À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Pourquoi la fête de saint Jacques le 25 juillet ? Nouveaux regards sur Compostelle, le pèlerinage et les chemins de Saint-Jacques Transformer une légende en histoire, c'est en oublier l'esprit Chercher sur tous les sites de la Fondation Les chapitres du site Compostelle, pèlerinage et société Pèlerins et pèlerinages Patrimoine Histoire Société Spiritualité Le Patrimoine Mondial Compostelle-Cordoue Articles signalés Un pèlerinage espagnol devenu européen Le retable de l''église Santiago el Real à Logroño Récits de pèlerinages Pèlerinage, hospitalité, évangélisation Les mythes de l'apôtre Jacques Une vision renouvelée de Compostelle " Un document exceptionnel, et sur le pèlerinage, et sur l'époque ". Jérôme Garcin à Denise Péricard-Méa. L'homme à cheval sur les chemins de Compostelle, 1963 1963, l'aventure commence, 4 cavaliers emboîtent le pas d'Henri Roque pour rejoindre Saint-Jacques de Compostelle. Accompagnés depuis le Somport par 4 officiers espagnols, ils atteignent leur but le 28 juin 1963. Partis pour une aventure sans lendemain, comme pour un défi, on découvre, ils découvrent, qu'ils ont été les pionniers de la reconversion du cheval dans la société d'aujourd'hui, qu'ils ont montré le chemin à tous les pratiquants d'équitation d'extérieur. Galeries Saumur 18 avril Réception (15) L'Homme à cheval vers Compostelle (15) Les années saintes du XXe siècle (3) Les fresques de la vie de l'apôtre Jacques à Montrouge (8) Le blog des conseils de Pierre Conseils pratiques aux pèlerins Quelques mots clés chemins de Compostelle UNESCO Compostelle Patrimoine mondial Codex Calixtinus pèlerinage Charlemagne Matamore René de La Coste-Messelière tombeau saint Jacques Franco histoire Commémoration nationale 1948 Henri Roque Aigoland chemins relique Conseil de l'Europe Toulouse Pampelune Vista Alegre restauration Chamole Béranger de Landorre théâtre légendes Le Puy Benoît XVI Accueil  >  Compostelle, pèlerinage et société Pourquoi la fête de saint Jacques le 25 juillet ? 21/07/2016 Le 25 juillet La date du 25 juillet est la première qui ait été retenue pour célébrer l'anniversaire de saint Jacques, celui de son martyre, qui marque sa naissance à la perfection et à la gloire des élus. Faute de connaître expressément les raisons invoquées pour retenir cette date, on peut supputer que des considérations numérologiques ont joué ici un rôle pour substituer à la commémoration de saint Jacques dans le temps pascal où elle aurait naturellement eu sa place, une célébration le 25 juillet. Jacques est, en effet, défini par le nom gréco-hébreu de Jacob qui compte cinq lettres. Si le nombre cinq, qui est un signe d'ordre et de perfection, définit son être, il y avait là une raison de situer son anniversaire dans le cinquième mois de l'année et donc, puisque que celle-ci commençait le 1er mars, dans le mois de juillet. Quant à la date elle-même du 25, elle résulterait alors du fait que 25 est le carré de 5. L'accession à la qualité de martyr du personnage dont 5 est le chiffre terrestre représente une exaltation suprême de son être, une potentiation et le 25 du mois aura pu paraître le quantième le plus approprié à cette fin. La date ainsi obtenue par une arithmétique anodine est loin de l'être aussi par ses conséquences. En effet, cette date est celle du début de la Canicule, et elle va servir à intégrer au personnage de Jacques des déterminations issues des aspects calendaires de ce moment particulièrement riche de l'année en raison du rôle qu'y joue le soleil. Le passage énigmatique de l'Évangile qui traite de la revendication par Jacques et Jean d'une place respectivement à la droite et à la gauche du Christ dans sa gloire est bien fait pour situer d'emblée les deux frères dans une perspective solaire. Jésus a beau jeu de rabrouer les deux frères, en leur déclarant que cette demande était inconsidérée, et qu'il ne s'agissait pas d'occuper des trônes de gloire mais de subir le martyre comme lui. Lorsqu'ils ont rempli cette condition préalable, rien ne s'oppose plus en principe à ce que leur demande soit satisfaite. Mais de quelle manière ? Certains commentateurs patristiques esquivent la difficulté, en disant qu'en tout état de cause c'est impossible, tous les bons étant à la droite du Seigneur dans le ciel, il n'est donc pas question que l'un des plus grands parmi les apôtres soit à sa gauche, du côté où Dieu relègue les mauvais. Valable aussi longtemps que la gloire du Christ est comprise comme