À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Le chemin de Saint-Jacques en nord Aveyron - 23/10/2016 - ladepeche.fr dimanche 23 octobre, 07:06, Saint Jean Connexion Grand Sud France - Monde Faits divers Économie Sports Santé TV-People Loisirs Immobilier Services+ Mes Infos Mes Infos Grand Toulouse Haute-Garonne Ariège Aude Aveyron Gers Hautes-Pyrénées Lot Lot-et-Garonne Tarn Tarn-et-Garonne Rodez Millau Villefranche-de-Rouergue Onet-le-Château Saint-Affrique Decazeville Luc-la-Primaube Capdenac-Gare Espalion Aubin Autres villes Actualité Grand Sud Aveyron Publié le 23/10/2016 à 03:48 Le chemin de Saint-Jacques en nord Aveyron Le fait du jour Chaque année, on estime à 20 000 le nombre de pélerins venus des quatre coins du monde, qui empruntent le chemin de Saint-Jacques sur sa portion du nord Aveyron./Photo DDM, archives Dès le mois de mars, le GR 65 retrouve ses silhouettes de marcheurs qui, cet automne encore plus, jusqu'à la fin octobre, empruntent le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Des quatre grands itinéraires qui, en France, partent de Paris, Vezelay et Arles, le chemin de Saint-Jacques du Puy-en-Velay (1) jusqu'à Compostelle est le plus ancien, le plus fréquenté. Les pèlerins qui empruntent le GR 65 (3 tronçons entre Le Puy et Ronceveaux) traversent ainsi le département de l'Aveyron, d'Aubrac jusqu'à Livinhac-le-Haut par Saint-Chély, Saint-Côme, Espalion, Estaing, Golinhac, Espeyrac, Conques, Grand-Vabre, Firmi, Decazeville. Les pèlerins et marcheurs qui le suivent sont unanimes, cette portion de la Via Podiensis est la plus belle. Sur les 1 530 km, 230 sont sur la portion Le Puy-en-Velay-Livinhac-le-Haut, c'est-à-dire La Margeride, l'Aubrac, la vallée du Lot. Au 30 septembre de cette année, 20 125 pèlerins avaient quitté Le Puy-en-Velay. Et si certains d'entre eux bifurqueront, à l'entrée en Aveyron, vers le chemin parti d'Arles à la hauteur de Saint-Guilhem-le-Désert, on peut estimer à 20 000 le nombre de marcheurs qui traversent le nord Aveyron entre mars et Toussaint avec des pointes en mai-juin-septembre. Depuis le regain d'intérêt pour le chemin à la fin du XXe siècle, le nombre n'a cessé de grandir et le chemin de se transformer, tandis que les pèlerins ou marcheurs évoluent également. Des pratiquants de la foi catholique, des non-pratiquants, des athées mais aussi des marcheurs appartenant à d'autres confessions se retrouvent sur cette voie qui les mènera à Compostelle. À pied et... À la suite du pèlerinage de l'évêque du Puy Godescalc, l'apogée de l'attraction de Compostelle et du tombeau de l'apôtre Jacques le Majeur se situe aux XIe et XIIe siècles pour un renouveau après la 2e Guerre mondiale et surtout au début des années 1980. Depuis, chaque année voit le nombre de pèlerins mais aussi de marcheurs augmenter. À pied, à dos d'âne, à vélo, en poussette, quel que soit leur âge, on a même vu des nourrissons dans les bras de leur mère emprunter le chemin, des couples nés sur le chemin et leurs enfants prendre ensuite le relais. À 20 ou 30 km par jour, le voyage durera environ 2 mois avec, lors de l'arrivée, le droit d'afficher la coquille de Saint-Jacques. Ce voyage se fait d'une seule traite et lors des années jacquaires en accélérant pour être à Compostelle le dimanche 25 juillet, jour de la Saint-Jacques. Tel ce couple de retraités de Strasbourg qui après leur voyage précipité pour arriver le dimanche de la Saint-Jacques avait repris l'année suivante le chemin mais cette fois pour profiter en prenant son temps des paysages naturels, des richesses patrimoniales si nombreuses, renouer des rencontres avec les habitants. Pour d'autres, le chemin sera «saucissonné» en fonction des jours libres, quitte à reprendre l'année d'après le chemin où on l'avait laissé, telle cette secrétaire de direction londonnienne revenant chaque mois de mai pour quelques jours. L'équipement pour ce long voyage nécessite un sac à dos (entre 15 et 25 kg), des chaussures adaptées, le bâton indispensable pour s'aider ou repousser les chiens, des vêtements divers (short pour les jours de soleil, imper les jours de pluie qui les fait ressembler à de gros escargots de couleur). Sans oublier le créancial, le document délivré par l'Église, attestant le passage aux étapes, ou le crédencial des offices de tourisme dans le même but (2). Un autre tourisme Cet engouement pour parcourir le chemin a entraîné une transformation de l'accueil des pèlerins ou marcheurs : les gîtes se sont multipliés, se sont transformés, mis un brin de confort, les hôtels consentent les prix de ces derniers, les centres municipaux, les campings, les accueillent. Et c'est une économie