À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

L'hôpital des pèlerins révèle ses graffitis - SudOuest.fr dimanche 3 avril 2016 À la une Communes Sport Faits Divers Sud Ouest éco Annonces dimanche 3 avril 2016 Connexion S'abonner à partir de 1EUR À la une Communes Sport Faits Divers Sud Ouest éco Annonces Exclusivité abonnés Votre édition du soir est disponible sur soir.sudouest.fr L'hôpital des pèlerins révèle ses graffitis A la Une / La Rochelle  /  Publié le 03/04/2016 . Mis à jour le par N.Julliard et S.Joubert S'abonner à partir de 1EUR 0 commentaire Daniel Bernardin, du Groupe de recherches archéologiques et historiques Tolvère (GRAHT), présente l'une des 98 plaques comme autant d'empreintes des graffitis. © photo S.J. Article abonnés Au milieu des dessins gravés par des compagnons ou pèlerins de Compostelle, a surgi, par la magie d'un petit matin ensoleillé, une représentation complète de la cité. Séverine Joubert Publicité s.joubert@sudouest.fr Inauguré en 2004 après un important travail de restauration, l'Hôpital des Pèlerins, à Pons, est un des deux sites touristiques du XIIe siècle sur lequel la municipalité mise pour faire venir des touristes dans cette jolie cité médiévale, traversée par la Seugne. Le nouvel attrait du lieu tient en 98 plaques, comme autant d'empreintes des graffitis laissés par les compagnons et les pèlerins du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle sur les murs et les colonnes de l'ancien hôpital. Ce travail d'« exhumation » et de « révélation » de traits parfois si fins qu'on ne les voit pas à l'oeil nu, a été mené pendant trois ans par le Groupe de recherches archéologiques et historiques Tolvère. Depuis le début des années 1980, le GRAHT inventorie des graffitis gravés sur les murs des édifices civils, religieux ou autres et fréquentés par les pèlerins de Saint-Jacques. Le GRAHT a ainsi travaillé sur les graffitis de Louzac (16), de Biron, Échebrune, etc. L'hôpital des pèlerins de Pons ne pouvait qu'intéresser ces amateurs curieux de l'iconographie jacquaire et compagnonnique du patrimoine médiéval. Pendant trois ans, ils sont venus régulièrement à des jours et heuresdifférents, afin que la lumière, naturelle ou artificielle, leur dévoile de nouvelles traces. Ils ont ensuite minutieusement moulé chaque empreinte afin de les restituer au public, en traits ocre, sur des plaques de plâtre imitant la pierre. Un trésor parmi les trésors « C'est une vraie mine d'or », avouent avec un sourire gourmand Daniel Bernardin et Philippe Moreau, les responsables de l'association. « Nous n'imaginions pas découvrir tous ces trésors ». La voûte a révélé des fers à cheval ; les piliers ont dévoilé blason, mont-joie, coquille. Sur les murs extérieurs, de superbes navires, un cadran solaire, un poisson sont apparus. C'est à l'intérieur de la salle des malades que les marques sont les plus riches : main de pénitent, coquilles, bourdons, moulin, outils, compas, marteau... Au milieu de ces trésors, un plus grand trésor encore, dont Daniel Bernardin raconte la découverte. « C'était l'été dernier, un samedi matin, une lumière du soleil est venue sur le tambour (le tour de la colonne). » Daniel Bernardin et son équipe avaient identifié quelques éléments : une tour, des losanges, la croix hospitalière. Le reste du graffiti s'est dessiné... et qu'elle ne fut pas la surprise des chercheurs de voir se dessiner petit à petit la citadelle de Pons, les remparts, le donjon, l'église Saint-Vivien. Au final, il s'agit d'une représentation de la ville, gravée dans la pierre. Cet ensemble occupe deux tambours avec deux graffitis gravés à des époques différentes. Des signatures apparaissent très