À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Le vrai pèlerin "c'est moi !" - Webcompostella ? Skip to Main Content Nous contacter Ecrire à un Webhospitaliers Contacter un prêtre Conseils pratiques et éclairages spirituels sur les chemins de Saint Jacques Accueil Vie du chemin Voir et lire Témoignages Les chemins de Saint Jacques La route du Puy La route de Tours La Voie des Plantagenets La route d 'Arles par le Piémont Pyrénéen La route de Vézelay La route d 'Arles Préparation Guide des haltes Maison francophone à Santiago Lettre pastorale des évêques du Chemin Etapes et hébergements Préparation spirituelle Quel équipement Eclairages spirituels Prier Saints de la route Ressources Art sacré Conseils pratiques Après Devenir HOSPITALIER Un autre pèlerinage - Les monastères-relais Accueil > Vie du chemin > Témoignages > Le vrai pèlerin « c'est moi ! » Le vrai pèlerin « c'est moi ! » Date : 5 décembre 2015 Le « vrai pèlerin » de mon propre pèlerinage, c'est forcément moi... Le temps du pèlerinage est un temps d'introspection, de dépouillement, de libération, de (re)connaissance de nous-même, de découverte, d'ouverture. Il apporte paix, sérénité, douceur, joie profonde, vérité et bienveillance. Cette question, ou du moins, des réponses à cette question habitent souvent le discours des pèlerins à leur arrivée en la ville de l'apôtre Saint Jacques. Chacun y va de sa définition du pèlerin en se basant sur sa propre attitude sur le chemin. On émet beaucoup de doutes, voir des jugements, sur la qualité pèlerine de ceux qui nous entouraient sur le chemin, mais surtout, on ne remet pas en question son propre cheminement. « Le vrai pèlerin, c'est moi! » Ce en quoi ils n'ont pas tout à fait tort car le plus important est de réaliser son propre pèlerinage. Il y a autant de chemins différents que de pèlerins, de la même façon qu'il y a autant de vies différentes que d'êtres humains. Alors, plutôt que de se soucier de l'attitude du voisin, essayons d'être le pèlerin de notre chemin. Ainsi, le « vrai pèlerin » de mon propre pèlerinage, c'est forcément moi... Le temps du pèlerinage est un temps d'introspection, de dépouillement, de libération, de (re)connaissance de nous-même, de découverte, d'ouverture. Il apporte paix, sérénité, douceur, joie profonde, vérité et bienveillance. Juger les autres pèlerins pour leur présence sur le chemin n'apporte ni joie, ni paix, ni sérénité, mais plutôt de l'aigreur, de l'amertume et une certaine fermeture. C'est amusant car les pèlerins que j'ai rencontré à Santiago et qui étaient dans cette démarche, ils étaient passés à côté de leur pèlerinage. Ils ont oublié de vivre ce qu'ils avaient à vivre sur leur propre chemin. A s'occuper du chemin du voisin, ils en avaient oublié le leur... Ces attitudes entrainent une fermeture du coeur, une fermeture de l'esprit, une réduction du champ visuel, une fermeture des mains. Hors, à force de parler avec des pèlerins, je me rends compte que le plus important, pour un pèlerin, c'est l'ouverture. Quel que soit notre histoire, quel que soit le temps que nous passons sur le chemin (une semaine ou trois mois), quel que soit notre mode de transport (à pied, à cheval ou en voiture), est pèlerin celui qui s'ouvre au chemin, au monde, à lui-même, à Dieu; est  pèlerin celui qui accueille le chemin, le monde, lui-même et Dieu. Après avoir partagé avec des centaines de pèlerins durant l'été à leur arrivée à Santiago, je peux vous dire que tous les pèlerins qui ont vécu de magnifiques chemins de pèlerinages, sont ceux qui ont tout ouvert pour accueillir les pluies de grâces qui leur étaient offertes. *Aparté: la nécessité de cet article m'a été inspiré par la rencontre d'un jeune pèlerin d'une trentaine d'années qui se disait vrai pèlerin. Cela faisait presque trois mois qu'il était sur le chemin. Parti « comme tout le monde », petit à petit, il a vidé son sac pour l'abandonner dans un refuge, a quitté ses chaussures pour marcher pieds-nus, a laissé