À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Le tour du monde sans fin du Gersois Jacques Sirat - SudOuest.fr dimanche 6 avril 2014 À la une Communes Sport Faits Divers Annonces Pratique dimanche 6 avril 2014 À la une Communes Sport Faits Divers Annonces Pratique Article réservé aux abonnés Le tour du monde sans fin du Gersois Jacques Sirat 0 commentaire Publié le 06/04/2014 à 06h00 , modifié le 06/04/2014 à 08h14 par Séverine Guillemet Parti de Lectoure (32) il y a vingt ans pour un tour d'Europe à pied, il n'est jamais rentré. Jacques Sirat accomplit son choix de vie radical et libérateur Sur les pistes du Pamir, l'ancienne route de la soie, au Tadjikistan, à 3 000 mètres d'altitude. © Photo photo j. sirat Publicité C e matin, l'aube est bleue. Par-dessus les vallons, les pèlerins font leurs premières rogations. Dans le chemin creux, un homme court et les dépasse, tandis qu'à Sainte-Mère, dans le Gers, on s'attelle à démonter la grande estrade. À Lectoure, les blés sont mûrs et les prunes d'ente devront encore attendre. Depuis la butte, on ne voit pas les Pyrénées que le coureur s'apprête à traverser. Ce 31 juillet 1994, Jacques Sirat a 30 ans et vient de tout plaquer. Publicité En gestionnaire appliqué, il a su calculer son emploi du temps de contrôleur à la poste de Moissac (82) jusqu'en 2023. Et sa tête a failli exploser. Il s'est promis : « Plus jamais. » Comme tout le monde. Seulement, lui, cette perspective insupportable ne le lâche plus, les projets les plus fous défilent. Un soir, il étale une carte et trace de grands traits. C'est décidé, il va courir et faire le tour de l'Europe. Avant la grande échappée, il rencontre le patron d'une radio, qui lui affirme : « Ça me plaît ! » - certainement sans imaginer la répercussion de ses paroles. Ses parents, eux, se montrent moins chauds, mais c'est trop tard. Ce matin de juillet, donc, tout comme Rimbaud, Jacques Sirat a embrassé l'aube d'été. Résolu à vivre sa vie. Galop d'essai En seize mois et demi, il aura rallié 32 pays et parcouru 18 260 kilomètres. Mais, mieux encore, depuis 1994, notre coureur ne s'est pas arrêté, ou si peu. Il a fêté ses 50 ans en Australie, le 26 décembre 2013. Vingt ans de route. C'est un choix de vie radical, fait de bivouacs et de boîtes de thon sur une tartine de pain. Il partage le dîner de gens simples, fait d'heureuses rencontres. « Je parle souvent du voyage comme d'une révélation. Dès les premiers jours, j'ai eu le sentiment de délaisser un gros poids, celui de la contrainte. J'ai ressenti la liberté que m'apporte le pouvoir de changer de route à tout moment. » Ce tour d'Europe ne sera qu'un galop d'essai. En 1997, il écrit sur son blog : « Partir ! Partir ! Je ne pense plus qu'à ça depuis mon retour. » Sur sa mappemonde, il échafaude un tour du monde à vélo. Il en reprend pour sept ans. Le 31 mars 1997, à Sainte-Mère, on a remonté l'estrade des au revoir. Jacques a refait pleurer ses parents avant de laisser la place au doux parfum des routes. La première frayeur arrive en Bosnie. Le pays est en guerre. Au checkpoint, il est retenu par des militaires alcoolisés qui le frappent avant de le relâcher. Les 200 premiers mètres, il les parcourra avec les kalachnikovs pointées dans le dos. Les secondes les plus longues de sa vie. La joie revient vite. En Macédoine, son hôtesse d'un soir, recommandée par le consulat de France, le prend pour un gourou messager de Sai Baba. Le temps d'un soir, Jacques, rieur, prend le thé avec ses nouveaux adeptes... En Inde, à la Kumbh Mela, un pèlerinage hindou où affluent plusieurs dizaines de millions de personnes, il assiste au bain des sâdhus. La nuit, il n'y tient plus. Il entre dans la tente de ces hommes nus et « purs ». Et plonge la tête la première dans le monde de la cons-cience cosmique. Ligne de conduite En 1998, le hasard se fait bon romancier. Dans le cargo de nuit bangladais qui l'emmène à Singapour, il y a d'abord une panne, puis des coups de feu. Des pirates tentent d'aborder pour braquer l'argent des capitaines. Toute la nuit, les