À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Autun | Les dessins d’un pèlerin Actualité Menu Actualité Région Faits divers Sport local Sport national France Monde Economie Loisirs Diaporamas Chalon Bresse Mâcon Charolais Autun Le Creusot Montceau Accueil Edition d'Autun Autun Les dessins d’un pèlerin - Publié le 12/01/2014 Littérature Les dessins d’un pèlerin Au terme de deux périples sur les chemins de Compostelle, Jean-Luc Mélot se lance un nouveau défi : réaliser un livre illustré. Le globe-trotteur autunois lance un appel aux éditeurs. Previous Next Une cinquantaine de dessins jonche la table du salon. Penché sur son carnet à croquis, il esquisse, crayonne, griffonne. Son trait est précis, réaliste et donne une belle expressivité à ses personnages. Jean-Luc Mélot est de ceux qui aiment relever des défis. Après deux périples à pied sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle – en couple en 2010 et en solitaire en 2013 – le globe-trotteur autunois entend bien partager son aventure. Pas question de raconter son propre cheminement sur les routes historiques. « Je veux juste faire un livre illustré agrémenté de textes assez courts, parfois sous forme de dialogues », explique-t-il. Un livre sur des thématiques différentes et sans chronologie évidente dans le pèlerinage.Des conseils pour « aller jusqu’au bout »L’amoureux de la nature aspire surtout à retranscrire, sous forme humoristique, « ce qui motive une telle expérience ». L’aventure, la préparation, les rencontres hasardeuses, les blessures, l’incertitude au tournant, les aléas du temps, la résistance du corps y compris de l’esprit… C’est ce panorama que Jean-Luc Mélot souhaite élaborer. Histoire de distiller quelques précieux conseils à tous ceux qui rêvent de s’élancer un jour sur ces chemins ancestraux. Comment éviter de se blesser, se perdre, où manger, dormir ? De quoi aider les férus de randonnée prêts à succomber au virus des chemins buissonniers, « à aller jusqu’au bout ».Ces dessins, Jean-Luc Mélot avait prévu de les croquer sur le vif lors de son ultime pèlerinage. Au jour le jour, en fonction des situations. Seul hic : Au terme des 1 830 km parcourus entre Vézelay et Compostelle, les pages du carnet sont restées quasiment vierges. Par manque de temps : « En 50 jours de marche, je n’ai réalisé que deux dessins, avoue-t-il. Je n’avais pas envie de rester assis à ne rien faire. J’avais envie de marcher. Marcher à mon rythme. À un rythme effréné. »Pas moins de 80 dessinsÀ défaut de dessins, le passionné s’est astreint néanmoins à tenir à jour, chaque soir, un carnet de route. La fatigue conjuguée à ses prises de notes journalières ont eu raison de sa motivation. Mais l’homme est tenace. Pas question pour autant d’abandonner son idée première. À peine plus de deux mois après la fin de son dernier périple, le retraité a déjà réalisé 48 dessins à l’encre noire. Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Je compte en réaliser 80 », affirme-t-il.Le résultat est saisissant. Jean-Luc Mélot, sous les traits de son personnage, se met en scène, digne d’un caméraman par la finesse extrême de l’observation. Un livre illustré, mais pas édulcoré puisqu’il montre tous les problèmes que l’on peut rencontrer, qui font aussi le charme de cette aventure : « Les chutes, la douleur, la fatigue. » Il est aussi formidable de constater que tout cela est surpassé par les moments forts : « L’entraide, les paysages, les amitiés nouvelles… »Le dépassement de soi procure aussi de belles joies et des rencontres parfois inattendues avec les animaux que l’auteur s’emploie à reproduire de mémoire, sur papier : « Par le biais de mes dessins, je raconte quelques anecdotes, comme la visite surprise d’un cerf tandis que je fais du camping sauvage, l’attaque d’un ragondin, les poules qui viennent chercher à manger jusque dans mon sac, les chats ou les chiens qui m’accompagnent sur des kilomètres… »Tout au long des dessins et textes, l’humour est omniprésent. Il rend la lecture légère et agréable, nous invite à prendre à notre tour notre bâton de pèlerin… Reste que si la volonté de l’écrivain-illustrateur est là, manque le nerf de la guerre : un éditeur. L’appel est lancé.Contactvezsantiago.canalblog.comJean-Luc Mélot “À travers cet ouvrage, je ne veux pas raconter mon voyage au jour le jour. Juste donner des conseils.” Catherine Desbrosses Articles Associés Votez Mathieu Gardon ! Vos commentaires Poster un commentaire Se connecter Pour accéder à votre espace personnel, vous devez fournir un identifiant et un mot de passe. Email Mot de passe Rester connecté mot de passe oublié pas encore inscrit Tags Edition d'Autun Autun Autun et région Loisirs Copyright 2010 © Le Journal de Saône et Loire