parallèle qui se met en place. Un autre tourisme, plus calme, moins polluant, riche de rencontres, mais contribuant à l'économie de la région. Comme le faisait remarquer cet hôtelier de la vallée du Lot, les pèlerins représentent 50 à 60 % de sa clientèle. Mais les métiers de bouche aussi, tandis qu'une certaine catégorie ne rechigne pas à fréquenter des établissements gastronomiques ou faire appel à des agences de voyages qui leur préparent les étapes mais avec un autre budget que les 30 EUR quotidiens qu'il en coûte au pèlerin moyen. Au long du chemin, les pays, les associations comme Sur les pas de saint Jacques (3) que préside Simone Anglade, se sont investis, et les communes et communautés apportent leur concours, leur aide à offrir le meilleur accueil aux marcheurs : documents, panneaux (certains en braille pour les non-voyants). En nord Aveyron, sur chaque localité, ont été multipliés les panneaux, des «clous» de bronze sur la chaussée indiquant la route, ceux expliquant les caractéristiques locales. Les pharmacies sont-là pour soigner des blessures dues aux accidents de la marche et c'est ainsi que les taxis sont sollicités soit pour terminer l'étape, soit pour rentrer. Autre confort, ces sociétés de transports de bagages libérant totalement le pèlerin dans sa marche. Ces pèlerins et marcheurs, outre les nombreux Français, viennent de toute la surface du globe, d'Europe, bien sûr, avec des Allemands, des Suisses, des Anglais mais aussi des Canadiens, des Américains du Nord, mais également des Japonais ou encore, comme fin septembre, des Coréens. Des visiteurs parmi lesquels bon nombre découvrent les beautés du nord Aveyron où ils reviendront pour des séjours qui leur permettront de visiter les gorges du Tarn et le viaduc de Millau, le musée Soulages... Demain Si l'accueil en nord Aveyron est aujourd'hui satisfaisant car chacun a pris conscience de cet apport économique et multiculturel pour les régions, il sera important que chacun continue à respecter l'autre. Et souhaitons que le chemin de Saint-Jacques ne connaisse ni dispersion ni dérive, qu'il reste «ce chemin de légendes et de spiritualité, cet espace de mémoire, chemin de souffrance et d'espoir mais surtout de vie, de sacré, de beautés naturelles ou humaines, de rencontres et de créativité». (1) Classé depuis le 5 décembre 1998 au Patrimoine mondial de l'Unesco. (2) Certains font la collection de tous les tampons jamais identiques proposés sur le chemin. (3) Sur les pas de saint Jacques est l'une des 80 associations jacquaires. Son livre sur le chemin du Puy à Livinhac-le-Haut est un remarquable outil pour le pèlerin. Connectez-vous pour afficher la suite Créer un compte gratuitement Se connecter à mon compte Envoyez cet article par email Email du destinataire Votre nom Votre commentaire Valider En images De Paris à Toulouse, les manifestations policières continuent Eva, tuée et plongée dans l'acide : les images de la reconstitution Des drones en indoor à Aucamville : une première en France Vie locale 03:49 «Tu kiffes le code ?» 03:49 à Bressols, l'Avenir moissagais ne lâchera rien 03:49 «Travailler main dans la main avec les collectivités» Publicité Ailleurs sur le web A la une 22/10 17 km de poursuite avec les policiers à plus de 110 km/h en ville 22/10 Ils la frappent avec un câble électrique : un an de prison ferme 22/10 Marathon de Toulouse : il guide un aveugle pour la première fois Les Aillos, un camping naturiste dans le Lauragais J'en veux + ! La Dépêche100% Numérique e-journal - ladepeche.fr - Club abonnés J'en profite Je découvre le club ©ladepeche.fr Certifié OJD Nous contacter| Mentions légales| Nous recrutons| RSS| Plan du site| Charte de modération Fermer  En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. Mes Directs Mes Infos En direct de la rédaction Direct National Grand Sud Accueil Grand Toulouse Haute-Garonne Ariège Aude Aveyron Gers Hautes-Pyrénées Lot Lot-et-Garonne Tarn Tarn-et-Garonne Communes Ma ville Toulouse Agen Albi Auch Cahors Carcassonne Castres Foix Pamiers Montauban Narbonne Rodez Tarbes France-Monde Accueil France Politique International Economie Accueil Aéronautique Agriculture Emploi Immobilier Innovation - High Tech Transports Entreprise Banque-Finances Commerces Bourse Faits divers Sports Accueil Rugby XV Rugby XIII Rugby Amateurs Football Football Amateurs Cyclisme Tennis Basket ball Hand ball Auto-Moto Hippisme Résultats sportifs Santé Accueil La santé près de chez vous Actu Santé Psycho - Sexo Nutrition Beauté Bien-être Famille TV-People Accueil Télé-médias People Cinéma Musique Zapping Insolite Loisirs Immobilier Services + Tchat Sélectionnez votre ville