À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Emporter ou non son téléphone portable ? - Webcompostella ? Skip to Main Content Nous contacter Webhospitaliers Conseils pratiques et éclairages spirituels sur les chemins de Saint Jacques Accueil Les chemins Préparation Haltes Voie du Puy-en-Velay Voie de Paris - Tours Voie du Piémont Vie du chemin Rencontres Témoignages Art sacré Voir et lire Eclairages spirituels Prier Ressources Saints de la route Conseils pratiques Et après ? Accueil > Conseils pratiques > Emporter ou non son téléphone portable ? Emporter ou non son téléphone portable ? Date : 12 août 2015 -- Aucun commentaire ? Si certains ne se la posent même pas, dans un sens comme dans l'autre, la question tourmente bien des pèlerins, et mérite en tout cas de se la poser / peser si l'on n'a pas déjà sa propre réponse (que je ne prétends pas donner tant les situations de chacun sont particulières). J'omettrai toutefois d'emblée l'utilité perpétuelle du téléphone pour retrouver ses copains et copines de chemin: « Téoù ? Dans quel bar ? On va dans quel resto ce soir ? Attends moi, je vais forcer un peu l'étape aujourd'hui pour te retrouver, dans quelle auberge ? » Après tout, les simples églises sont autant de relais fixes pour se retrouver aussi le soir, entre anciens et nouveaux frères et soeurs du Chemin. Même fermées elles peuvent être des lieux ouverts à la rencontre et à la communion, sans que le téléphone opère le « tri sélectif » de nos retrouvailles. Première évidence, des millions de pèlerins sont déjà arrivés à St Jacques (ou Rome, Jérusalem...) sans portable, et en sont aussi revenus, même avant l'ère du téléphone fixe, et dans des conditions autrement plus périlleuses qu'aujourd'hui. Ils n'en étaient que plus légers. Simplement, ils étaient « confiés », c'est-à-dire qu'ils partaient en confiance, et leurs proches savaient qu'ils ne seraient plus pour longtemps en union « que » par la prière. Mais faut-il dire « que » justement ? L'absence de « je t'appellerai tous les soirs » est-elle une restriction, ou au contraire un élargissement, une plus vaste ouverture et communion ? L'occasion de développer autrement la soif de l'autre, de le découvrir aussi dans son absence confiante plutôt que dans sa continuelle présence rassurante ? Et surtout l'inévitable et nécessaire arrachement à ses proches, à ses activités, à ses rendez-vous et urgences, qui s'opère bon gré - mal gré dans les premiers jours du cheminement (d'où l'intérêt de partir le plus longtemps possible pour éviter d'avoir à repasser par cette étape douloureuse chaque année), cet arrachement qui devient vite détachement est le meilleur Chemin vers l'Autre, Dieu pour le nommer, qui heureusement lui n'a pas de portable (sinon il serait paradoxalement injoignable !). Dieu est un courant d'air qui ne peut que rejoindre le marcheur au grand air, pas dans le brouillard des ondes et des soucis. Il ne peut que s'infiltrer dans nos failles, nos vides. Il a la voix faible à force d'essayer de se faire entendre et ne peut donc être perçu que dans nos silences. Mais bon, d'accord, oui mais, il y a aussi la sécurité, les urgences (j'hésite à mettre des guillemets tant des fois les urgences doivent être relativisées sur le chemin), les « au cas où », les « si je n'ai pas besoin d'appeler je dois pouvoir rester joignable », etc. Tous ces boulets qui font que l'on traine pesamment le monde d'avant sur notre chemin de très lente déconnexion, de très lent désencombrement. Et là il est vrai que le téléphone peut soulager ce poids, au moins psychologiquement ou dans l'illusion. Après tout, la sécurité n'est jamais très loin. Pour ce qui est d'appeler dans le besoin il y aura toujours quelqu'un qui sera prêt à prêter son téléphone comme on offre volontiers un verre d'eau à qui a soif. Et pour ce qui est de recevoir des appels, en groupe on peut aussi concevoir qu'une seule personne à tour de rôle « garde » le précieux téléphone, déchargeant ainsi les autres pour la journée. Ou consulter sa boite vocale à distance de temps à autre; après tout elles sont là-bas pour çà. Et puis le smartphone c'est vachement pratique, c'est vrai. On peut y mettre son topo-guide (200 g de papier en moins), ses cartes (pour contempler le paysage à une autre échelle et vérifier qu'on est bien sur LE chemin), ses musiques (au cas où le silence deviendrait vraiment pesant et la présence des autres vraiment trop bruyante), ses photos (adieu les tonnes de pellicules à développer au retour, on peut