À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Le chemin de Dominique Beaumont l'a mené de Compostelle au bio - Economie - La Voix du Nord Région Sports Économie Culture-Loisirs France/Monde Immo Auto Emploi Carnet Reviewer Plus S'inscrire | Se connecter Rechercher: Achetez lejournal du jour Abonnez vous àLa Voix du Nord Lundi 3 novembre 2014 | Connect : Créez votre compte , inscrivez-vous aux newsletters , gérez vos abonnements Connect : Gérez votre profil , vos newsletters et vos abonnements Votre navigateur ne supporte pas les frames, cliquez ici pour vous connecter. Economie Le chemin de Dominique Beaumont l'a mené de Compostelle au bio Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 02/11/2014 Carine Di Matteo Réagir   Le journal du jour à partir de 0,79 EUR Dans son magasin, à Coudekerque-Branche près de Dunkerque, Dominique Beaumont vend du bio depuis six ans. Pas par militantisme, mais par souci d'être cohérent avec le mode de vie qu'il a adopté lorsque sa femme est tombée malade. Dominique Beaumont dans son magasin bio de Coudekerque-Branche, Un autre chemin. Photo Marc Demeure - A + La route de Compostelle, c'était un sacré défi. L'épouse de Dominique Beaumont était en pleine convalescence après un cancer qui avait forcé le couple à quitter les Antilles où il vivait pour revenir dans le Boulonnais. Les deux époux avaient décidé qu'ils allaient marcher. Ils adorent ça. « On a toujours fait des treks dans le désert de Jordanie, au Maroc..., avec les enfants. Là, on s'est adaptés. » C'était en juin 2007. Départ de Puy-en-Velay. « On avait une grosse motivation. Il y avait un peu de religieux, un peu de mystique. » Sur la route, les idées naissent. « C'était le moment pour moi de reprendre une activité. J'avais tout arrêté pendant deux ans pour accompagner mon épouse. » Dominique Beaumont reçoit des propositions de travail à l'étranger. Il refuse de s'expatrier à nouveau. Oublier la maladie, démocratiser le bio « Avec mon épouse, on se disait qu'on allait créer une petite épicerie. Mais je me suis rendu compte que, professionnellement, j'allais vite m'ennuyer. » Alors il décide de voir plus grand, de créer un magasin de 300 m2, pour vendre les aliments bio qu'ils consomment depuis l'arrivée de la maladie dans leur vie. « Avant, je ne m'y intéressais pas plus que ça », reconnaît le Coudekerquois. Sur le chemin de Compostelle toujours, les deux amoureux décident qu'ils appelleront leur boutique Un autre chemin, comme un clin d'oeil à ce qu'ils vivent. « Notre objectif, c'était de démocratiser le bio et de le rendre accessible à tous. » Le couple se lance dans une étude de marché et reprend le chemin de Compostelle en 2008. « En VTT, cette fois, pour aller plus vite, parce qu'on avait trouvé un local à Coudekerque-Branche et qu'on voulait se dépêcher de commencer. » Ils foncent en ayant conscience que le bio est une niche, mais une étude de marché montre que le Dunkerquois est un territoire propice. La crise économique et financière éclate. « Mon banquier m'a appelé en me disant qu'il regrettait presque de m'avoir prêté de l'argent. » Les clients affluent. Des militants, des adultes élevés dans le bio, des jeunes parents pour leur bébé et des « accidentés de la vie. C'est comme ça que je les appelle ». Des malades, en fait. « On a assez vite rencontré le succès. » Dominique Beaumont, devenu veuf l'an passé, a essayé de redonner une âme à son local. « J'ai retrouvé, ici, le plaisir de faire du commerce au sens social. J'avais envie de nouer des relations éthiques avec les producteurs locaux et régionaux, d'avoir une vraie relation avec les clients, de connaître leur nom et leur prénom. Je joue à l'épicier, à la vendeuse. On s'échange des recettes. J'adore. » Avec ses deux fils, le début d'un réseau « Mes amis m'avaient dit lorsque je me suis lancé de ne pas rester seul, explique Dominique Beaumont, pour avoir des comptes à rendre à quelqu'un, pour que je sois obligé de formaliser les choses. » C'est comme ça que ses deux garçons sont devenus « actionnaires très minoritaires » d'Un autre chemin, aux côtés de leur père et mère. Ils faisaient les choses bien, à quatre. Ils tenaient des assemblées générales, rédigeaient les comptes rendus de réunions. Jusqu'à ce que Matthieu, qui habitait à Barcelone depuis quelques années, ressente l'envie de se lancer dans l'aventure du bio lui aussi. Et ouvre une boutique à Béthune, en 2011. « Le bio a de belles perspectives, détaille le fils aîné. C'est intéressant commercialement et c'est