À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

La Geste de Béranger de Landore Nouveaux regards sur Compostelle, le pèlerinage et les chemins de Saint-Jacques Tromper en transformant une légende en histoire, c'est en oublier l'esprit Connaître saint Jacques, comprendre Compostelle Moteur de recherche sur tous les sites de la Fondation Articles signalés Un pèlerinage espagnol devenu européen Le retable de l''église Santiago el Real à Logroño Récits de pèlerinages Pèlerinage, hospitalité, évangélisation Les mythes de l'apôtre Jacques Une vision renouvelée de Compostelle Les chapitres du site Compostelle, pèlerinage et société Pèlerins et pèlerinages Patrimoine Histoire Société Spiritualité Le Patrimoine Mondial Compostelle-Cordoue " Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l'époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa. L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963 1963, l'aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d'Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu'ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d'aujourd'hui, qu'ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d'équitation d'extérieur. Galeries Saumur 18 avril Réception (15) L'Homme à cheval vers Compostelle (15) Les années saintes du XXe siècle (3) Les fresques de la vie de l'apôtre Jacques à Montrouge (8) Le blog des conseils de Pierre Conseils pratiques aux pèlerins Quelques mots clés chemins de Compostelle Compostelle UNESCO Codex Calixtinus Patrimoine mondial pèlerinage Charlemagne René de La Coste-Messelière saint Jacques Matamore Franco tombeau Commémoration nationale chemins Conseil de l'Europe Pampelune Aigoland 1948 Henri Roque relique Vista Alegre Chamole restauration Toulouse abbé Batlle année sainte Béranger de Landorre histoire Godescalc Benoît XVI Accueil  >  Compostelle, pèlerinage et société  >  Histoire La Geste de Béranger de Landore Où l'on apprend comment l'épée de saint Jacques fut rougie du sang de Chrétiens avant de devenir celle du Matamore. 03/12/2014 Présentation de la Geste de Béranger de Landore Béranger de Landorre (portrait de 1530, Compostelle, palais de l'archevêché, galerie des portraits des archevêques cl. P.N.) La Geste  est centrée sur les quatre années de lutte qui ont été nécessaires à Béranger pour prendre la direction du diocèse de Compostelle. Nommé par Jean XXII en 1317, il se prépare pendant un an mais il lui faut attendre 1322 pour arriver à s'imposer tant est grande l'hostilité des habitats de Compostelle, attisée par les conflits de succession du roi de Castille. Elle est divisée en 102 courts « chapitres » qui racontent les difficultés et traîtrises que Béranger dut surmonter avant d'être reconnu comme archevêque. Tous les noms des lieux qu'il visita ou fut obligé de se réfugier ou combattre sont mentionnés sur des cartes et sur un plan de la ville de Compostelle, placés en fin de l'ouvrage. La genèse de la Geste En Espagne, il existe assez peu d'études sur cet homme, peut-être du simple fait qu'il était Français. Une chronique latine contemporaine de Béranger, intitulée Archiepiscopi Compostellani de Gesta Berengarii de Landoria traduite en espagnol sous le titre Hechos de Don Berenguel De Landoria, Arzobispo de Santiago racontant la conquête de son siège méritait une traduction française intégrale. En 1989, Serafin Moralejo, autre professeur de la même université, fit à son sujet une remarquable communication à un congrès organisé à Viterbe par le Conseil de l'Europe. Il s'agissait à l'époque de préparer l'inscription du Camino francés au Patrimoine mondial de l'UNESCO, et donc de rechercher, comme l'indiquait le titre de ce colloque, « les traces du pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle dans la culture européenne ». D'emblée, il constatait un parallélisme certain entre l'Historia compostelana, rédigée au début du XIIe siècle pour célébrer le premier archevêque, Diego Gelmirez (1100-1140) et la Geste de Béranger. Même s'il s'agit, dit-il, d'une imitation consciente, elle fut imposée par la similitude des situations : comme Diego, Béranger a été rejeté par ses sujets qui l'ont enfermé dans sa cathédrale. Comme Diego qui avait fait