À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Les nouveaux chemins de pèlerinage - La Croix Librairie Croire La Croix International 1jour1actu Phosphore Urbi&Orbi Urbi&Orbi Africa Urbi&Orbi Español Pelerin Bayard Jeunesse Sommaire ACCUEIL FranceMondeEconomieReligionCultureSciences & éthiqueFamilleSportDébatsUrbi & OrbiBlogsVideosDossiersArchivestélécharger l'édition du jourédition du 21/07/2017librairiePas encore abonné ?Abonnez-Vous à partir d'1EURprofitez de l'offreAbonnez-Vous à partir d'1EUR Religion Laïcité Catholicisme Islam Judaïsme Protestantisme Orthodoxie Bouddhisme Croire France ReligionLaïcitéCatholicismeIslamJudaïsmeProtestantismeOrthodoxieBouddhismeCroireVous consultez votre 4 ème article sur les 5 offertsDécouvrez l'accès ilimité + de nombreuses fonctionnalités En savoir plusÀ la uneToutFranceMondeCultureReligionVol d'oiseaux sur l'artGrèce : un séisme fait deux morts sur l'île de KosMarcher bouscule aussi l'âmeUn an après, les avis restent partagés sur la Loi El KhomriPourquoi le Front national cherche à se refonderDes hôtels hospitaliers pour le confort des patientsPreviousNextAffaire Halimi : le meurtrier conteste toute motivation antisémiteL'armée dans la tenaille des contraintes budgétaires« Les militaires français ne s'expriment pas assez »À Rennes, des familles de migrants retrouvent la rueL'isolement social, ce fléau invisiblePreviousNextGrèce : un séisme fait deux morts sur l'île de KosJérusalem, une cité déchirée d'est en ouestVers la fin du rêve américain pour le MexiqueRam Nath Kovind, allié de Narendra Modi, élu président de l'IndeLa crise du Venezuela, un enjeu au-delà des frontièresFrance/ États-Unis : « L'idée d'alliance naturelle est sortie consolidée du premier conflit mondial »PreviousNextAvec les femmes mariachis, aux États-Unis et au MexiqueClaire Morgan, sur les ailes du tempsL'historien et académicien Max Gallo est mort« Des trains pas comme les autres » en Indonésie, sur France 5Dunkerque, les ténèbres de la guerreEurope, terre d'asile. Mais pour qui ?PreviousNext« Face au défi écologique, articuler désir et limite »Brève sortie de prison pour le patriarche orthodoxe d'ÉrythréeMgr Seitz : « Les migrants d'El Paso sont gagnés par la peur »Les musulmans du Québec cherchent où enterrer leurs mortsUn chrétien israélien accusé de « crime d'honneur » contre sa filleDeux anciens responsables d'un hôpital du Saint-Siège jugés pour escroqueriePreviousNextArticles suggérés Abonnez-vous à 1 EUR Les nouveaux chemins de pèlerinageMélinée Le Priol, le 21/07/2017 à 11h32 0 0 Alors qu'environ 3 500 personnes étaient arrivées à Saint-Jacques-de-Compostelle en 1988, elles n'étaient pas loin de 278 000 en 2016, soit près de 80 fois plus. Dans le sillage de cet incroyable succès populaire, de nombreuses routes de pèlerinage sont apparues ou réapparues en France ces quinze dernières années.Comme en témoignent les « unes » de magazines fréquemment consacrées à ce sujet, la tendance est aujourd'hui à la marche qui a du sens. « Même les randonneurs non croyants ont de plus en plus à coeur de fouler des chemins ayant une histoire et leur permettant de découvrir un riche patrimoine », explique la journaliste et éditrice Gaële de La Brosse (1).Or, les chemins de pèlerinage répondent à ces exigences, à l'heure où l'engouement pour Saint-Jacques-de-Compostelle les a éloignés de leur image strictement religieuse. Nombreuses sont donc les routes de pèlerinage tracées - ou réhabilitées - ces dernières années par des passionnés de marche et de patrimoine. Il s'agit souvent d'anciens marcheurs du « Camino » de Compostelle, avides de nouvelles aventures pédestres.dossier : Chemins de pèlerinageLe chemin européen de saint Colomban, 9 000 km à travers neuf paysSimon Derache est de ceux-là. Le virus de la marche a gagné ce militaire retraité après un premier pèlerinage vers Saint-Jacques en 2011. Six ans et des milliers de kilomètres plus tard, le voilà oeuvrant au tracé d'un pèlerinage encore intimiste - il veut cependant croire en son avenir prometteur : le chemin européen de saint Colomban, qui vise entre autres à rappeler aux marcheurs les racines chrétiennes de l'Europe. « Ce saint irlandais était un visionnaire, assure Simon Derache, Européen convaincu. Dès le VIe siècle, il a été le premier à parler de l'Europe comme d'une entité politique. »Ce chemin aux multiples ramifications couvre 9 000 km en tout et traverse neuf pays, de l'Irlande à l'Italie. Simon Derache l'a tracé à l'aide des archives historiques auxquelles il a accès en tant que membre de l'association Les amis de saint Colomban. Puis, il a marché lui-même le long de cet itinéraire, pour adapter son tracé initial à l'état actuel des sentiers.Candidat pour devenir un itinéraire culturel européen en 2019, le chemin de saint Colomban ne devrait pas comporter de balises physiques : pour plus d'économies, son tracé sera téléchargeable sur smartphone. « Nous sommes des pèlerins modernes », sourit ce pionnier.« Les baliseurs valorisent leur territoire »Si l'idée d'une voie sans balises est novatrice, la plupart des nouveaux chemins sont tracés selon une méthodologie semblable à celle qui a fait ses preuves pour ceux de Saint-Jacques-de-Compostelle : en se basant sur des recherches historiques, des marcheurs identifient un itinéraire, puis le balisent. Il peut s'agir de bénévoles de la FFRP (Fédération française de la randonnée pédestre) ou de membres d'associations diverses, promouvant par exemple l'héritage d'un saint. « Ces baliseurs consacrent beaucoup de temps et d'énergie à valoriser leur territoire et partager un patrimoine qui leur tient à coeur », note Gaële de La Brosse.diaporama : Préparatifs de départ pour CompostelleCela dit, ajoute cette spécialiste, « tracer des chemins de pèlerinage est toujours une composition ». C'est aussi ce que confirme Sébastien Pénari, de l'Agence de coopération interrégionale (Acir) Compostelle, qui promeut ces temps-ci la Via Garona : cette benjamine des voies de Saint-Jacques a été inaugurée début juillet. Elle traverse la Haute-Garonne du nord au sud sur environ 170 km et fait la liaison entre deux grandes voies existantes vers Compostelle.L'écopèlerinage, le futur des pèlerinages ?« Comme tous les GR, la Via Garona n'est pas la reproduction archéologique du chemin médiéval, explique Sébastien Pénari. Car si l'on suivait la voie d'origine, on ne marcherait que le long de la route aujourd'hui ! Outre le confort et la sécurité, l'agrément du paysage est un critère essentiel pour les marcheurs. »Une fois le nouveau chemin créé, la question de l'hébergement ne tarde pas à se poser. Mais s'il semble difficile de concevoir un pèlerinage au long cours sans gîte sur la route, les hôteliers préfèrent être sûrs qu'il y aura des marcheurs avant de s'installer... En tout cas, pour les pèlerinages actuels, la question de la « cohérence avec l'esprit du chemin » paraît capitale, et de plus en plus de gîtes écologiques apparaissent le long de ces sentiers, proposant des toilettes sèches et servant des repas bio. À l'heure du tourisme responsable, l'avenir pourrait être à l'« écopèlerinage »...reportage : La famille Perennou, l'hospitalité sur le chemin du Tro Breiz-------------Petite histoire des pèlerinagesÀ partir du Xe siècle avant ­J.-C. Après la construction du Temple de Salomon, Jérusalem devient un lieu de pèlerinage pour les juifs. Jusqu'à la destruction du second Temple par les Romains, en 70 ap. J.-C., les juifs s'y rendaient trois fois par an, pour les fêtes de Soukkot, Pessah et Chavouot.326 ap. J.