À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Bernard Ollivier : « On mène une vie de cul-de-jatte ! » - Terra eco publicité Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives, le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger... Découvrir les offres Terra Eco   Mercredi 12 mars 2014, 20h04 Terra eco Actualité Agir Dossiers Blogs Newsletters Pros Hors-séries Métiers Verts Emploi / Formation Agenda ABONNEZ-VOUS OFFREZ TERRA ECO SOMMAIRE Data Opinion Recettes Société Politique Conso Green People Énergie Mobilités Nature Techno Culture Aujourd'hui, j'arrête   Accueil du site Actualité Société Bernard Ollivier : « On mène une vie de cul-de-jatte ! » Société 12-03-2014 Mots clés Sports France Monde Portrait Bernard Ollivier : « On mène une vie de cul-de-jatte ! » Taille texte Imprimer Envoyer Votre adresse email Destinataire : Texte de votre message : Réagir (Crédit photo : éditions érès)   Portrait - A 76 ans, cet ancien journaliste a longé la Loire, le chemin de Compostelle, a sillonné la Route de la soie... Toutes ses marches l'ont reconstruit et lui ont (re)donné l'envie de vivre. Le Baromètre de cet article ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE SUR LE MÊME SUJET Pourquoi les femmes sont-elles abonnées aux contrats (...) La « Nouvelle agriculture » : vraie innovation ou label (...) Nos poissonniers sont-ils bien formés ? Le lin découvre sa fibre industrielle « Nous sommes des animaux fabriqués pour la marche. Mais le progrès nous a fait régresser. Dans une journée moyenne, un employé de bureau n'est même pas une heure sur ses pieds. On mène une vie de cul-de-jatte ! Or, le corps s'use que si l'on s'en sert pas. » L'homme discourt à la terrasse d'un café parisien, plongé dans l'embarras d'une météo mi-pull, mi-pardessus que l'hiver dispute encore au printemps. A 76 ans, Bernard Ollivier (1) fait une escale parisienne. « Il y a une fonction thérapeutique dans la marche, pour le corps et pour la tête. Ce n'est pas un hasard si toutes les religions pratiquent le pèlerinage. C'est une activité spirituelle. » Bernard Ollivier marche depuis seize ans. Depuis que parvenu au bord de la retraite, il a plongé tout au fond. « D'un seul coup, il n'y avait plus rien. Ma femme était morte dix ans avant et je n'arrivais pas à dépasser ça. J'ai fait une super déprime et une tentative de suicide. Comme j'ai raté mon coup, j'ai voulu m'enfuir et je suis parti sur le chemin de Compostelle. » Cet ancien journaliste n'avait encore jamais marché. Il a enfilé ses chaussures à Paris, filé vers Vézelay (Yonne ), le Puy-en-Velay (Haute-Loire), Saint-Jacques. Avalé 2 360 kilomètres en trois mois. « Ce fut mon miracle à moi. Au bout de trois semaines, j'ai recommencé à faire des projets d'avenir. Je me suis rendu compte que j'étais capable de faire 35 kilomètres et d'être frais comme un gardon le soir. » Des neiges du Pamir aux ruelles de KashgarDe retour de son périple, pas question de suspendre son pas. Il pense, un temps, sillonner la piste de Santa Fé qui relie le Missouri au Nouveau-Mexique, aux Etats-Unis, « mais ça ne faisait que 6 000 kilomètres. Le problème de la retraite, c'est le temps libre ». Alors il opte pour la Route de la soie, ce long faisceau de pistes par lequel transitait autrefois la précieuse étoffe chinoise et qu'il empruntera, lui, à rebours. Il commence son « voyage à plat ventre », le nez plongé dans des cartes, au sol même de sa campagne normande. Ce sera 12 000 kilomètres entre Istanbul et Xi'an en Chine, des hauts cols d'Anatolie au désert de Karakoram, des neiges du Pamir aux ruelles de Kashgar. Le tout en quatre ans à raison de trois mois par an. La première année, il est rentré en ambulance : « Mais c'était tellement