rédiger par son trésorier le cartulaire dit Tumbo A, Béranger a fait rédiger les Tumbo B et C. Béranger prit soin de faire réaliser les trois seules copies du Livre de saint Jacques, connu aujourd'hui sous le nom de Codex Calixtinus. L'auteur de La Geste, qui se définit lui-même comme le compagnon des bons et des mauvais jours, n'est pas connu. On a mis en avant plusieurs noms : frère Gonzalo de Sas, docteur en théologie et illustre personnage dans l'Ordre des Dominicains, compagnon et partisan de Béranger de Landore ; Hugo de Vezin, Bernard de la Roche. Le plus probable semblerait être Aymerich d'Anteyac, chanoine de Compostelle. Un français à Compostelle En 1317,  le Dominicain français Béranger de Landore[[1]]url:#_ftn1 fut nommé archevêque de Compostelle. Personnage d'une énergie peu commune, il commença sa carrière diplomatique internationale dans la mouvance des papes français d'Avignon avant de l'achever sur le siège de Saint-Jacques, siège qu'il dû conquérir de haute lutte, non plus par la célèbre parole dominicaine, mais l'épée au poing. Béranger de Landore est né en 1262 au château de Salmiech (Aveyron) dans une famille apparentée aux comtes de Rodez. Il entre chez les dominicains de Rodez en 1282 et commence des études brillantes que La Geste relate en détail, ainsi que son accession rapide à la maîtrise de son Ordre. Choisi comme auxiliaire par le pape français Clément V, il se voit confier des missions contre les hérétiques dans le Midi et, en 1309, il soutient le siège d'Algésiras dans la province de Cadix[[2]]url:#_ftn2 . Il participe au concile de Vienne en 1311 et, en cette même année, il apparaît comme l'un des artisans de la réconciliation entre Philippe le Bel et la papauté, scellée par la bulle de Clément V, Rex gloria virtutum datée du 27 avril[[3]]url:#_ftn3 . Béranger fut nommé très vite, en 1312, Maître Général de l'Ordre des dominicains. Il obtint d'emblée la confiance du successeur de Clément V, Jean XXII élu à Avignon en 1316 qui lui confia aussitôt deux autres missions délicates, la première étant de rétablir la paix entre la France et les Flamands[[4]]url:#_ftn4 , la seconde d'asseoir Philippe V sur le trône de France. L'action diplomatique de Béranger avant sa nomination Depuis la défaite essuyée contre les Flamands à Courtrai en 1302 par Philippe le Bel, ce dernier les accusait d'être des hérétiques joachimites[[5]]url:#_ftn5 et de se livrer à des pratiques démoniaques. Après la mort de Philippe le Bel, Béranger de Landore fut l'un des artisans de la signature de deux traités de paix entre les villes flamandes et le nouveau roi de France Louis X le Hutin (le 8 juillet 1316 à Pontoise) puis, le 24 décembre, avec le frère du roi, le régent Philippe comte de Poitiers (Louis X venant de mourir). Béranger intervint tout naturellement, à la demande de Jean XXII, dans cette succession de Louis X, par une bulle du 29 avril 1317. Deux candidats étaient possibles, Philippe mais aussi la fille du roi, Jeanne de Navarre. Philippe, ayant obtenu la renonciation de Jeanne, prit le titre de roi. Mais il se heurta à l'hostilité de certains princes qui se révoltèrent, principalement en Bourgogne et en Champagne. Béranger fut l'artisan des négociations de paix, une paix scellée à Melun par une promesse de mariage entre le duc de Bourgogne et la fille du nouveau roi qui apportait Artois et Franche-Comté.         [[1]]url:#_ftnref1 Bibliographie de référence établie par Kaeppeli T., Scriptores ordinis prædicorum Medii Aevi, Rome, 1970-1994, 4 vol., t.I, p.191-192 et t.IV. p.49 [[2]]url:#_ftnref2 Touron A., Histoire des hommes illustres de l'ordre de Saint-Dominique, Paris, 1743-1749, 6 vol., t. II, p.66 Delmas J., Les dominicains en Rouergue, Rodez, Archives départementales, 1994 [[3]]url:#_ftnref3 Registrum Clementis papæ V, éd. des Bénédictins, 8 vol. Rome, 1884-1892, t.VI, n°7503-7507, p.420-429 Baronius C., Annales ecclésiastiques... année 1311, t.IV, p. 495, n°50 [[4]]url:#_ftnref4 Touron A....op. cit. t. II, 1745, p.76-77. Baudrillat A., Meyer A. de, Van Cauwenbergh E., Aubert R., Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique, Paris, 1912-1993, 24 vol. (A --> Herzog), t.VIII, col.372-373 [[5]]url:#_ftnref5 doctrine