désignant le royaume des cieux, l'argument ne tient plus si, d'une manière plus terre à terre, on conçoit la gloire du Christ, Dieu venu dans le monde, sous la forme de l'espace méditerranéen gagné à la chrétienté. La droite et la gauche dans la gloire du Christ deviennent alors celles de son vicaire ici-bas, le pape de Rome, soit l'Asie Mineure d'un côté où se trouve Éphèse, liée à Jean, et, à l'opposé, l'Espagne qui deviendra le fief de Jacques. Cette interprétation figure expressément dans l'hymne du VIIIe siècle pourvue de l'acrostiche Mauregat, et elle a été reprise par le sermon Exultemus du Livre de saint Jacques (I, XV). Elle représente certainement une manière au moins asturo-galicienne mais éventuellement plus ancienne encore de comprendre ce passage évangélique à l'époque où se met en place la relation de saint Jacques avec l'Espagne, avant même l'invention de son tombeau. L'est et l'ouest n'ayant de sens vécu que comme lever et coucher du soleil dans son mouvement apparent, il faudra, si l'on attribue à Jean le lever, attribuer à Jacques le coucher, et c'est bien cette affectation des contrées occidentales répétée à loisir par les catalogues apostoliques qui lui vaudra le patronat de l'Espagne. Jacques devient de ce fait la personnification chrétienne du soleil couchant. D'autre part si chacun des deux frères possède de ce fait une moitié du parcours apparent du soleil, c'est évidemment à l'apogée de ce mouvement que l'on passera de Jean à Jacques. En un certain sens, Jacques naîtra au moment même où le soleil est le plus haut dans sa course. Ce sera, à l'échelle de la journée, l'heure de midi, et à l'échelle de l'année le moment de la Canicule, expressément désigné par la date du 25 juillet. Ainsi le texte même de l'Evangile fournirait-il comme une passerelle permettant de rejoindre, à propos de Jacques " le grand et perpétuel sujet de la Mythologie: la double évolution solaire, quotidienne et annuelle ", comme le disait Stéphane Mallarmé (Stéphane Mallarmé, Les Dieux antiques, Paris, Gallimard, 1925, p. 15). Extrait de Les fêtes liturgiques et le mythe chrétien de saint Jacques.   Lu 1 fois Fondation Ferpel Ajouter un commentaire Dans la même rubrique : Fêter saint Jacques - 18/07/2016 Compostelle et le Brexit, trouver un chemin - 27/06/2016 In Memoriam Jeannine Warcollier - 08/06/2016 La Fondation David Parou Saint-Jacques - 24/04/2016 Compostelle, l'ultimatum des chanoines - 02/04/2016 De quand date la Compostela ? - 02/04/2016 La Compostela, 2001, 2007, 2016 - 01/04/2016 Magie du chemin - 29/03/2016 1 2 3 4 5 » ... 8 Compostelle, pèlerinage et société | Compostelle-Cordoue | Le Patrimoine Mondial | Pèlerins et pèlerinages | Patrimoine | Les bonnes pages Denise Péricard-Méa et Fondation David Parou éditeurs du site Un nouveau service de la Fondation Inventaire du patrimoine jacquaire Abonnement à la Lettre Adhérer à la Fondation Documents à télécharger (7) Livres de Denise Péricard-Méa La Fondation sur Internet Le plus vaste réservoir d'informations sur saint Jacques et Compostelle. Le portail de la Fondation Liens avec toutes les publications de la Fondation sur Internet. Accès à 10 ans d'archives et publications de la Fondation sur Internet. Une mine d'informations. Revue électronique de la Fondation La seule revue électronique consacrée à saint Jacques et Compostelle dont les articles soient soumis à un comité scientifique. Carnet de recherches Présentation de résultats de recherche ponctuels, informations et questions, pour mettre en relation des chercheurs de toutes spécialités, intéressés par les pèlerinages et leurs résonances dans la société. Chemins de Compostelle et Patrimoine mondial Comment tirer parti de l'inscription des chemins de Compostelle au Patrimoine mondial ? Ce site présente les réflexions et propositions de la Fondation sur ce sujet. Il est destiné à devenir une plateforme d'échanges avec les organismes concernés. L'encyclopédie de saint Jacques et Compostelle Pour ceux qui pratiquent le chemin, en vivent ou en parlent souvent à tort et à travers, 1000 définitions, à la fois historiques, géographiques, thématiques, pratiques, biographiques, critiques et parfois humoristiques . Elles tordent parfois le cou à certains lieux communs et erreurs trop répandues et renouvellent la vision du pèlerinage à Compostelle et des cultes à saint Jacques. Accueil Galerie Téléchargements Forum Liens http://www.saint-jacques.info Fondation David Parou Saint-Jacques Plan du site | Syndication | Powered by WM