l’histoire de la plus ancienne institution britannique en dehors de l’Angleterre, fondée en 1362 comme centre d’accueil lié à la Maison Royale, pour les pèlerins qui venaient justement d’Angleterre. Puis en 1579, ce centre est devenu un séminaire. C’était l’époque où en Angleterre il était interdit d’être un prêtre catholique. Dès qu’ils étaient formés, les prêtres pouvaient rentrer chez eux. Durant cette période, beaucoup étaient martyrisés s’il on les surprenait à célébrer les sacrements. »

Le nom de l’exposition, « Non Angli sed Angeli » renvoie aux paroles prononcées par le pape Grégoire le Grand lorsqu’en traversant le Forum Romain il avait aperçu des esclaves britanniques au travail. C’est à la suite de cette rencontre qu’il avait envoyé le moine Augustin convertir l’Angleterre.

Evoquant le martyre des catholiques tués en Angleterre pendant la Réforme protestante et celui des 44 séminaristes du Collège, l’exposition montre une image tridimensionnelle du « Tableau des Martyrs » de Durante Alberti, un retable d’autel ornant l’église du Collège, qui a rouvert ses battants après deux ans de restauration. On y voit la Trinité entouré de Saint Thomas de Canterburry et Saint Edmond.

« Il y a un tableau qui a été peint en 1583, deux ans à peine après le martyre du premier étudiant Ralph Sherwin. L’œuvre représente la Trinité, et deux martyrs anglais, Thomas de Canterbury et le roi Edmond de Saxe, qui invitent les étudiants à pénétrer le tableau et à passer la Porta Flaminia, derrière laquelle on aperçoit l’Angleterre. »

Pour voir l’Anamorphose et l’original du tableau des Martyrs, revoir l’époque des Tudor et reparcourir le célèbre pèlerinage sur la Via Francigena, il est possible de visiter l’exposition “Non Angli sed Angeli”, ouverte jusqu’à la fin du mois de juillet 2010, au Collège Anglais, dans le centre historique de la Ville Éternelle.

Source : Exposition sur la route du pèlerinage entre l’Angleterre et Rome

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 3647 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises