À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Entre mer et reliefs, le Pays basque - LibérationSe connecterS'inscrireSe déconnecterLe journalLa bibliothèqueLe club abonnésLes rubriquesRechercherMon profilLibéradioRechercheSe déconnecterSe connecterS'inscrireLe journalLa bibliothèqueVoyagesVoyagesJournal numérique 27 novembre 2014Abonnez-vous 1EUR le premier moisFeuilleterRechercherPolitiqueSociétéMondeÉconomieCultureNextIdéesBlogsVidéoPhotoRadioPlus...SportsLivresEcoFuturTerreThéâtreVoyagesÉcransSciencesSexe & genreVousDésintoxTchatsForums thématiquesÉvénementsL'actu du tourismeGrandes destinationsVacancesMontagnes et randonnéesVoir et lireConcours Libé ApajBlogsTara, au fil de l'eauAccueil>Voyages>Week-ends et vacancesEntre mer et reliefs, le Pays basqueMarie OTTAVI 27 novembre 2014 à 09:38 Facebook :FacebookTwitter :TwitterGoogle+ :Google+Envoyer :MailImprimer cet articleImprimerLire sur le readerMode zenLa rampe de la Concha, à San Sebastian. (Marie Ottavi)PYRENÉES Balades avec l'artiste Juan Aizpitarte. De la baie de San Sebastian au village de Sare, au pied de la montagne de la Rhune.Au Pays basque, mieux vaut éviter de parler de territoires français ou de terres espagnoles. Optez plutôt pour le Nord (iparralde en basque) et le Sud (hegoalde). ça peut aider, une fois sur zone, à se faire des amis, ou au moins quelques compères de route prêts à évoquer leur chère terre.Juan Aizpitarte est l'un de ceux-là. Artiste et vidéaste, cousin d'Iniaki Aizpitarte, chef fort doué du restaurant Le Chateaubriand et du Dauphin à Paris, il vit « entre les deux côtés ». Le jour, Juan dirige un centre d'art situé à San Sebastian. Le soir, il remonte à Socoa, à 25 kilomètres en longeant l'océan, où il vit avec sa compagne et sa fille née en octobre. Comme beaucoup de locaux, il «profite du cadre», surfe sur les plages sans favoriser un pays ou un autre, et monte de temps en temps vers la montagne, qu'il dit «magnifique».Divisé en sept provinces (quatre espagnoles, trois françaises), le Pays basque (Euskadi dans le texte) peut s'explorer en slalomant entre ses deux nations, dénuées de postes frontières depuis dix-sept ans. L'arrivée se fait par Biarritz et se poursuit le long de la côte où les vagues sont impressionnantes de septembre à décembre. La traversée de Saint-Jean-de-Luz annonce déjà que l'Espagne et surtout San Sebastian, approchent. Distantes d'une petite trentaine de kilomètres, les deux villes présentent des similarités. Une même bourgeoisie (l'historique pull noué sur les épaules fait partie de son folklore), la culture thalasso en commun, une topographie similaire (orientation et courbe), un vent et des marées identiques. Et la beauté aussi.Une grande partie de San Sebastian a changé de visage au XIXe siècle. La ville fut reconstruite après une série d'incendies dévastateurs. Depuis des lustres, les promeneurs se posent près de l'eau, hypnotisés par le banc de sable immense (long de 500 mètres) de la baie et des deux immenses rochers qui la découpent. Les familles et les amis se retrouvent là pour discuter en longeant la plage. On s'accoude à la barandilla de la Concha, rambarde blanche, symbole de la ville. «C'est une frontière entre le monde sauvage et la ville civilisée», remarque Juan Aizpitarte qui l'a détournée dans l'une de ses installations. La côte a connu de fortes vagues de construction hôtelière dès les années 60. La montagne, plus sévère et traditionaliste, a un peu résisté au raz-de-marée touristique. Elle est à moins d'une heure à l'est. Aucune route ne suit la frontière, ce serait trop simple. Aujourd'hui, le passage d'un pays à l'autre est indolore, parfois invisible.Sur l'ancien chemin de Jacques-de-Compostelle avec, à l'arrière plan, le bas du village de la Sare.Au fil des ans, les Mugalari, contrebandiers d'un autre temps, se sont transformés en légende qu'on se raconte entre générations. Ces passeurs faisaient du trafic en tout genre avec leurs voisins, si loin si proches. Mais certains d'entre eux ont bravé le danger sur ces terrains embusqués où ils aidèrent la résistance à franchir les lignes du temps de la guerre d'Espagne puis face aux nazis. Désormais, on ne risque plus rien, sauf à se perdre, sur les «itinéraires bis». Les Français viennent encore chercher tabac, alcool, essence, fruits et légumes au sud. Les Espagnols montent au nord acheter de l'huile d'arachide par hectolitres, du lait et des médicaments. Côté ibérique, il y a deux vices alléchants au succès jamais démenti : les machines à sous et les bordels toujours actifs.