À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Compostelle: elle a marché près de 600 kilomètres pour se retrouver - Actualités - Nord Info et Voix des Mille-Iles Facebook Twitter Recherche du site S'inscrire Se connecter 18 novembre 2015 Sainte-Thérèse -1°C Prévisions météo complètes Quelle bonne façon d'économiser! Accueil Actualités Sports Culture Société Économie Chroniques Armada CLASSÉES Nord Info et Voix des Mille-Iles> Actualités Compostelle: elle a marché près de 600 kilomètres pour se retrouver Christian Asselin Publié le 11 novembre 2015 Partager 0 1 Commenter Envoyer à un ami Imprimer Envoyer à un ami Envoyer cet article à un ami. Son nom* Adresse courriel* Votre nom* Votre adresse courriel* Commentaires Soumettre Publié le 11 novembre 2015 Sonia Daviault a marché des centaines de kilomètres sur le chemin de Compostelle, pour aller, comme elle l'image si bien, à SA rencontre.

Publié le 11 novembre 2015 Elle a croisé des paysages à couper le souffle.

Publié le 11 novembre 2015 Pour se diriger sur le chemin de Compostelle, les marcheurs doivent se fier à des flèches jaunes comme celle-ci. Elles peuvent se trouver sur des pierres, au sol, dans des arbres, etc.

Publié le 11 novembre 2015 À chaque fois qu'un marcheur arrive dans un gîte pour y passer la nuit, il doit laisser ses chaussures de marche à l'entrée.

Publié le 11 novembre 2015 La coquille est un symbole bien présent sur le chemin de Compostelle. 