de Joachim de Flore, moine cistercien (v ?1135-1202). Ascète, exégète de la Bible, il élabore, dans la perspective de la fin imminente, une histoire du monde dont les trois âges successifs, l'Age de la Loi, l'Age de la Grâce, et l'Age de la Surabondance de la Grâce, illustrent le déploiement de la Trinité : le Père, le Fils, le Saint Esprit. [[6]]url:#_ftnref6 Toulouse-Lautrec, R. de., « Peintures murales du XIVe siècle dans l'église N.D. du Bourg à Rabastens », Bulletin monumental, t.6, 3e série, 1860, p.422-453 ; Ahlsell de Toulza, Guy, « Les peintures murales de la chapelle Saint-Jacques dans l'église ND du Bourg à Rabastens-sur-Tarn », Cahiers de Fanjeaux, n°15, 1980, p.44-55. Comment Béranger devint nonce apostolique en France Si La Geste mentionne l'intervention de Béranger dans les affaires flamandes, elle ignore son action en faveur du futur roi de France, Philippe V. Elle ne mentionne pas davantage le fait qu'en 1314 il soit allé à Londres, en 1315 à Bologne, en 1317 à Pampelune. Elle ne dit pas non plus qu'en 1318, le pape Jean XXII le nomma nonce apostolique en France après qu'il ait aidé, en tant que Maître de l'Ordre, à blanchir un moine dominicain, Bernardo de Montepulciano, de l'accusation du meurtre du nouveau roi d'Italie, l'empereur Henri VII de Luxembourg dont il était le confesseur. Le roi était mort à Buonconvento près de Sienne, le 24 août 1313 et son confesseur fut accusé de lui avoir donné la communion avec du vin empoisonné, le jour de l'Assomption (les empereurs communiaient sous les deux espèces en qualité de chanoines de Saint-Jean-de-Latran). Finalement, le fils du roi, Jean, roi de Bohême innocenta le dominicain par des lettres-patentes envoyées à l'ordre Dominicain. Lu 12 fois Denise Péricard-Méa Ajouter un commentaire Dans la même rubrique : Nouveau regard sur le Codex calixtinus - 09/12/2013 Henri Roque promoteur de Compostelle - 19/05/2012 Le voyage de Jean de Tournai - 03/01/2012 25 juillet 813 - 25/06/2011 Pourquoi Aigoland, le roi sarrasin a refusé le baptême - 10/05/2011 Les mythes de l'apôtre Jacques - 13/04/2011 Saint Jacques Matamore - 09/12/2010 De Léon XIII à Benoît XVI, l'évolution du discours sur Compostelle - 08/11/2010 1 2 Histoire | Société | Spiritualité | Recherche Sortir des sentiers battus Un nouveau service de la Fondation Inventaire du patrimoine jacquaire Abonnement à la Lettre Adhérer à la Fondation Documents à télécharger (7) Parmi les livres de la Fondation La Fondation sur Internet Le plus vaste réservoir d'informations sur saint Jacques et Compostelle. Le portail de la Fondation Liens avec toutes les publications de la Fondation sur Internet. Accès à 10 ans d'archives et publications de la Fondation sur Internet. Une mine d'informations. Livres et Médias, actualités et brèves Présentation de livres et articles sur saint Jacques et Compostelle. Attention aux événements et nouvelles brèves avec quelques articles de fond. Revue électronique de la Fondation La seule revue électronique consacrée à saint Jacques et Compostelle dont les articles soient soumis à un comité scientifique. Carnet de recherches Présentation de résultats de recherche ponctuels, informations et questions, pour mettre en relation des chercheurs de toutes spécialités, intéressés par les pèlerinages et leurs résonances dans la société. Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial Comment tirer parti de l'inscription des chemins de Compostelle au Patrimoine mondial ? Ce site présente les réflexions et propositions de la Fondation sur ce sujet. Il est destiné à devenir une plateforme d'échanges avec les organismes concernés. L'encyclopédie de saint Jacques et Compostelle Pour ceux qui pratiquent le chemin, en vivent ou en parlent souvent à tort et à travers, 1000 définitions, à la fois historiques, géographiques, thématiques, pratiques, biographiques, critiques et parfois humoristiques . Elles tordent parfois le cou à certains lieux communs et erreurs trop répandues et renouvellent la vision du pèlerinage à Compostelle et des cultes à saint Jacques. Accueil Galerie Téléchargements Forum Liens http://www.saint-jacques.info Fondation David Parou Saint-Jacques Plan du site | Syndication | Powered by WM