À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

« Dis Maman, c'est encore loin Compostelle », ou comment devenir un petit homme | Les 8 Plumes x Actualité Économie Finances Perso Entreprise Étudiant Emploi Styles Tendances Déco Vidéo Boutique Applications mobile et tablette Contacts Service client Mentions légales En vente cette semaine Découvrir Menu Toute l'actualité Twitter Facebook Google + RSS S'abonner A la une Politique Monde Société Economie Finances perso Entreprise Sport Styles Vidéos Culture Education Emploi Tendances High-Tech Insolite Sciences Médias Vie Pratique Régions Immobilier Déco Blogs Le Rendez-Vous IT Rechercher « Dis Maman, c'est encore loin Compostelle », ou comment devenir un petit homme le 27 mai 2015 5H57 | par les-8-plumes « Dis Maman, c'est encore loin Compostelle? », de Céline Anaya Gautier (La Passeur éditeur) Point de départ, Nogaro, dans le Gers. Point d'arrivée Saint Jacques de Compostelle, puis Fisterra. Entre les deux, 1 200 km à parcourir avec un petit garçon de sept ans qui veut « passer son passage de petit homme« . Car un jour ce petit garçon devra vivre et surmonter une épreuve physique et émotionnelle pour grandir, comme un rite, ces rites de passage sans doute un peu plus vivaces encore dans d'autres civilisations,  au Pérou par exemple, où l'auteur, photographe franco-péruvienne a des racines. C'est donc ce pélerinage que décide de faire Céline Anaya Gautier avec son fils, pour son fils, qui part un soir de juin avec l'idée de marcher quelques 25 km par jour pour tenir le rythme et atteindre l'objectif. Elle veut croire en son enfant, en ses capacités, qui fait dès la première étape 28 km et 38 592 pas, malgré les réactions d'incrédulité des adultes croisés, presque de condescendance du début ! Et elle, la mère qui commence tout à l'envers, va vivre de multiples émotions au cours de ces semaines, s'interrogeant sur les risques d'apprendre trop vite la vie, mais recevant aussi des leçons de vie de son fils. Prendre le temps de voir, de faire des rencontres, des apprentissages, avoir le temps de penser, de considérer la vie à l'aune de chaque pas, l'un après l'autre, quand la pensée peut aussi cheminer, alors que le silence se fait, dans la conscience du corps qui nous propulse, accueillant la méditation. La mère et l'enfant pratiquent l'écoute, de chacun d'entre eux, mais aussi bien sûr des compagnons de chemin, où les belles rencontres simples et vraies ne sont pas rares - rencontres avec les peurs aussi, des chiens, de la mort, de ne pas y arriver. L'apprentissage sera réciproque et la mère apprend à « lâcher prise et se laisser guider par lui, le mener où il veut aller« . Elle va apprendre à se détacher de son enfant, à accepter de le voir vouloir faire comme un grand. Sur ce Chemin, avec les pélerins de toutes les nationalités, qui partagent un état d'esprit d'ouverture et de bienveillance, Santiago arrive à ce moment où il « n'est plus un enfant, il a gagné l'admiration et le respect de tous« , en vrai pélerin considéré. Malgré les moments si durs parfois, et grâce aux anges qu'on rencontre en chemin, Céline et Santiago réussissent et la mère peut remettre l'enfant au père, avec lequel il termine le voyage, belle image du petit d'homme et de femme que ceux-ci  mènent sur le chemin de sa vie, et « le Chemin, c'est la vie. Et moi je n'ai que 8 ans. Je ne suis qu'au début de ma vie... ». Un joli récit, sincère et très vivant, lumineux. Véronique Poirson Categories: Récit Tags:Céline Anaya Gautier, Dis Maman c'est encore loin Compostelle, Le Passeur Editeur, véronique poirson 0 trackback Voici la liste de liens se référant à cette note : « Dis Maman, c'est encore