Publié le 11 novembre 2015 La route est longue... Il y a de ces expériences qui demeurent à jamais gravées dans notre mémoire, qui font de nous des personnes plus fortes, voire meilleures. Sonia Daviault a vécu l'une d'elle lorsqu'au début de septembre dernier, elle a entrepris de marcher pendant quatre semaines sur le chemin de Compostelle, de Saint-Jean-Pied-de-Port, une commune française des Pyrénées, jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne. Chaque année, depuis des lunes, des centaines de milliers de pèlerins, à pied, à vélo, à cheval ou même en fauteuil roulant, convergent vers Saint-Jacques-de-Compostelle via l'un des nombreux chemins qui y mènent. Alors qu'il fut un temps où la plupart réalisaient ce défi dans un dessein religieux, en priant pour des grâces, notamment, aujourd'hui, on y rencontre plutôt des gens venus des quatre coins du globe pour se ressourcer, réfléchir, donner un sens à leur vie. «J'ai vécu, plus jeune, des situations difficiles qui ont laissé des cicatrices profondes. Je voulais faire le vide, faire la paix avec tout cela», a mentionné Mme Daviault, pour expliquer ce profond désir de vivre cette aventure, une flamme ardente qui l'habitait depuis qu'elle avait entendu le comédien et conférencier Marcel Leboeuf parler de son périple à Compostelle, au début des années 2000. «Depuis ce temps que j'en parlais avec des amies, des cousines, plein de gens, mais rien ne se concrétisait.» C'est un appel reçu en mai dernier qui fut finalement l'élément déclencheur qui allait lui donner cette poussée dont elle avait besoin pour faire ses valises. «C'est la goutte qui a fait déborder le vase, s'est rappelé Sonia Daviault. Je me suis dit : ça suffit ! Je pense à moi. J'ai besoin de cette parenthèse-là dans ma vie alors pourquoi j'attendrais après quelqu'un d'autre pour quelque chose que moi j'ai envie de faire.» Quand son conjoint est rentré de travailler cette journée-là, elle lui annonçait qu'elle partait «faire Compostelle». Efforts inhumains Au début de septembre, après trois mois de préparation et d'entraînement, à prendre de longues marches, à faire du vélo et à grimper des montagnes, cette mère de deux enfants qui n'avait jamais, ou presque, fait d'exercices physiques, s'envole donc pour Toulouse, prête à affronter l'inconcevable. Trente heures de transport plus tard, affectée par le décalage horaire, elle arrive enfin à Saint-Jean-Pied-de-Port. «Quand j'ai regardé les Pyrénées à travers la fenêtre de ma chambre d'hôtel, je me suis demandé ce que je faisais là et me suis mise à pleurer. Ce fut la seule fois où j'ai douté et pensé abandonner.» Mais le lendemain matin et tous les autres qui ont suivi, c'est avec le sourire aux lèvres que Sonia Daviault se levait. À coup d'une trentaine de kilomètres de marche par jour, pendant 28 jours consécutifs, non sans efforts ou blessures, mais au gré de rencontres stimulantes et marquantes avec des marcheurs de toutes origines, elle a finalement atteint son objectif. «J'ai vu des gens avec des tendons déchirés, des genoux enflés, des chevilles tordues ou des poignets cassés qui n'ont eu autres choix que d'abandonner. De mon côté, un ongle d'orteil arraché, des maux de ventre certaines journées et des montées de fièvre ne m'ont pas arrêtée.» Faire la paix Grâce à cette expérience, Sonia Daviault a fait la paix avec son passé et obtenu son Compostela, le certificat de pèlerinage remis aux pèlerins à leur arrivée à Compostelle pour attester qu'ils ont bel et bien parcouru les 100 derniers kilomètres menant à Saint-Jacques-de-Compostelle. «Mon conjoint Stéphane et moi nous étions donnés rendez-vous devant la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, le 3 octobre, a-t-elle conclu. À mon arrivée, quand je l'ai finalement aperçu à travers tout le monde, je me suis mise à courir vers lui en pleurant à chaudes larmes et dans ma tête, tout ce que j'entendais, c'est : j'ai réussi !»   Lieux géographiques: Compostelle, Saint-Jacques-de-Compostelle, Saint-Jean-Pied-de-Port Compostela 1 2 3 4 5 Merci d'avoir voté Haut de page Commentaires Commentaires Votre nom* Adresse courriel* Commentaire* Derniers commentaires Rosanne Martineau 11 novembre 2015 - 19:27 Bonsoir Sonia, Je viens de lire votre texte et j'admire votre détermination que vous avez eu pour faire Compostelle. J'aimerais tellement avoir votre courage . Votre conjoint ( que je connais pour avoir travaillé trois ans chez Magistral ) et vos enfants doivent être très fiers de vous . Ce fût très agréable de vous lire. Merci et bonne soirée . Rosanne Martineau Mirabel Répondre Publicité Journal électronique À lire aujourd'hui À lire aujourd'hui Consultez nos cahiers spéciaux Cliquez ici Publicité VIVRE À SAINTE THÉRÈSE MÊLONS-NOUS Facebook Revues spécialisées Nord Info PLUS Les plus populaires Les plus lus Les plus commentés Véhicules remorqués à l'Armada: mais qui étaient donc ces préposés au stationnement ? Belle initiative d'un jeune hockeyeur! L'agenda communautaire - 18 novembre 2015 Au profit de la Société Alzheimer Laurentides: une course qui rapporte 5 046 $ CO2 Environnement: pour compenser vos empreintes de carbone et restaurer les forêts Un spectacle de musique au profit du Studio de la relève ce samedi 21 novembre Commenté 1 fois À découvrir NOS ANNONCEURS CITL TRANSPORT QUÉBEC ATELIER GROUPE JCL L'ÉVEIL ET LA CONCORDE CAHIERS SPECIAUX NOUS JOINDRE Vidéos KIT MÉDIA NORDINFO VOIX DES MILLE-ÎLES ODYSCÈNE 30 ANS REGARD ECONOMIQUE FAUBOURG BOISBRIAND CONCOURS RESTOS Suivez-nous sur Facebook Twitter Recevez notre infolettre Contactez-nous Nord Info et Voix des Mille-Iles 50 B, rue Turgeon Sainte-Thérèse, J7E 3H4 450-435-6537 Propulsé par Transcontinental Tous droits réservés TC Media © 2015