-C. Selon la tradition, sainte Hélène, mère de l'empereur romain Constantin, découvre les reliques de la Passion du Christ à Jérusalem. Coup d'envoi des pèlerinages de chrétiens occidentaux en Terre sainte. Le culte des reliques sera à l'origine de la plupart des pèlerinages médiévaux.XIIe siècle. Âge d'or des pèlerinages, notamment ceux de Saint-Jacques-de-Compostelle, de Chartres ou encore du Mont-Saint-Michel.1517. Réforme protestante. Luther se déclare ouvertement hostile aux pèlerinages et condamne celui de Compostelle en ces termes : « On ne sait pas si est enterré là Jacques, un chien ou un cheval mort... alors, n'y allez pas. » Le succès du protestantisme a de lourdes conséquences sur les flux de pèlerins, en outre amoindris par les périodes de guerres et d'épidémies.XIXe siècle. Développement du culte marial et des pèlerinages de la rue du Bac, Notre-Dame de la Salette ou encore Lourdes.1987. Le chemin de Saint-Jacques, qui amorce alors sa renaissance, est proclamé « premier itinéraire culturel » du Conseil de l'Europe. En 1997, la partie espagnole du chemin est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Ce pèlerinage connaît aujourd'hui un dynamisme sans précédent depuis le Moyen Âge. Mélinée Le Priol (1) Auteur d'un récent Guide des chemins de pèlerinage, Éd. Presses de la Renaissance, 2017, 318 p., 19,50 EUR.

à suivre : « L'Eglise s'est longtemps méfiée de cette pratique populaire » Thèmes associés spiritualitépèlerinageréagissez00réagissezVous devez être connecté afin de pouvoir poster un commentaireDéjà inscrit sur la Croix ?SE CONNECTERPas encore abonné ?ABONNEZ-VOUSà partir d'1EURPublicitéPublicité Autour de cet article France « L'Eglise s'est longtemps méfiée de cette pratique populaire » France Marcher bouscule aussi l'âme Livres & idées Trois livres d'escapades spirituelles France « L'Eglise s'est longtemps méfiée de cette pratique populaire » France Marcher bouscule aussi l'âme Culture Max Gallo, héraut de l'histoire de France Événement Une tragédie bientôt mise en scènePublicitéÀ la une Tout France Monde Culture Religion CultureVol d'oiseaux sur l'artEuropeGrèce : un séisme fait deux morts sur l'île de KosFranceMarcher bouscule aussi l'âmeSocialUn an après, les avis restent partagés sur la Loi El KhomriPolitiquePourquoi le Front national cherche à se refonderJusticeAffaire Halimi : le meurtrier conteste toute motivation antisémiteSécuritéL'armée dans la tenaille des contraintes budgétairesPolitique« Les militaires français ne s'expriment pas assez »ImmigrationÀ Rennes, des familles de migrants retrouvent la rueExclusionL'isolement social, ce fléau invisibleEuropeGrèce : un séisme fait deux morts sur l'île de KosMoyen-OrientJérusalem, une cité déchirée d'est en ouestAmériquesVers la fin du rêve américain pour le MexiqueAsie-OcéanieRam Nath Kovind, allié de Narendra Modi, élu président de l'IndeAmériquesLa crise du Venezuela, un enjeu au-delà des frontièresMusiqueAvec les femmes mariachis, aux États-Unis et au MexiqueExpositionsClaire Morgan, sur les ailes du tempsLivres & idéesL'historien et académicien Max Gallo est mortTV / Radio« Des trains pas comme les autres » en Indonésie, sur France 5CinémaDunkerque, les ténèbres de la guerreCatholicisme« Face au défi écologique, articuler désir et limite »OrthodoxieBrève sortie de prison pour le patriarche orthodoxe d'ÉrythréeMondeMgr Seitz : « Les migrants d'El Paso sont gagnés par la peur »IslamLes musulmans du Québec cherchent où enterrer leurs mortsReligionUn chrétien israélien accusé de « crime d'honneur » contre sa fillePublicitéPublicitéDécouvrez nos articles à la UneFranceComment les prêtres africains sont-ils préparés à leurs « ministères d'été » en France ? Le Service de la Mission universelle du diocèse de Saint-Br ...AmériquesLe Mexique des artistes D'un côté il y a l'immigration, la drogue, la corruption, l ...MondeLa mobilisation des évêques irlandais contre la famine en Afrique de l'Est 25 millions de personnes sont gravement touchées par la fam ...CultureVol d'oiseaux sur l'art Les oiseaux inspirent peintres et musiciens, écrivains et p ...EuropeGrèce : un séisme fait deux morts sur l'île de Kos Un séisme, d'une magnitude de 6,7, a frappé vendredi 21 jui ...AfriqueLes Jeux de la francophonie s'ouvrent dans un climat tendu à Abidjan Les 8e Jeux de la francophonie s'ouvrent vendredi 21 juille ...Moyen-OrientJérusalem, une cité déchirée d'est en ouest LA NOUVELLE PUISSANCE DES VILLES-MONDE (5/5). Jamais vraime ...Catholicisme« Face au défi écologique, articuler désir et limite » ENTRETIEN Jean-Claude Eslin, philosophe, auteur de Le Chris ...MusiqueAvec