clairement. L'empreinte est exposée à côté de l'ancien plan de la cité, daté de 1610. Le travail autour de cette pièce exceptionnelle a été long et sujet à débats entre les chercheurs. Ces derniers ne sont pas forcément d'accord sur ce que représente tel ou tel trait. Le GRAHT a mené cet inventaire avec le Centre d'études compostellanes mais aussi les Compagnons du devoir, précieux contributeurs au sens des dessins, aux codes partagés par les artisans à l'époque. N.Julliard et S.Joubert Graffitis jacquaires et compagnonniques de l'hôpital des Pèlerins : jusqu'au 30 juin, tous les jours de 14 h à 17 h 30 sauf le mardi ; du 1er juillet au 31 août, tous les jours de 14 h à 18 h 30 ; du 1er au 18 septembre, tous les jours de 14 h à 17 h 30, sauf le mardi. 05 46 96 13 31. S'abonner à partir de 1EUR 0 commentaire Il vous reste 92% de l'article à lire Cet article est réservé aux abonnés Découvrez l'offre 100% numérique :Le journal + L'accès aux articles abonnés + l'Edition du soir + Le club abonnés Déjà abonné ? Se connecter S'abonner à partir de 1EUR Publicité Aucun commentaire Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article Publicité Édition abonnés Sur Web, Tablette et Mobile Le journal et ses suppléments L'accès aux articles abonnés L'Édition du soir Le club Abonnés Abonné papier ? Activez votre accès S'abonner à partir de 1EUR Publicité Les Plus +lus +commentés +partagés 67 Immobilier dans le Sud-Ouest : là où ça flambe, là où ça stagne 33 Cinq jeunes Français tués dans un accident de la route en Espagne 16 Béarn : une fillette se noie dans une maison en vente, le propriétaire, infirmier, la sauve 47 Marmande : il se rend aux impôts pour payer avec 23 000 pièces de 1 centime 32 Boulanger sauvé par un SDF : que sont-ils devenus ? 159 Poitou-Charentes : 400 à 500 millions d'euros de dettes possibles selon Calmels 127 Mode islamique : Elisabeth Badinter appelle aussi au boycott 108 Renaud : "Plus jamais je ne voterai socialiste" 102 Salah Abdeslam "a refusé de se faire sauter" le 13 novembre, selon son frère 67 Immobilier dans le Sud-Ouest : là où ça flambe, là où ça stagne 67 Immobilier dans le Sud-Ouest : là où ça flambe, là où ça stagne 159 Poitou-Charentes : 400 à 500 millions d'euros de dettes possibles selon Calmels 2 Aéronautique : des mesures d'activités partielles pour Turbomeca à Bordes 4 Pyrénées : un pisteur grièvement blessé par une charge explosive à Cauterets 0 En images : un Père Cent costumé à Cognac Publicité En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. SUD OUEST 100% NUMERIQUE Sur web, tablette et mobile :Le journal + L'accès aux articles abonnés + l'Edition du soir + Le club abonnés S'abonner à partir de 1EUR Suivez l'actualité de la commune de votre choix Agen Anglet Angoulême Arcachon Bayonne Barbezieux Bergerac Biarritz Biscarrosse Blaye Bordeaux Cognac Dax Hendaye Jonzac La Rochelle Langon Libourne Marmande Médoc Mont-de-Marsan Nérac Oloron Orthez Pau Périgueux Rochefort Royan Saintes Saint-Jean-de-Luz Saint-Jean d'Angély Sarlat Terrasson Tonneins Villeneuve-sur-Lot Toutes les communes Aller voir le site @sudouest Suivre @sudouest Découvrez les applications Sud Ouest Depuis votre mobile ou tablette, ne manquez rien de l'actualité de la région. Voir les applications Newsletter Recevez tous les jours l'essentiel de l'actualité avec la newsletter Sudouest.fr. Voir un exemple Saisissez votre adresse e-mail puis complétez votre inscription S'inscrire à la newsletter La Newsletter Sud Ouest éco Inscription en cours... Envoyer par email Cet article vous intéresse, partagez-le avec vos amis. Votre adresse email Adresse email du destinataire Votre message Recevoir une copie du mail Envoyer