«Ca ne se remarque peut-être pas quand on passe peu de temps ici mais les références culturelles ne sont pas aussi poreuses que les terres. Les deux côtés restent très différents. Les Espagnols sont probablement plus sympathiques tout en restant plus fermés à la culture française», souligne Juan Aizpitarte.Dans la montagne, à l'arrière-saison, le voyageur sait qu'il rencontrera une pluie fréquente, des paysages d'un vert irlandais, des routes en lacets, des forêts garnies de champignons. à l'entrée dans les terres, on passe par la ville d'Etxalar et son col. Les chasseurs de palombes et de cèpes s'y pressent à l'automne comme à Iraty, côté français, pour les mêmes raisons.Un vieux connaisseur conseille de partir vers Zugarramurdi et ses grottes de sorcières. Ici, il y a quatre cents ans, on y brûla hommes, femmes, enfants pour actes de sorcellerie. En 2014, on vend des poupées au chapeau pointu à l'épicerie du coin. à Urdax, on croise des écoliers qui jouent au ballon au pied de l'église. Ils parlent couramment le basque, langue si complexe pour qui en est resté au latin (le plus ancien dialecte d'Europe de l'Ouest n'est affilié à aucune langue connue). Leur école (à Ustaritz « au nord ») est bilingue et se porte très bien puisque «beaucoup de parents reviennent à l'enseignement en immersion totale ces dernières années», confie la maîtresse.à Sare, sur les terrasses, on entend plutôt parler français, anglais et japonais. Sare fut l'un des premiers « plus beaux villages de France », appellation très recherchée par les petites communes. Hautement typique, il est presque trop beau, séduisant comme un gros gâteau. Les Saratars sont habitués au passage des touristes (l'ancien chemin de Compostelle arrive au village). «Mais ils restent aussi très Basques», souligne un restaurateur. Entendre: Très attachés à ce qu'on ne les envahisse pas. Les Abertzale (patriotes) n'ont pas disparu même si les branches dures de l'autonomisme ont baissé les armes.Sare et ses platanes sont au pied du massif de la Rhune. Il se gravit en deux heures et ce n'est pas rien. L'été passé, sur ce chemin caillouteux, on croise des chevaux noirs en plein repas de marrons et quelques grosses vaches. Pas une âme humaine qui vive si l'on s'y prend bien. Au sommet, la vue à 360 degrés donne un aperçu impressionnant sur la région et sur tout ce qu'il reste encore à y découvrir.La place principale à Sare.AdressesAu sud, à San SebastianHôtel Niza: la vue sur la baie est imprenable. Bâti au début du XXe siècle, rénové dans les années 70, l'hôtel conserve le charme des lieux surannés. L'apéritif et le coucher de soleil au bar sont très conseillés.Zubieta 56, 20007 San Sebastian, +34 943 42 66 63.Les Tapas chez Bernardo Etxea: Soit on dîne dans l'arrière-salle, cossue à l'espagnole. Soit, on se pose tranquille, à l'entrée. Partage de tables obligatoire. Tous les styles de bons mangeurs sont représentés. Même principe à la Rampa, près de l'aquarium de la ville.Bernardo Etxea, Calle del Puerto, 7, 20003. +34 943 42 20 55. La Rampa, Paseo del Muelle, 26, 20003, +34 943 42 16 52.Espacio Reflex: la ville est grande même si les touristes restent facilement collés aux balustrades de la grande plage. L'espace Reflex n'est pas loin et là, c'est le travail des artistes de la région qu'on vient observer.Calle Egia 24, 20012. www.espacioreflex.orgA ZugarramurdiRestaurant Herriko Jatetxea: sur la place principale du petit village. C'est français donc plus cher que ce que l'on peut trouver à deux pas. Mais c'est bon et varié, ce qui n'est pas une mince affaire dans un si petit bourg.31710 Zugarramurdi.Le bureau de tabac de Madeleine: Situé sur l'unique place du village, on y achète certes des cigarettes, mais on passe surtout faire la conversation avec Madeleine, 76 ans, installée là depuis toujours.Au nord, à SareHôtel Arraya: ancien