désormais revoir le chemin parcouru le soir même à l'étape et mettre instantanément son compagnon de marche dans la boite à souvenirs). Vivement la crédenciale électronique qu'on signe électroniquement grâce aux flash-codes à l'entrée de chaque refuge (15 g de support papier en moins et une conservation optimale qui relèguera aux oubliettes les vieux accordéons délavés qui ont affronté pluie, sueur, tampons baveurs et lave-linges, quand ce n'est pas l'oubli pur et simple de leur maître...). Enfin et surtout le téléphone a aussi la fonction réveil intégrée, avec une multitude de sonneries originales qui feront le bonheur répété de nos compagnons de dortoir les plus fatigués ! Mais finalement l'idée d'une solution intermédiaire (n'en déplaise aux extrémistes du « on n'est plus dans le monde » ou du « on est quand même dans le monde ! ») m'est venue d'une pèlerine accueillie hier sur le chemin d'Assise, et mérite d'être partagée. Si le chemin est une mise en mode silence, et si L.M. a longtemps retourné la question dans sa tête, elle a choisi de garder le téléphone (notamment pour rassurer les proches qui eux ne peuvent encore comprendre, et pour le topo guide dessus, qu'elle consulte d'ailleurs fort peu, ce qui lui vaut plein de découvertes inattendues). Mais avec un nouveau numéro juste pour les urgences et... recevoir les intentions de prière confiées par celles et ceux qui la suivent spirituellement ! De l'art de mettre les moyens au service du cheminement et de se détacher des liens qui nous retiennent ! Souci de légèreté pour alléger ceux qui n'ont peut-être pas les moyens de cet allègement, et les porter vers celui qui est toute Ouïe ! Et de s'alléger, allègre, à l'allégresse, il n'y a que quelques petits pas... vite franchis, j'en suis témoin ! Partager :PartagerE-mailImprimerFacebookTwitterGooglePinterestTumblrLire aussiMéditation avec les pénitents de Saugue... Au coeur de la veillée pascale, après avoir célébré le feu, proclamé la Résurrection, écouté des, récits de l'Histoire du Salut de l'Humanité, et célébré l'eau qui régénère, l'Église a l'audace de chanter « Cette nuit très sainte où le Christ notre Pâque a été immolé. » La Pâque immolée le jour de la...Pénitents de Saugues350 ans de présence à Saugues Le XVI° siècle et surtout le XVII° siècle marquent l'apogée des Confréries de Pénitents. Dans un esprit de pénitence et de charité, le 14 mai 1652, fut fondée à Saugues une confrérie . Un peu d'histoire : Dès le Moyen-Âge, on trouve en France en Espagne, et surtout en...Procession de saint FleuretIls sont une dizaine. Les hommes le béret ou la casquette à la main, les femmes, la tête couverte d'un foulard ou d'un chapeau, qui demandent cette bénédiction dans la sacristie de l'église d'Estaing en ce premier dimanche de juillet de l'an ..., il y a quelques temps déjà, et encore maintenant. Ils sont venus...St Jacques presenté par Benoit XVI« Ma coupe, vous y boirez » Jacques, fils de Zébédée, appelé aussi Jacques le Majeur, appartient, avec Pierre et Jean, au groupe des trois disciples privilégiés qui sont admis par Jésus à assister à des moments importants de sa vie. Il a pu participer, avec Pierre et Jean, au moment de l'agonie de Jésus... Publié dans Conseils pratiques Laisser un commentaire Annuler la réponse. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Nom * Courriel * Site Web Commentaire Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML :

Please enable JavaScript to submit this form. Prévenez-moi de tous les nouveaux commentaires par e-mail. Articles récents Emporter ou non son téléphone portable ? Accueil Francophone 2015 - 3ème équipe Accueil de la délégation chinoise à Santiago Marcheurs de Dieu Lettre pastorale des évêques du Chemin CatégoriesCatégories Choisir une catégorie Art sacré Conseils pratiques Eclairages spirituels Prier Rencontres Ressources Saints de la route Témoignages Vie du chemin Voir et lire Les chemins de Saint JacquesLa route de Tours/Paris La route du Puy La route d 'Arles La route d 'Arles par le Piémont Pyrénéen La route de Vézelay La Voie des Plantagenets Services S'abonner à la lettre du site Qui sommes-nous ? Mentions légales Nous contacter Nous aider © 2015 Webcompostella ? Envoyer à l'adresse e-mail Votre nom Votre adresse e-mail Annuler L'article n'a pas été envoyé - Vérifiez vos adresses e-mail ! La vérification e-mail a échoué, veuillez réessayer Impossible de partager les articles de votre blog par e-mail. Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.Ok