super de travailler en famille. » Vincent, le petit frère, a installé sa boutique à Douai, cet été. « J'ai été surpris qu'ils fassent ce choix, confie le père. Ils sortent tous les deux d'école de commerce. Ils travaillaient dans des boîtes qui ont un renom intéressant. » Reste que cela réveille le rêve de Dominique Beaumont de créer un réseau de magasins bio. « Mais attention, on est tous les trois indépendants en termes capitalistique. Mes fils ont dû casser leur tirelire pour ouvrir leur boutique. Et il n'y a aucune hiérarchie entre eux et moi, détaille le patriarche. Je ne voulais pas mélanger les genres. Au boulot, c'est le boulot. » Trois ou quatre autres magasins encore Les trois Beaumont imaginent que d'autres magasins puissent ouvrir sous leur enseigne dans la région. Ils ont démarré une étude de marché, ciblé trois ou quatre territoires qu'ils pourraient investir. Et se trouvent confronter à une difficulté insoupçonnée : celle de trouver des locaux capables de les héberger, à un loyer correct. « Ma fierté, c'est surtout d'avoir créé des emplois, souligne Dominique Beaumont. Huit ici. Au moment où Arcelor a licencié, je plaisantais en disant que je parvenais à créer plus d'emplois que lui. » Magasin bio Un autre chemin, 60, route de Furnes, à Coudekerque-Branche. Tél. : 03 28 51 04 12. Réagir à l'article Réagir avec son facebook connect ou profil Connect Se connecter Pas encore inscrit ? Rédigez votre commentaire : * * Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs. Publier votre commentaire sur Facebook Vos réactions 0 Réagir le top des internautes les + lus Roubaix: Pôle IIID, l'école d'animation 3D qui offre des débouchés qui n'ont rien de virtuel 2 Apple officialise enfin son arrivée rue Faidherbe 3 Enfin un espoir à la papeterie Arjowiggins de Wizernes : un repreneur serait intéressé 4 Sapin appelle Gattaz à "tenir sa promesse" de créer 1 million d'emplois 5 Valenciennes : le Buffet de la gare, jadis une institution, «définitivement» fermé Tous nos sujets Région Recherche une location: Armentières Arras Avesnes-Fourmies Béthune Boulogne sur Mer Bruay-La-Buissière Calais Cambrai Caudry Denain Douai Dunkerque Hazebrouck Hénin-Beaumont Lens Lille Lomme, Loos et les Weppes Marcq - Lambersart et environs Maubeuge Montreuil Roubaix Saint-Omer Saint-Pol sur Ternoise Seclin Tourcoing Valenciennes Villeneuve d'Ascq France - Monde Dernières actualités France-Monde Dossier - Réforme de l'école Le temps fort Sport Ligue 1 LOSC VAFC Ligue 2 RC Lens USBCO Basket-ball Handball Volley-ball Rugby Tennis Cyclisme Economie Lille Métropole Artois Hainaut Littoral Nord - Pas-de-Calais Automobile Commerce et Distribution Emploi et Recrutement Immobilier Transport et Logistique Culture & Loisirs Lille Métropole Hainaut Artois Littoral Chez nos voisins Cinéma Destination Belgique Télévision Suivre La Voix du Nord Sur twitter Suivre @LaVoixduNord Journal du jour Jeux RSS Connect votre espace personnel Newsletter La Voix du Nord en page d'accueil Version Mobile Actualités du Nord-Pas De CalaisArrasArmentièresAvesnes-FourmiesBoulogne-sur-MerBruay-la-BuissièreBéthuneCalaisCambraiCaudryDenainDouaiDunkerqueHazebrouckHénin-BeaumontLensLilleLomme, Loos et les WeppesMarcq - Lambersart et environsMaubeugeMontreuilRoubaixSaint-OmerSaint-Pol-sur-TernoiseSeclinTourcoingValenciennesVilleneuve d'AscqActualité thématiqueSportsCulture & LoisirsÉconomieFrance-MondePhotosVidéosServicesVotre publicité dans nos titres avec La Voix MédiasAbonnement au JournalApplications mobilesBoutique des lecteursÉditions numériquesMétéoProgrammes TVRendez-vous.frBilletterieArchivesDe Vous à NousAnnoncesImmobilierAutomobileMémoireAnnonces légalesEmploiOffres de stagePratiqueIndex de A à ZIndex économie de A à ZDécouvrez les autres sites de La Voix du NordLes sites du groupe La VoixfermerLes sites du groupe La VoixLe groupe RosselLe groupe La VoixLa Voix MediasPicardie Matin PublicitéG&BCourrier PicardDirect Matin Lille PlusLa Voix Du NordNord EclairNord LittoralLa Voix des SportsLa Voix EcoLa Voix L'EtudiantNord BlogsL'Avenir de l'ArtoisL'Echo de la LysLes Échos du TouquetL'Indicateur des FlandresLe Journal des FlandresLe Journal de MontreuilLe Phare DunkerquoisLe Réveil de BerckLa Semaine dans le BoulonnaisPresse FlamandeLe MessagerWéoContact, la radio enjoyNep eventLa Voix emploiNordstagesLa Voix immoLa Voix autoLa Voix Eco BusinessMarchés PublicsMémoireUn site DPI24/7 par Audaxis Le groupe La Voix Nos solutions en communication Mentions légales Aide CGV CGU Contactez-nous