Villemagne -le blog

Voyages, Histoire & Écriture
Vous êtes ici : Accueil > Blog > Histoires de pèlerins > Blog article: Vestiges du temple de Jérusalem au XVe siècle

Vestiges du temple de Jérusalem au XVe siècle

18 février 2017 | Publié dans Histoires de pèlerins | Écrire un commentaire
  Favoris & Partage
Rabbin
Originaire du nord de l’Italie, Obadiah de Bertinoro est un érudit, auteur de commentaires du Talmud. Ayant pour projet de s’établir dans le pays de ses ancêtres, il se rend en Palestine en 1487. Empruntant, comme la plupart des pèlerins chrétiens, la voie maritime, il quitte Messine pour un cabotage en mer Égée, Rhodes, Chypre puis Alexandrie avant de rejoindre la Palestine. Arrivant à Jérusalem où il ne reste presque plus de juifs, il s’installe dans la Ville sainte et y fait office de croque-mort. On conserve de lui trois lettres rédigées en hébreu où il raconte son voyage, décrit la vie en Terre sainte et parle également des communautés juives de Palerme et de Rhodes qu’il a côtoyées lors de son voyage. Obadiah de Bertinoro est mort à Jérusalem.

« Nul juif ne peut entrer sur l’esplanade du Temple. Quoique souvent les musulmans aient voulu y faire pénétrer des juifs menuisiers ou fondeurs pour travailler le bois et pour tout autre labeur, les juifs s’abstiennent en raison de l’impureté. Je n’ai pas pu savoir si les musulmans pénètrent dans le lieu qui fut autrefois le Saint des Saints. J’ai aussi cherché à savoir ce qu’est devenue la « pierre de fondation » sur laquelle était déposée l’Arche sainte ; nombreux sont ceux qui affirment qu’elle se trouve sous une coupole belle et haute que les musulmans ont construite dans le Temple. Elle y serait enfermée et nul ne pourrait y entrer, c’est-à-dire approcher de la pierre de fondation, car la coupole est très grande.

Le Temple renferme d’immenses richesses, à ce qu’on dit. Tous les rois y construisent des salles couvertes d’or. L’actuel y aurait construit un beau bâtiment décoré d’or et de pierres précieuses, supérieur à celui de tous les autres royaumes. Le Temple possède aujourd’hui douze portes. Celles que l’on appelle les portes de Miséricorde sont en fer, toujours closes, situées à l’est du Temple. On n’en voit que la moitié au-dessus du sol, le reste est enfoncé dans la terre. On dit que les musulmans ont souvent essayé de les dégager, sans succès.

Le mur occidental qui existe encore, je veux dire en partie, est construit en pierres grandes et larges. Je n’ai jamais vu de pierres aussi grandes dans un bâtiment ancien à Rome ou ailleurs. Au nord-est du Temple, dans un angle, un grand bâtiment est construit sur de grandes et hautes colonnes, très nombreuses. Je suis entré dans cet endroit et j’ai eu peine à arriver jusqu’au bout du bâtiment, car il est immense. Il est rempli de terre amassée après la destruction du Temple. Le Temple repose sur ces colonnes. Dans chacune, un trou permet de passer une corde. On dit que c’est là qu’on attachait les béliers et les taureaux destinés aux sacrifices. »

Reconstitution du temple de Jérusalem - James Tissot

Reconstitution du temple de Jérusalem – James Tissot

 
Lire l’article complet : Obadiah de Bertinoro

Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :



Écrire un commentaire Lu 7788 fois, 1 aujourd’hui |

Écrire un commentaire

(*) Mentions requises