À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Sur la route de Compostelle, l'accueil des pèlerins divise les hébergeurs Le Scan Politique International Economie Bourse Décideurs Le Scan Eco Sport24 Le Scan Sport Culture Lifestyle Madame Figaro Store FigaroTV TVmag Le Scan TV Santé Etudiant Figarochic.cn Histoire Immobilier Nautisme Golf Figaroscope Voyage Enchères Vin Jardin Météo consult Annuaire santé avec PagesJaunes Le particulier Cadremploi La chaine météo Keljob Kelformation Explorimmo Propriétés de France Ticketac Vodeo Cplussur Abonnez-vous Facebook Twitter Google Plus Instagram Youtube Tumblr Newsletters iOS (iPhone, iPad..) Android Rechercher Menu En direct Le journal Suivre Recherche Premium Actualité Economie Sport Culture Lifestyle Madame FigaroTV Vox Abonnez-vous Menu Premium Abonnez-vous Menu En direct Le journal Le Figaro Premium Abonnez-vous International Politique Le Scan Politique Société Figaro Vox Figaro Etudiant Science & Environnement Tech & Web Figaro Magazine Figaro Santé FigaroTV / vidéos Blogs Diaporamas Infographies Toute l'actu La Personal Economy Les Bons Moments Au coeur du progrès L'Observatoire Entreprise & Santé Sur la route de Compostelle, l'accueil des pèlerins divise les hébergeurs Home ACTUALITE Société Par Romain David Publié le 18/08/2015 à 19:07 Crédits photo : THIERRY ZOCCOLAN/AFP En Auvergne, les pratiques de certains particuliers, proposant le gîte et le couvert aux pèlerins qui cheminent vers Saint-Jacques-de-Compostelle, agacent les autorités et les professionnels de l'hébergement qui dénoncent une concurrence déloyale. Publicité Chaque année, quelque 30.000 pèlerins passent par le Puy-en-Velay, en Haute-Loire, pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle. La Via Podiensis, comme on la nomme, est, depuis le Xe siècle, l'itinéraire royal jusqu'au célèbre sanctuaire de Galice. Traditionnellement, les marcheurs sont hébergés par les religieuses de la Maison de Saint-François, mais avec ses 19 lits, impossible de faire face à un afflux toujours grandissant. En conséquence, les hébergeurs se sont multipliés. L'agglomération du Puy compte désormais 620 chambres d'hôtels et une cinquantaine de chambres d'hôtes. Mais ces professionnels ont parfois du mal à cohabiter avec une pratique ancestrale: le donativo. En effet, dans un esprit d'hospitalité chrétienne, quelques particuliers proposent le gîte et le couvert moyennant un service ou une participation financière laissée à la discrétion des pèlerins. Des professionnels ont fini par dénoncer une concurrence déloyale, pointant du doigt des opérations commerciales détournées, destinées à rabattre les marcheurs vers certains particuliers. «Il n'est pas question de remettre en cause le principe de donativo», explique Emmanuel Boyer, directeur du développement du territoire du Puy-en-Velay. «95 % des gens sont honnêtes, mais quand on s'abrite derrière l'hospitalité pour s'enrichir, il faut sonner la fin de la récréation. Au-delà d'un certain chiffre d'affaires, on ne peut plus vraiment parler d'accueil chrétien. À côté de ça, vous avez des professionnels qui ont investi, qui respectent les normes et subissent des contrôles toute l'année», déplore-t-il.Un itinéraire bis pour rabattre les marcheurs Racolage à la sortie de la messe, distribution de tracts, un itinéraire bis aurait même été mis en place, en marge du GR65, de manière à détourner les pèlerins. L'année dernière, la communauté d'agglomération a fini par porter plainte pour balisage illégal. À Montbonnet, à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest du Puy, le propriétaire d'un gîte en a fait les frais pendant de nombreuses années. Les pèlerins réservaient mais beaucoup n'arrivaient jamais à bon port. Sans le savoir, ils avaient bifurqués en amont. «Ça fait plus de dix ans que le chemin a été détourné, soi-disant pour restituer le parcours historique. Il a vraiment fallu que la pression monte avant que les pouvoirs publiques réagissent», soupire-t-il. «Si on est là, si on existe, c'est d'abord grâce au chemin!» «D'après nos informations, certains donativos avaient même une grille des tarifs», indique Emmanuel Boyer. À Saint-Privat-d'Allier, un particulier visé par la justice a mis en ligne une pétition au début de l'été dans l'espoir