les femmes mariachis, aux États-Unis et au Mexique Née dans l'État de Jalisco au XIXe siècle et inscrite au pa ...FranceLouer le bateau de son voisin pour découvrir le nautisme Plusieurs plates-formes mettent en relation les propriétair ...PreviousNextLes nouveaux chemins de pèlerinageAlors qu'environ 3 500 personnes étaient arrivées à Saint-Jacques-de-Compostelle en 1988, elles n'étaient pas loin de 278 000 en 2016, soit près de 80 fois plus. Dans le sillage de cet incroyable succès populaire, de nombreuses routes de pèlerinage sont apparues ou réapparues en France ces quinze dernières années.Mélinée Le Priol, le 19/09/2017 à 11h32 Alors qu'environ 3 500 personnes étaient arrivées à Saint-Jacques-de-Compostelle en 1988, elles n'étaient pas loin de 278 000 en 2016, soit près de 80 fois plus. Dans le sillage de cet incroyable succès populaire, de nombreuses routes de pèlerinage sont apparues ou réapparues en France ces quinze dernières années.Comme en témoignent les « unes » de magazines fréquemment consacrées à ce sujet, la tendance est aujourd'hui à la marche qui a du sens. « Même les randonneurs non croyants ont de plus en plus à coeur de fouler des chemins ayant une histoire et leur permettant de découvrir un riche patrimoine », explique la journaliste et éditrice Gaële de La Brosse (1).Or, les chemins de pèlerinage répondent à ces exigences, à l'heure où l'engouement pour Saint-Jacques-de-Compostelle les a éloignés de leur image strictement religieuse. Nombreuses sont donc les routes de pèlerinage tracées - ou réhabilitées - ces dernières années par des passionnés de marche et de patrimoine. Il s'agit souvent d'anciens marcheurs du « Camino » de Compostelle, avides de nouvelles aventures pédestres.dossier : Chemins de pèlerinageLe chemin européen de saint Colomban, 9 000 km à travers neuf paysSimon Derache est de ceux-là. Le virus de la marche a gagné ce militaire retraité après un premier pèlerinage vers Saint-Jacques en 2011. Six ans et des milliers de kilomètres plus tard, le voilà oeuvrant au tracé d'un pèlerinage encore intimiste - il veut cependant croire en son avenir prometteur : le chemin européen de saint Colomban, qui vise entre autres à rappeler aux marcheurs les racines chrétiennes de l'Europe. « Ce saint irlandais était un visionnaire, assure Simon Derache, Européen convaincu. Dès le VIe siècle, il a été le premier à parler de l'Europe comme d'une entité politique. »Ce chemin aux multiples ramifications couvre 9 000 km en tout et traverse neuf pays, de l'Irlande à l'Italie. Simon Derache l'a tracé à l'aide des archives historiques auxquelles il a accès en tant que membre de l'association Les amis de saint Colomban. Puis, il a marché lui-même le long de cet itinéraire, pour adapter son tracé initial à l'état actuel des sentiers.Candidat pour devenir un itinéraire culturel européen en 2019, le chemin de saint Colomban ne devrait pas comporter de balises physiques : pour plus d'économies, son tracé sera téléchargeable sur smartphone. « Nous sommes des pèlerins modernes », sourit ce pionnier.« Les baliseurs valorisent leur territoire »Si l'idée d'une voie sans balises est novatrice, la plupart des nouveaux chemins sont tracés selon une méthodologie semblable à celle qui a fait ses preuves pour ceux de Saint-Jacques-de-Compostelle : en se basant sur des recherches historiques, des marcheurs identifient un itinéraire, puis le balisent. Il peut s'agir de bénévoles de la FFRP (Fédération française de la randonnée pédestre) ou de membres d'associations diverses, promouvant par exemple l'héritage d'un saint. « Ces baliseurs consacrent beaucoup de temps et d'énergie à valoriser leur territoire et partager un patrimoine qui leur tient à coeur », note Gaële de La Brosse.diaporama : Préparatifs de départ pour CompostelleCela dit, ajoute cette spécialiste, « tracer des chemins de pèlerinage est toujours une composition ». C'est aussi ce que confirme Sébastien Pénari, de l'Agence de coopération interrégionale (Acir) Compostelle, qui promeut ces temps-ci la Via Garona : cette benjamine des voies de Saint-Jacques a été inaugurée début juillet. Elle traverse la Haute-Garonne du nord au sud sur environ 170 km et fait la liaison entre deux grandes voies existantes vers Compostelle.L'écopèlerinage, le futur des pèlerinages ?