matelots vont monter la garde. Le lendemain, devant la télévision, Jacques Sirat assiste avec eux aux premiers matchs de la Coupe du monde de football. France-Arabie saoudite est suivi avec une grande ferveur. Aux premières actions saoudiennes, le Français se fait chambrer, sans broncher, il est confiant. On connaît la suite... Au fil du voyage, une ligne de conduite se dessine. « Je suis comme un grand gamin qui découvre le monde, explique Jacques. Chaque jour m'apporte la confirmation qu'avoir démissionné pour une vie d'incertitude m'a ouvert les portes d'un cheminement vers un bonheur simple. Aujourd'hui, je vis, je me sens un citoyen du monde. » Après ce premier tour du monde bouclé en 2004, Jacques Sirat est tombé amoureux, au Brésil. Il a failli arrêter, mais se sentait « comme un oiseau en cage ». Il est reparti, à pied. Avec son mètre quatre-vingts et son accent chantant, il a rencontré les paysans sans terre et le peuple du fleuve São Francisco. Il a connu leur pauvreté, leur générosité aussi. Ils l'ont souvent vu « comme E.T. courant au milieu de la forêt. Ils me parlaient souvent d'un pèlerinage. Au Brésil, on cherche un motif religieux à tout ». Religieux, lui ne l'est pas. Et pourtant. En 2007, quand il décide de parcourir à vélo les rives du fleuve Niger, c'est du Puy-en-Velay qu'il part. « Pendant des années, des pèlerins ont foulé la rue devant ma maison de Saint-Antoine. C'était comme un appel insistant vers le large. Combien de fois me suis-je répété qu'à mon tour, j'irais au bout du chemin. » Sur la route de Compostelle, Jacques réfléchit, chaque discussion lui ouvre les yeux. « Depuis mon tour du monde, je ressens un profond malaise. À quoi bon se voiler la face ? Oui, je suis condamné à voyager encore longtemps. Non, je ne veux plus mener une vie sédentaire dans un monde où le bien matériel prend le pas sur les rapports humains. » Alors, il n'a plus cessé d'aller voir ailleurs. Après une traversée de l'Amérique du Sud, en 2011, il a attaqué un nouveau tour du monde. Au Kazakhstan, il a sué et bu jusqu'à 11 litres d'eau par jour. Au Vietnam, il a vérifié la suprême simplicité d'un paysage. En Australie, il s'est senti révolté devant le sort promis aux aborigènes. En Malaisie, il a vu les plantations de palmiers à huile dévorer la forêt. « Ainsi se poursuit ma route, observateur de l'évolution d'un monde qui m'est souvent incompréhensible. J'ai fréquemment le sentiment que ma lenteur n'a plus de place dans cet univers où seule la vitesse importe. » Le cyclo-nomade s'apprête à rallier l'Afrique du Sud. « Et après ? On verra bien ! » Il nous laisse sur cette pensée de Lao Tseu : « Le vrai voyageur n'a pas de plan établi et n'a pas l'intention d'arriver. » « Cyclo-nomade. Sept ans autour du monde », de Jacques Sirat, éd. du Rouergue, 240 p., 410 photos, 36 EUR. www.jacques-sirat.com Sainte-Mère Lectoure Auch Cet article est réservé aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter PROFITEZ DE L'OFFRE SUDOUEST DIGITAL Le journal adapté pour tous les écrans: PC, tablettes et mobiles + accès illimité aux articles du journal S'abonner à partir de 1EUR par mois Article Suivant Douze entreprises au coude-à-coude Publicité Édition abonnés 0 Le tour du monde sans fin du Gersois Jacques Sirat Parti de Lectoure (32) il y a vingt ans pour un tour d'Europe à pied, il n'est jamais rentré. Jacques Sirat accomplit son choix de vie radical et libérateur Ce matin, l'aube est bleue. Par-dessus... 0 Douze entreprises au coude-à-coude Le palmarès des Trophées de l'innovation sera connu le 10 avril. Blandine Philippon b.philippon@sudouest.fr Pour leur deuxième édition, les Trophées des Mousquetaires de l'innovation sont restés... 0 Ils sont venus cinq cents au Musée maritime Beau succès de l'opération de découverte de la Galerie des pavillons. Philippe Baroux Du noir et du blanc pour le bardage des façades. Du rouge, du jaune et du bleu pour les dix spis de 10 mètres... S'abonner à partir de 1EUR par mois Les Plus +lus +commentés +partagés 0 Rugby - Pro D2 : la 26e journée en un coup d'oeil 23 Portets (33) : huit mois après, les résidents sont toujours "emmurés" 17 Avion disparu de la Malaysia Airlines : un signal détecté dans l'océan Indien 38 Charente : les 160 chiens maltraités de Juillaguet ont été mis à l'abri 0 L'édito : Ségolène, l'âge de raison ? 