formidable la découverte de ces cultures, de ces paysages, c'était un bonheur total. » Avant de partir pour son périple, il avait confié son projet à quelques éditeurs, emporté l'enthousiasme de l'un d'eux et un accord pour 4 livres, un par an. Il y en aura 3 qui se vendront à 400 000 exemplaires : « J'ai gagné un blé pas possible. C'était un jackpot extra. » Or, l'homme de son propre aveu, « n'a pas besoin d'argent ». Il a acheté « à la bonne période », un petit appartement à Paris, une ruine en Normandie qu'il retape trente ans durant. Que faire de son pécule ? Sur le chemin de Compostelle, il a entendu l'histoire de deux jeunes Belges : « C'étaient des délinquants à qui un juge intelligent avait dit "soit vous faites quatre mois de prison, soit vous allez marcher". Ça a fait tilt. Si la marche m'a reconstruit, alors pour des gamins... » L'homme remonte leur trace et tombe sur une association « Oikoten », un terme grec qui signifie à la fois « hors de son pays » et « par ses propres moyens ». Dans le sillage de l'organisation flamande, le voilà qui crée, en mai 2000, l'association « Seuil » (Voir encadré au bas de cet article) qui permet « la réinsertion des adolescents en grande difficulté par la marche à pied ». Depuis, chaque année, une vingtaine de jeunes parcourent les routes d'Europe pour reconstruire une fierté perdue ou jamais construite. La Loire, en canoë et à pied« C'est très proche de ce que j'ai vécu, confie Bernard Ollivier. Avec la marche, j'ai retrouvé des raisons de vivre et je suis revenu avec un projet d'association qui a changé ma vie. Sinon je ferais quoi ? J'attendrais l'heure des Chiffres et des lettres ? Je ferais des crêpes pour la Chandeleur ? Je trierais les 3 722 cassettes de ma bibliothèque ? » Alors il continue à mettre un pied devant l'autre. Il y a quelques années, il a descendu la Loire, en canoë et à pied. C'est là qu'il a croisé sa compagne qui « galope » depuis, à ses côtés. Avec elle, il y a deux ans, il a relié Rouen (Seine-Maritime) au Mont-Saint-Michel (Manche) sur le chemin des Ducs et de son enfance. L'an passé il a marché de Lyon à Vérone et finit, avec sa belle, « en amoureux sous le balcon de Juliette ». Cette année, il reliera Vérone à Istanbul, finira par le début, cette Route de la soie entamée il y a 16 ans. La boucle sera bouclée. « Après j'arrête, j'ai 76 ans, de l'arthrose, mal au genou. Mais je continuerai à faire des balades. » Marcher pour se sauver « On peut sauver des vies en étant pompier, infirmier, flic, moi j'ai décidé de sauver ma vie en marchant. » Le témoignage de Ocxxx, une jeune fille de 17 ans de la région parisienne s'affiche, parmi des dizaines d'autres, sur le site de l'association Seuil. Créée en 2000 par Bernard Ollivier, celle-ci envoie, chaque année, une vingtaine de jeunes marcher sur les routes d'Europe. En duo avec un accompagnant, ils parcourent en trois mois près de 2000 kilomètres. « Ce sont des jeunes en fin de course qui sont en manque de maturité, déscolarisés. Certains sont en prison pour de courtes peines. Ils ne sont pas tous délinquants mais ils sont tous complètement largués », souligne Bernard Ollivier. « Les ados qui vont en prison récidivent à 85% dans l'année, nous on réussit à 85 % et on coûte 10 fois moins. » Et l'homme de poursuivre : « Quand ils reviennent, personne ne les reconnaît. C'est miraculeux. Y'en a un un jour qui m'a dit : "Je suis parti, j'étais un blaireau. Je suis revenu, un héros". » (1) Bernard Ollivier est actionnaire de la première heure de Terra economica SAS, la société éditrice de Terra eco A écouter sur France Culture : « Ma longue marche », le carnet de route sonore d'Idan lancé sur les chemins de Compostelle par l'association Seuil. Faites réagir vos proches, diffusez l'info ! Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter Le rédacteur : Karine Le Loët M'écrire Rédactrice en chef à « Terra eco ». Tweet PUBLIER UN COMMENTAIRE Un message, un commentaire ? Titre : Texte de votre message : (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.) Nom (pseudo) : Courriel : Veuillez laisser ce champ vide : | Voir le forum Soyez le premier à réagir à cet article ! Se connecter Mot de passe oublié ? Rester identifié Créer un compte L'Autolib' va débarquer à Londres Des bactéries résistantes dans 61% des poulets Stabilo : le surligneur pour femmes qui fait scandale Gengis Khan peut remercier le changement climatique Découvrir gratuitement Voir nos offres publicité Tweets de @terraeco publicité + LUS + COMMENTÉS + ENVOYÉS Barbie, c'est fini ! Voici des poupées réalistes Ces boîtes françaises qui n'ont plus rien à vendre Qu'y a-t-il dans vos sushis ? Tartelettes amandines aux poires (sans lait, sans oeufs, sans beurre) Français, quelle est pour vous la ville idéale ? Noémie, 26 ans : « Avant, je ne savais que lire, maintenant, je peux construire une maison » (12) Report de l'écotaxe : voici la carte des projets menacés (4) Le crédit sans les banques débarque en France (4) Combien d'électricité consomme-t-on quand on dort ? (3) L'intégralité du palmarès des villes durables en chiffres (3) Pourquoi la France ne recycle-t-elle pas plus ? Agriculture : l'avenir est dans le pipi Renversant : ce manuel français du XIXe siècle va nourrir le monde de demain Combien d'électricité consomme-t-on quand on dort ? Le palmarès des villes durables publicité Les derniers articles de Terra eco Bernard Ollivier : « On mène une vie de cul-de-jatte ! (...) Sortie ciné : La Cour de Babel Au Pérou, bientôt un aéroport au pied du Machu Picchu Tartelettes amandines aux poires (sans lait, sans oeufs, sans (...) « Certains élus s'intéressent avant tout aux résultats des (...) Barbie, c'est fini ! Voici des poupées réalistes Français, quelle est pour vous la ville idéale ? Quel avenir pour le photovoltaïque ? Ces boîtes françaises qui n'ont plus rien à vendre Gaz nocifs : l'homme continue à détruire la couche (...) Particules fines : pourquoi la France est-elle si nulle (...) Qu'y a-t-il dans vos sushis ? Et la ville la plus durable de France est... Les bons conseils pour jardiner en mars Jacques Weber : « Il faut taxer toutes les consommations de (...) A New York, de l'art en pleine rue pour méditer En Italie, les terres fertiles souillées par la mafia Avec sa « prime vélo », la France répète une histoire (...) Municipales : lancez un défi à vos candidats ! Un casque pour voir la vie au ralenti Poissons : de la criée aux étals, sur la piste des (...) Sortie ciné : Se battre Les écoquartiers font-ils des écohabitants ? Les armes chimiques syriennes détruites en mer Fonte des glaces : 5 choses qui dorment (encore) sous la (...) Dans la même rubrique Bernard Ollivier : « On mène une vie de cul-de-jatte ! » Pourquoi les femmes sont-elles abonnées aux contrats précaires ? La « Nouvelle agriculture » : vraie innovation ou label marketing ? Portraits d'un monde qui s'efface Le lin découvre sa fibre industrielle Nos poissonniers sont-ils bien formés ? A Chicago, les habitants prennent l'ascenseur pour cueillir leurs légumes A quoi sert la Politique agricole commune ? Sondage : La moitié des Français sont opposés à Notre-Dame-des-Landes Taxe d'habitation injuste : la preuve en trois exemples Mots-clés France Gratuit Monde Note_2 Note_4 Note_5 Portrait Sports Une TerraEco Qui sommes nous ? | Abonnements | FAQ | Contact | Publicité | Charte éthique | Equipe et Mentions légales | Confidentialité | Logiciels libres Site conçu avec publicité