de mobiliser les marcheurs qui sont venus chez lui. «Vous tous qui faites partie des milliers de pèlerins qui se sont arrêtés chez nous [...], nous avons besoin de vous. En signant cette pétition, vous attestez que jamais nous n'avons facturé ou réclamé un centime à l'un de nos hôtes, chacun étant libre de participer ou non en versant un don dans la petite boîte disponible...», écrit-il. Contacté par Le Figaro, l'intéressé a refusé d'en dire plus. Mardi, il avait recueilli plus de 1600 soutiens.Pèlerins et touristes, côte à côte «De plus en plus d'hébergeurs proposent un tarif minimum, mais seulement à titre indicatif», explique un hospitalier volontaire du gîte du pèlerin Saint-Jacques, établissement qui fonctionne sur le principe du donativo. «C'est une manière de lutter contre les abus, ajoute-t-il, certains n'hésitent pas à déposer royalement 1 euros...» En effet, les tarifs libres finissent aussi par séduire les simples touristes, souvent à la recherche du bon plan. Afin de distinguer le vrai du faux pèlerin, certains hébergeurs n'accueillent plus que pour une seule nuit ou demandent à voir le credential, ce passeport du pèlerin délivré par les paroisses et les associations jacquaires. L'important c'est que l'esprit de Compostelle soit préservé Père Gobillard L'archevêché agit main dans la main avec les autorités et invite les professionnels à porter plainte dès qu'ils l'estiment nécessaire. «Il y a de la place pour tout le monde dans l'espace de la loi», insiste le père Emmanuel Gobillard, recteur de la cathédrale du Puy-en-Velay. L'important c'est que l'esprit de Compostelle soit préservé. Le pèlerin n'est pas une vache à lait», ajoute-t-il. Ces dernières années, l'essor touristique autour du pèlerinage a quelque peu brouillé la démarche spirituelle et les congrégations qui accueillent les marcheurs n'ont pas manqué, elles aussi, de soulever la suspicion des hôteliers sur une possible concurrence déloyale: «Nous avons dû leur expliquer que les pèlerins cherchaient aussi le silence, le recueillement, parfois l'ascèse, ou tout simplement un lieu de prière», détaille l'ecclésiastique. Partager Partager cet article X Recommander Envoyer par mail Envoyer par mail Sur la route de Compostelle, l'accueil des pèlerins divise les hébergeurs En Auvergne, les pratiques de certains particuliers, proposant le gîte et le couvert aux pèlerins qui cheminent vers Saint-Jacques-de-Compostelle, agacent les autorités et les professionnels de l'hébergement qui dénoncent une concurrence déloyale. < Envoyer cet article par e-mail X Envoyer à : Séparez les adresses e-mail de vos contacts par des virgules. De la part de : Sur la route de Compostelle, l'accueil des pèlerins divise les hébergeurs En Auvergne, les pratiques de certains particuliers, proposant le gîte et le couvert aux pèlerins qui cheminent vers Saint-Jacques-de-Compostelle, agacent les autorités et les professionnels de l'hébergement qui dénoncent une concurrence déloyale. J'accepte de recevoir la newsletter quotidienne du Figaro.fr Oui Non Imprimer Haut de page Romain Davidauteur15 abonnésJournalisteSes derniers articlesSur la route de Compostelle, l'accueil des pèlerins divise les hébergeursEn Auvergne, des archéologues font une découverte majeure sur les GauloisParis transforme le lycée de la rue Jean-Quarré en centre d'hébergement Sur le même sujet Saint-Jacques-de-CompostelleHaute-LoireAuvergnePuy-en-Velay Aubrac, un désert verdoyantShikoku, le Compostelle japonais Jean-Christophe Rufin : «Dans The Way, il manque l'extase»Accident de train en Espagne : le conducteur «ne comprend pas» ce qui s'est passé Thématique : Saint-Jacques-de-Compostelle France + récents + commentés + partagés Prison ferme pour l'agresseur d'une infirmière aux urgences de MarseilleMigrants à Calais : Paris et Londres s'apprêtent à conclure un nouvel accordLe ravisseur du petit Rifki mis en examenLes parents paient la facture des nouveaux rythmes scolaires Plus d'articles Société Services Partenaires Le figaro Premium Le Figaro en illimité et un plaisir de lecture inédit dans votre nouveau rendez-vous avec l'information. 