sa bourse pour mendier le gîte et le couvert et a fermé sa bouche pour la rouvrir à mes côtés après un mois de silence. Ce pèlerin en avait après tout le monde. Lui, était un vrai pèlerin car il faisait le chemin « de la même manière que les jacquets du Moyen-Age ». Les autres n'avaient rien à faire ici... Il en avait après ceux qui le prenaient en photo parce qu'il était pieds-nus. Il en avait après les organisateurs du chemin parce qu'il devrait y avoir tous les services nécessaires pour les « vrais pèlerins qui font le chemin sans argent ». Il en avait après les pèlerins qui parlent, qui portent des sacs, qui dorment, qui mangent, qui.. qui, etc, etc. Tout cela amène a une réflexion sur l'ouverture, sur la liberté de ses choix et le fait de les assumer (si on fait le chemin sans argent on assume les conséquences de ne pas pouvoir toujours être hébergé, etc), sur la démarche d'humilité du pèlerin (les revendications sont nourries par l'orgueil, même si on croit être humble parce qu'on est pieds-nus), etc. Tant de points que je n'ose développer aujourd'hui...  Extrait du Blog d'Hubert Cliquer ici pour suivre les périgrinations d'Hubert le but premier de ce blog est de me permettre de partager mon aventure au fur et à mesure des kilomètres parcourus sur le chemin, avec mes proches. Ce blog peut servir également de témoignage et d'informations pour ceux qui souhaiteraient prendre leur sac  et leur bâton dans le but de cheminer sous les étoiles... JJP Partager :PartagerE-mailImprimerFacebookTwitterGooglePinterestTumblrLire aussiMéditation avec les pénitents de Saugue... Au coeur de la veillée pascale, après avoir célébré le feu, proclamé la Résurrection, écouté des, récits de l'Histoire du Salut de l'Humanité, et célébré l'eau qui régénère, l'Église a l'audace de chanter « Cette nuit très sainte où le Christ notre Pâque a été immolé. » La Pâque immolée le jour de la...Procession de saint FleuretIls sont une dizaine. Les hommes le béret ou la casquette à la main, les femmes, la tête couverte d'un foulard ou d'un chapeau, qui demandent cette bénédiction dans la sacristie de l'église d'Estaing en ce premier dimanche de juillet de l'an ..., il y a quelques temps déjà, et encore maintenant. Ils sont venus...Pénitents de Saugues350 ans de présence à Saugues Le XVI° siècle et surtout le XVII° siècle marquent l'apogée des Confréries de Pénitents. Dans un esprit de pénitence et de charité, le 14 mai 1652, fut fondée à Saugues une confrérie . Un peu d'histoire : Dès le Moyen-Âge, on trouve en France en Espagne, et surtout en...Emporter ou non son téléphone portable ?Si certains ne se la posent même pas, dans un sens comme dans l'autre, la question tourmente bien des pèlerins, et mérite en tout cas de se la poser / peser si l'on n'a pas déjà sa propre réponse (que je ne prétends pas donner tant les situations de chacun sont particulières). J'omettrai toutefois d'emblée... Publié dans Témoignages, Vie du chemin Articles récents Le vrai pèlerin « c'est moi ! » COMMUNION HOSPITALIERE SAINT JACQUES Antoinette, du chemin de St Jacques au chemin du Père Que va faire un pasteur protestant accueillant à Santiago ? Accueil des pèlerins francophones en 2015 CatégoriesCatégories Sélectionner une catégorie Art sacré Conseils pratiques Eclairages spirituels Prier Rencontres Ressources Saints de la route Témoignages Vie du chemin Voir et lire Les chemins de Saint JacquesLa route de Tours La route du Puy La route d 'Arles La route d 'Arles par le Piémont Pyrénéen La route de Vézelay La Voie des Plantagenets Services S'abonner à la lettre du site Qui sommes-nous ? Mentions légales Nous contacter Nous aider © 2015 Webcompostella ? Envoyer à l'adresse e-mail Votre nom Votre adresse e-mail Annuler L'article n'a pas été envoyé - Vérifiez vos adresses e-mail ! La vérification e-mail a échoué, veuillez réessayer Impossible de partager les articles de votre blog par e-mail. Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies.Ok