loin Compostelle », ou comment devenir un petit homme. URL de trackback de cette note : http://blogs.lexpress.fr/les-8-plumes/2015/05/27/dis-maman-cest-encore-loin-compostelle-ou-comment-devenir-un-petit-homme/trackback/ Publier un commentaireVotre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *Vous avez un compte l'Express ? Connectez-vous pour commenterPas encore membre ? Rejoignez-nous, c'est gratuit Laisser un commentaire Annuler la réponse. Nom* Adresse de contact* Site web Commentaire Publier un commentaire DéconnexionBienvenue  Vous êtes connecté(e). Vous pouvez commenter en direct.Accéder à la charte des commentairesCommentaire : A propos du blog Les 8 Plumes Durant une moitié d'année passée à analyser, disséquer, aimer ou détester les ouvrages proposés par l'Express comme jurés du Prix des Lecteurs 2011, nous avons pris goût à l'exercice de la critique littéraire. Cette aventure amicale et artistique ne pouvait s'arrêter en si bon chemin, nous avons donc décidé de la poursuivre avec ce blog collectif. Voici donc nos coups de coeur et nos coups de griffes littéraires, qui attendent avec impatience vos commentaires. Huit plumes d'acier, pour que se répande en une longue coulée d'encre notre passion de lire... Voir nos profils Présence Web Le blog sur Facebook Emission Interlignes Powered by Dailymotion Pour découvrir l'intégralité des entretiens rendez-vous sur www.interlignes.tv Articles récents « Dis Maman, c'est encore loin Compostelle », ou comment devenir un petit homme Les Amazoniques Les Quatre de Baker street : le sixième tome vient de sortir ! « Nid de vipères » d'Edyr Augusto : un excellent polar ! Chat sauvage en chute libre de Mudrooroo Rechercher Rechercher : blogroll Attrape livres Biblioblog Correcteurs Critiques libres Fond du tiroir Lecturissime Lyvres Catégories Ah! Nos coups de coeur, avec une Plume d'or! Balade littéraire Bandes dessinées biographie Cadavres exquis cinéma Contes correspondance En direct des auteurs... Entretiens Eric Essais Films Format Poche Histoire Humeur Livre audio Livres illustrés Livres Jeunesse Manga Musique Non classé Nos librairies Nouvelles Peinture Philosophe Photo Poésie Policier Récit reportage Romans Science fiction / Anticipation Théâtre Thriller Commentaires récents les-8-plumes a commenté sur Les Amazoniques: Bonjour Marie-Florence, je savais qu'il était prof de philo, c'est noté en quatrième de couverture, mais je ne savais pas...les-8-plumes a commenté sur Les Amazoniques: Coucou, drôle de coïncidence, je lis un article de presse aujourd'hui sur l'auteur de ce livre, en dédicace à Cholet......les-8-plumes a commenté sur Les Amazoniques: Ah Éric, je savais qu'en invoquant Bardamu, je ferais un heureux au moins un intrigué. Vraiment c'est un roman qui...Éric a commenté sur Les Amazoniques: Cher Yves, bonjour et amitiés vives. La référence à Bardamu ne peut me laisser insensible... et le rajout à "Apocalyse...Eric a commenté sur Les Quatre de Baker street : le sixième tome vient de sortir !: Le prochain tome sera donc une plume d'or et avoir de l'ascension, en analyse, un jour de pentecôte, voilà une... Archives mai 2015 avril 2015 mars 2015 février 2015 janvier 2015 décembre 2014 novembre 2014 octobre 2014 septembre 2014 août 2014 juillet 2014 juin 2014 mai 2014 avril 2014 mars 2014 février 2014 janvier 2014 décembre 2013 novembre 2013 octobre 2013 septembre 2013 août 2013 juillet 2013 juin 2013 mai 2013 avril 2013 mars 2013 février 2013 janvier 2013 décembre 2012 novembre 2012 octobre 2012 septembre 2012 août 2012 juillet 2012 juin 2012 mai 2012 avril 2012 mars 2012 février 2012 janvier 2012 décembre 2011 novembre 2011 octobre 2011 septembre 2011