relais du chemin de Saint-Jacques de Compostelle, l'hôtel est à la fois très basque (sa stature et son style) et très français dans sa décoration. C'est là qu'on se détend après les marches.Bourg, Sare, 05 59 54 20 46. Marie OTTAVIVacancesGrenade, les Maures dans l'âmeAndalousie Par Vincent NoceSalina, la tournée du «Facteur»ItalieIl y a vingt ans, l'île éolienne accueillait le tournage d'«Il Postino», sur l'exil de Pablo Neruda. Depuis, cet anti-Capri perpétue la mémoire du film et de son acteur principal, mort peu après. Par Sébastien Carayol Au fil de la France îlienne BaladeAu détour des autoroutes et des cités dortoirs, dans les méandres de la Seine, de l'Oise et de la Marne, quelque 365 îles, petits paradis cachés propices à l'imagination. Par Marine DumeurgerGuédelon, créneau pédagomoyen-âgeDonjon, moulin, chapelle et chemin de ronde... La construction du château, avec techniques du XIIIe siècle et matériaux traditionnels, a été lancée il y a dix-sept ans. Mené au coeur de la Puisaye, le projet privé attire chaque année 300 000 touristes. Par Elise Godeaules plus partagés1Sarkozy sur Dati : avec des parents «algérien et marocain, parler de la politique pénale, ça avait du sens»2La bataille de Simone Veil pour le droit à l'avortement3Barrage de Sivens : Bruxelles va ouvrir une procédure d'infraction contre la France4«Au Congo-Kinshasa, le viol est une arme de destruction massive»580 millions de bactéries échangées au cours d'un baiserVidéos les plus vuesHausses d'impôts : Hollande met tout sur le dos des richesMédecins et IVG : «On n'est pas des parias. On est gynécos, accoucheurs, avorteurs»Joffrin sur 2017 : «François Hollande n'est pas le candidat automatique»Le choix des abonnés1Brigitte. Les confondantes portrait Par Léa Iribarnegaray2Ferguson : «Il continuait à venir vers moi, j'ai encore tiré»  Par Lorraine Millot3Bernard Pruvost. Grand Quinquin portrait Par Edouard LaunetFeuilleter le journalAbonnez-vous à LibérationA partir d'un 1EUR le premier moisS'abonnerRecevoir la newsletterL'actu Libé tous les matins par emailAnnonces shoppingApprenez une langue avec BabbelCours de langues par Internet 12 langues disponibles sur PC et tablettes, méthode efficace et maintes fois primée Je découvreLa boutique de LibéSteve Jobs - 30x40cmUne - tirage photographique professionnel39EURLe meilleur de LibéAnciens numéros, hors-série, collectorsA partir de 9,90EURPlus de produitsTop recherche en live avec OrangeA la une de Libération1Méfiance des ONG au raout vert de l'Elysée2Interpellations dans l'Ain de personnes soupçonnées de propagande jihadiste3L'enfant tué par la police à Cleveland abattu dès l'arrivée des policiers4Début du procès de deux hommes à Paris pour la mort de Lee Zeitouni en Israël5Jean-Luc Schaffhauser, l'eurodéputé prorusse qui a conclu le prêt du FN6Joffrin : «Une Europe non solidaire sera de plus en plus rejetée»7Demandeurs d'asile : Pécresse, Ciotti, Karoutchi et le chiffre qui n'existait pasLeçons de cuisine avec QOOQApprenez à cuisiner en vidéo 1 mois offert sur QOOQ pour cuisiner comme un chef J'en profiteCours d'anglais avec GymglishCours d'anglais par Internet Testez gratuitement nos cours d'anglais pendant 1 mois. J'en profiteRencontres sérieuses avec ParshipTrouvez l'amour Rencontrez des célibataires qui vous correspondent avec Libé.fr et Parship Je découvreAbonnez-vous à LibérationA partir d'un 1EUR le premier mois Le quotidien chaque jour chez vous Libé sur iPhone, iPad et Android Accès illimité aux archives S'abonnerLibé sur le webSuivez l'actualité en temps réelTwitterFacebookGoogle+RSSRecevoir la newsletterRecevez l'actu Libé tous les matins par emailLibé boutiqueBarack ObamaTirage photo professionnel39EURToute la boutiqueLiberationPolitiqueSociétéMondeEconomie / EcofuturCultureNextIdéesVidéoPhotoRadioNextBeautéMusiqueCinémaModeAutoDesign&ArchiArtsLa nuitÉcransVu sur le wwwInternetTélévisionJeux vidéoPresseRadioHigh-techChronophagesPodcastsNous sommes un journalServicesGérez votre abonnementEmploiRencontrePetites AnnoncesCours d'AnglaisShoppingAnciens NumérosContactPublicitéLicenceDonnées personnellesConditions générales de vente et d'utilisationSite hébergé par Pilot SystemsRSS© Libération