38 Charente : les 160 chiens maltraités de Juillaguet ont été mis à l'abri 23 Portets (33) : huit mois après, les résidents sont toujours "emmurés" 21 Droits télé de la Ligue 1 : pour Triaud, "à peine de quoi couvrir notre déficit" 20 Conseil municipal de Saintes : Jean-Philippe Machon élu maire 18 La Rochelle : le maire Jean-François Fountaine désigne ses adjoints 1 Rugby : le futur groupe du Biarritz Olympique dévoilé 38 Charente : les 160 chiens maltraités de Juillaguet ont été mis à l'abri 0 Mairie de Langon : Philippe Plagnol installé 2 25 ans plus tard, la droite au pouvoir à Pessac 18 La Rochelle : le maire Jean-François Fountaine désigne ses adjoints Aucun commentaire Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article Publicité L'essentiel Vote de confiance : ces députés PS qui défient Hollande et Valls Meurtre de Talence : des centaines de personnes à la marche blanche en mémoire d'Alexis Génocide rwandais : la France à nouveau mise en cause, Juppé interpellé dans une lettre ouverte Fillette retrouvée morte dans un centre thérapeutique : un adolescent en garde à vue Publicité Édition abonnés Découvrez l'offre Sud Ouest Digital Le journal sur PC, tablette et mobile + un accès illimité à tous les contenus. S'abonner à partir de 1EUR Les Plus +lus +commentés +partagés 0 Rugby - Pro D2 : la 26e journée en un coup d'oeil 23 Portets (33) : huit mois après, les résidents sont toujours "emmurés" 17 Avion disparu de la Malaysia Airlines : un signal détecté dans l'océan Indien 38 Charente : les 160 chiens maltraités de Juillaguet ont été mis à l'abri 0 L'édito : Ségolène, l'âge de raison ? 38 Charente : les 160 chiens maltraités de Juillaguet ont été mis à l'abri 23 Portets (33) : huit mois après, les résidents sont toujours "emmurés" 21 Droits télé de la Ligue 1 : pour Triaud, "à peine de quoi couvrir notre déficit" 20 Conseil municipal de Saintes : Jean-Philippe Machon élu maire 18 La Rochelle : le maire Jean-François Fountaine désigne ses adjoints 1 Rugby : le futur groupe du Biarritz Olympique dévoilé 38 Charente : les 160 chiens maltraités de Juillaguet ont été mis à l'abri 0 Mairie de Langon : Philippe Plagnol installé 2 25 ans plus tard, la droite au pouvoir à Pessac 18 La Rochelle : le maire Jean-François Fountaine désigne ses adjoints Publicité Annonces Maison / Villa 266m² - 277 000 EURNOGARO Maison / Villa 130m² - 107 000 EURPLAISANCE Maison / Villa 220m² - 366 000 EURGIMONT FORD Tourneo Connect 3 200 EUR Cazaubon Déposez gratuitement votre annonce à partir de 1EUR Découvrez l'offre Sud Ouest Digital: Le journal adapté pour tous les écrans + Accès ILLIMITE aux articles du journal S'abonner à partir de 1EUR Suivez-nous Inscrivez vous à la newsletter Je m'inscris Suivez l'actualité de la commune de votre choix Agen Anglet Angoulême Arcachon Auch Bayonne Barbezieux Bergerac Biarritz Biscarrosse Blaye Bordeaux Cognac Dax Hendaye Jonzac La Rochelle Langon Libourne Marmande Médoc Mont-de-Marsan Nérac Oloron Orthez Pau Périgueux Rochefort Royan Saintes Saint-Jean-de-Luz Saint-Jean d'Angély Sarlat Terrasson Tonneins Villeneuve-sur-Lot Toutes les communes Aller voir le site @journalsudouest Suivre @journalsudouest Votre email Vous devez saisir votre email Valider Découvrez les applications Sud Ouest Depuis votre mobile ou tablette, ne manquez rien de l'actualité de la région. Voir les applications Tweeter Newsletter Recevez tous les jours l'essentiel de l'actualité avec la newsletter Sudouest.fr. Voir un exemple Saisissez votre adresse e-mail puis complétez votre inscription S'inscrire à la newsletter Envoyer par email Cet article vous intéresse, partagez-le avec vos amis. Votre adresse email Adresse email du destinataire Votre message Recevoir une copie du mail Envoyer