1 mois offert sans engagement Réagir à cet article Publicité 15 commentaires lambert catherine le français essoré par ce gouvernement de taxes d'impôts prélèvement en tout genre se débrouille pour survivre , il y en a qui voudrait le monopole de tout , et si les politiques faisaient en sorte que tout le monde vive décemment , ça n'arriverait pas Le 18/08/2015 à 23:10 AlerterRépondre fra14 Ils n'ont qu'à faire une loi..... Le 18/08/2015 à 23:10 AlerterRépondre dom002001 voilà un comportement qui n'est pas très catholique , la jalousie est un vilain défaut. Le 18/08/2015 à 21:42 AlerterRépondre Michel VIDAL Mais si ce n'était que ça ???... MV Le 18/08/2015 à 21:41 AlerterRépondre Abonné Jérome Jacquet Relativisons , depuis l'origine du Camino les pèlerins furent toujours un peu victimes d'hébergeurs indélicats et aussi eux mêmes un peu pillards. Tous les récits parlent de pèlerins détroussés et aussi de " coquillards " Jacquet et ancien hospitaléro , je sais par expérience que ce débat agite le milieu jacquaire depuis des décennies mais que seul Saint Jacques pourra séparer le bon grain de l'ivraie et dire qui est le " vrai et bon pèlerin." Le 18/08/2015 à 21:40 AlerterRépondre daniel du chemin de tous temps, des personnes ont profité de la manne amenée par les pèlerins (seigneurs faisant payer un droit de passage, doit pour passer un pont,etc.) alors le monde ne change pas. J'ai fait le chemin, les merveilles que j'en ai retiré sont supérieures aux petits désagréments de ce type. Alors ultreia. Le 18/08/2015 à 21:38 AlerterRépondre Abonné jean aimar 6 Le pelerin nous appartient disent ils, tout comme les clients des taxis, tout comme les usagers des services publics. Passez tous une nuit à la belle étoile. Cela fera 2% de chiffres d'affaire en moins pour tous ces margoulins. Le 18/08/2015 à 21:13 AlerterRépondre Padepipo Mieux vaut un particulier heureux de vous accueillir qu'un professionnel qu'on dérange... Le 18/08/2015 à 21:00 AlerterRépondre robert loupe A Saint Privas d'Allier vous parlez d'un hébergeur que je connais ,ou je me suis volontairement arrêté lors de mon pélerinage en 2011. Je tenais absolument à m'arrêter chez lui et pas ailleurs. Lucien ancien pélerin ainsi que son épouse nous ont offert une soirée mémorable ,pleine ,dans l'esprit du chemin ,connaissant parfaitement le chemin ,nous avons eu droit a de multiples infos. Victime de jalousie ,aujourd'hui le voici au tribunal. Il pratiquait "le donativo " soit l'hébergement dans l'esprit du chemin d'antan. Ont donne ce que l'on veut ,cela permet au pélerin de faire son chemin à moindre coût . Faut savoir qu'en France un hébergement avec repas du soir c'est 2 fois plus cher que l'Espagne D'ailleurs sur tout le parcours France et Espagne ,j'ai privilégié ce type d'hébergement. Malheureusement aujourd'hui le chemin est devenu un bizzeness ,surtout en France . Le couvent de Mallet a St Côme a failli connaître le même sort ,contre leur gré ils ce sont fondus en activité prof ,abandonnant le donativo , une fois encore la jalousie a eu raison de ceux qui pratique l'esprit du chemin ,cela qui est à l'origine de la venue des pélerins de toute l'Europe ,maintenant du monde entier ,ou le pélerin a l'issue d'un couvert et d'un lit laissait quelque subsides a son hôte. Chez les professionnel nous ne trouvons pas cet esprit. Le regard fixe de Saint Jacques tourné vers Finistera doit ce retourner Le 18/08/2015 à 20:39 AlerterRépondre papy 12 Ah... ce pélerinage chrétien, devenu une randonnée incontournable pour promeneurs ébahis et une mane inépuisable pour les associations et les organisateurs de voyage, les municipalités, les hébergeurs, etc... Combien de ces touristes culturels savent qu'en réalité ils vont visiter le tombeau du "matamore"* (*voir ce mot) Le 18/08/2015 à 20:26 AlerterRépondre 1 2 > Afficher plus de commentaires Précédent Suivant Toutes les applications mobiles du Figaro Télécharger Plus de 500 000 annonces immobilières Rechercher Le Figaro dès 22h sur votre ordinateur Lire Passez votre annonce dans le Carnet du Figaro Découvrir L'actu en temps réel avec Le Figaro Suivre Suivez l'évolution de vos conditions météo En savoir + L'intégrale du Figaro sur tous vos écrans S'abonner Le meilleur de la presse quotidienne et magazine S'inscrire Plus de 15 newsletters thématiques S'inscrire Plan du site Charte CGU CGV Infos cookies FAQ Contact Abonnements Services Mentions légales Publicité Sitemap