« Comme tous les GR, la Via Garona n'est pas la reproduction archéologique du chemin médiéval, explique Sébastien Pénari. Car si l'on suivait la voie d'origine, on ne marcherait que le long de la route aujourd'hui ! Outre le confort et la sécurité, l'agrément du paysage est un critère essentiel pour les marcheurs. »Une fois le nouveau chemin créé, la question de l'hébergement ne tarde pas à se poser. Mais s'il semble difficile de concevoir un pèlerinage au long cours sans gîte sur la route, les hôteliers préfèrent être sûrs qu'il y aura des marcheurs avant de s'installer... En tout cas, pour les pèlerinages actuels, la question de la « cohérence avec l'esprit du chemin » paraît capitale, et de plus en plus de gîtes écologiques apparaissent le long de ces sentiers, proposant des toilettes sèches et servant des repas bio. À l'heure du tourisme responsable, l'avenir pourrait être à l'« écopèlerinage »...reportage : La famille Perennou, l'hospitalité sur le chemin du Tro Breiz-------------Petite histoire des pèlerinagesÀ partir du Xe siècle avant ­J.-C. Après la construction du Temple de Salomon, Jérusalem devient un lieu de pèlerinage pour les juifs. Jusqu'à la destruction du second Temple par les Romains, en 70 ap. J.-C., les juifs s'y rendaient trois fois par an, pour les fêtes de Soukkot, Pessah et Chavouot.326 ap. J.-C. Selon la tradition, sainte Hélène, mère de l'empereur romain Constantin, découvre les reliques de la Passion du Christ à Jérusalem. Coup d'envoi des pèlerinages de chrétiens occidentaux en Terre sainte. Le culte des reliques sera à l'origine de la plupart des pèlerinages médiévaux.XIIe siècle. Âge d'or des pèlerinages, notamment ceux de Saint-Jacques-de-Compostelle, de Chartres ou encore du Mont-Saint-Michel.1517. Réforme protestante. Luther se déclare ouvertement hostile aux pèlerinages et condamne celui de Compostelle en ces termes : « On ne sait pas si est enterré là Jacques, un chien ou un cheval mort... alors, n'y allez pas. » Le succès du protestantisme a de lourdes conséquences sur les flux de pèlerins, en outre amoindris par les périodes de guerres et d'épidémies.XIXe siècle. Développement du culte marial et des pèlerinages de la rue du Bac, Notre-Dame de la Salette ou encore Lourdes.1987. Le chemin de Saint-Jacques, qui amorce alors sa renaissance, est proclamé « premier itinéraire culturel » du Conseil de l'Europe. En 1997, la partie espagnole du chemin est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Ce pèlerinage connaît aujourd'hui un dynamisme sans précédent depuis le Moyen Âge.Mélinée Le Priolà suivre : « L'Eglise s'est longtemps méfiée de cette pratique populaire » Thèmes associés spiritualitépèlerinageréagissez00réagissezVous devez être connecté afin de pouvoir poster un commentaireDéjà inscrit sur la Croix ?SE CONNECTERPas encore abonné ?ABONNEZ-VOUSà partir d'1EURRetour à l'articleretourau sommaireLes actualités de La Croix France Monde Économie Religion Culture Sciences & éthique Famille Sport Débats Blogs Vidéos Dossiers Urbi & Orbi La Croix International Plan du site Sitemap Nous contacter Service client Courrier des lecteurs Aide L'équipe Découvrir LA CROIX numérique Facebook Twitter Flipboard Nos services Abonnement Boutique Ebook Faire un don Inscription à la newsletter RSS Nos partenaires LES SITES DU GROUPE BAYARD BAYARD BELGIQUE BAYARD JEUNESSE EDITIONS BAYARD Groupe Bayard MILAN PRESSE Les dossiers de l'actualité MUZE NOTRE FAMILLE NOTRE TEMPS Phosphore CROIRE.COM EVEILALAFOI.FR LE MONDE DE LA BIBLE PANORAMA PÈLERIN POINTS DE REPÈRES PRIONS EN EGLISE Chantons en eglise Mentions légales - CGU - © 2017 - Bayard Presse - Tous droits réservés - @la-croix.com est un site de la Croix NetworkMentions légales - © 2017 - Bayard Presse - Tous droits réservés - @la-croix.com est un site de la Croix Network