À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Mur-de-Barrez à la croisée des chemins - CentrepresseAveyron.fr Accueil Sport Culture-loisirs Économie France-Monde Annonces Carnet Auto/Moto Immobilier Bonnes affaires Animaux Emploi/Formation Marchés publics Enchères/Légales Tweeter 0 Nord Aveyron Mur-de-Barrez à la croisée des chemins Le 05 avril à 07h00 par Olivier Courtil Que de chemins parcourus par Michel Couillaud. Originaire de Pierrefort, ce consultant international, pour aider les pays en voie de développement, a mis à profit sa retraite pour se tracer un autre chemin humaniste à vocation économique. «L'objectif est de retrouver l'âme des chemins en rendant hommage aux Hommes qui les ont empruntés. C'est en lisant Axel Kahn qui arpente la France en diagonale, faisant état d'une ruralité qui se meurt mais qui, à certains endroits, retrouve de la vitalité grâce aux grands chemins, que j'ai décidé de m'engager dans cette voie. Je ne suis pas un romantique, ce qui compte c'est de relancer ces chemins pour relancer de l'économie». Ainsi est née l'association «Les chemins de l'Europe» en 1992. Cette dernière vient de tenir son assemblée générale à Mur-de-Barrez. Alain Cézac, maire du chef-lieu du Carladez, succède à Michel Couillaud à la présidence de l'association qui a mis en avant trois grands chemins historiques passant tous par Mur-de-Barrez ! Il s'agit du chemin clunisien, de St-Gilles et du chemin de St-Robert-de-Turlande appelé aussi voie antique. Le premier chemin cité est le plus avancé avec une inauguration annoncée le 4 juillet à la chapelle de Manhaval (commune de Taussac), classée site Clunisien à l'instar de l'abbaye de Conques. Pour l'heure, le potentiel en hébergement est de 2000 nuitées sur le tronçon concerné. C'est le nerf de la guerre: répondre à une demande de marcheurs de plus en plus nombreux à souhaiter mettre leurs pas dans ceux du passé.  «Aujourd'hui la France entière marche et les Français, dit-on, sont authentiquement amoureux de leur patrimoine et de leur histoire. Les chemins fédèrent et rapprochent les territoires et les hommes. Ils créent une véritable cohérence historique, culturelle, géographique et humaine. Ils peuvent, à terme, constituer un véritable projet économique. Aujourd'hui, un défi nous est lancé. L'Aveyron vise la barre des 300 000 habitants ? Modestement, notre projet y contribuera !» conclut, enthousiaste, Alain Cézac. Pour faire face à l'érosion démographique, donc au déclin économique, le succès de Saint-Jacques-de-Compostelle montre qu'un grand chemin est une ressource. Par chance, en Aveyron, d'autres cheminements permettent ce développement. Il ne reste plus qu'à suivre leurs traces ! L'Aubrac est prêt à emboîter le pas Si le chemin clunisien arrive en Aveyron par le Carladez pour suivre la Truyère du côté d'Entraygues et rejoindre Conques, un autre grand chemin historique intéresse le Nord-Aveyron. En effet, celui de St-Gilles passe notamment par St-Chély-d'Aubrac à l'instar du GR65 de Saint-Jacques. Les maires de Laguiole et Curières sont d'ailleurs venus à la rencontre de l'association «Les Chemins de l'Europe». En retour, l'association envisage de partir à la rencontre d'autres élus pour se fédérer et «jouer la carte de la complémentarité». En clair, point de concurrence entre chemins, mais, au contraire, créer une synergie avec un immense terrain de jeu historique et patrimonial. La fédération des sites Clunisiens a été créée en 1994. Le réseau comprend aujourd'hui 181 sites classés en Écosse, Angleterre, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne, Pologne et France. C'est dire le potentiel économique. L'association «Les Chemins de l'Europe», affiliée à la fédération, se compose ainsi: Alain Cézac, président, assisté d'Hélène Charbey; Roland Delmas, vice-président Aveyron; Émile Gastal, vice-président Cantal; Robert Flauraud, vice-président Haute-Loire; Catherine Slater, secrétaire et Marie-Noëlle Ferrié secrétaire adjointe. Le bureau est assisté de deux conseillers scientifiques: Geneviève Boisset, présidente de la société de la Haute-Auvergne, et Jean Delmas, archiviste honoraire de l'Aveyron. Enfin, l'association «Les Chemins de l'Europe» vient de publier son premier ouvrage, «Foires, chemins de foire, chemins de mémoire», écrit par Michel Couillaud et préfacé par Axel Kahn. 

Tags Nord Aveyron Laguiole Mur-de-Barrez Culture et Loisirs     Journal numérique Abonné au journal ? Dès 6h, votre journal sur le Web Activer mon accès numérique Pas encore abonné ? Découvrez nos offres Édition abonné Votre journal du Dimanche 5 avril Lire mon journal > Mon espace abonné +Lus +Commentés +Envoyés 1Bras épure sa table pour 1,5MEUR 2Rodez : la quincaillerie Angles passe à la taille XXL ! 3Le viaduc de Millau survolé par des drones 4Ouadah, le «pigeon voyageur» décolle 5Jean-Claude Luche : «Je travaille pour les Aveyronnais, pas pour les partis» 1Jean-Claude Luche : «Je travaille pour les Aveyronnais, pas pour les partis» 2Chrétiens persécutés: le pape et le Vatican dénoncent le "silence complice" 3Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en France d'ici deux ans 1Bras épure sa table pour 1,5MEUR 2Rodez : la quincaillerie Angles passe à la taille XXL ! 3Jean-Claude Luche : «Je travaille pour les Aveyronnais, pas pour les partis» Vie Pratique Conseil départemental : la parité jusque dans les toilettes Acheter un timbre fiscal sur internet, c'est désormais possible Rodez : Aquavallon fermé jusqu'au 4 mars Démarchage téléphonique : attention aux arnaques ! Détecteurs de fumée : attention aux arnaques Toute la vie pratique Édition Abonnés Dès 6h, votre journal sur ordinateur et tablette S'abonner à partir de 1EUR Déjà abonné ? Se connecter En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.