À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

La cathédrale, tout un symbole RSSTwitterFacebook Le site du mensuel de l'Eglise réformée vaudoise S'identifier S'enregistrer Bonne Nouvelle Menu AccueilArticles-- Actualité-- Spiritualité et culture-- Vie de l'Eglise-- Rencontre-- Suivez le guide-- OpinionsRégions-- La Côte-- Morges - Aubonne-- Les Chamberonnes-- Lausanne-- Gros-de-Vaud - Venoge-- Joux - Orbe-- Nord vaudois-- La Broye-- Lavaux-- Riviera - Pays-d'Enhaut-- Chablais vaudoisServices-- Voyages-- Bons plansAgendaArchives-- Les magazines-- Ancien site-- Articles parusQui sommes-nous ? AccueilArticles ActualitéSpiritualité et cultureVie de l'EgliseRencontreSuivez le guideOpinions Régions La CôteMorges - AubonneLes ChamberonnesLausanneGros-de-Vaud - VenogeJoux - OrbeNord vaudoisLa BroyeLavauxRiviera - Pays-d'EnhautChablais vaudois Services VoyagesBons plans AgendaArchives Les magazinesAncien siteArticles parus Qui sommes-nous ? 05 Mai La cathédrale, tout un symbole 5 mai 2014 Imprimer E-mail Martine Dutruit / Cabédita Au sud, la chapelle de la Vierge a été aménagée pour accueillir les pèlerins. - La cathédrale de Lausanne est truffée de symboles. Pour les déchiffrer, Jean-François Buisson, spécialiste en symbolisme, nous guide «La cathédrale est le trône de la Vierge. Elle relie le profane au divin », explique Jean-François Buisson. Son orientation à l'est magnifie la lumière. « Le soleil, comme le Christ, est source de vie. » Les cathédrales ont toujours été considérées comme porteuses de signes cachés. Passionné, Jean-François Buisson est l'auteur d'un livre* sur le sujet. Une invitation à découvrir le langage symbolique commun de ces édifices gothiques. « Pour vivre, il faut savoir mourir. » A l'ouest, le coucher du soleil évoque la fin du cycle. Sur le portail d'entrée, « un pélican se perce le coeur pour nourrir ses petits, comme le Christ s'est sacrifié pour l'humanité. » L'entrée dans l'édifice se fait par le narthex, un sas entre deux mondes. Derrière le rideau s'ouvre la nef. « Dans ce lieu de vie, marchands et repris de justice se côtoyaient. » Le sol est en pente douce jusqu'à l'autel, comme « une montée vers l'esprit ». Le passage du mortel à l'immortel se fait aussi verticalement. « Le triforium, l'espace qui se trouve entre les colonnes et les fenêtres, représente le mental rationnel et le doute à dépasser. La voûte et les verrières sont la lumière céleste, l'amour et la relation avec le monde divin. » Le nord orné de vitraux bleu nuit est dédié à la Vierge. C'est le « temps d'avant la Création, le chaos primitif ». On y trouve souvent le baptistère. « Les ablutions permettent l'entrée dans le monde sacré. » La chapelle des martyrs thébains dévoile des stalles au décor végétal. Ce jardin clos est un Eden où chaque plante rappelle les vertus de Marie. « Avec ses aiguilles toujours vertes, le sapin rappelle l'arbre de Vie, symbole de l'espoir toujours renouvelé des forces de lumière sur les ténèbres. Il montre que la vie reviendra. »** A l'est, les sept vitraux du déambulatoire en arc de cercle forment la couronne d'épines. « Le désaxement entre la nef et l'extrémité du coeur signale l'entrée dans le divin. » L'autel est au centre des énergies. « L'office se faisait en direction de l'est et dos à la foule, pour montrer le chemin », précise notre guide. Au sud, un Christ enseignant guide l'humanité. Anciennement représenté au centre de la rosace, c'est aujourd'hui Dieu qui y prend place. On y découvre aussi la Vierge allaitant un poisson, comme elle nourrit l'humanité. « La rosace en mandala représente une montagne sacrée vue du ciel », une structure que notre guide n'a vue qu'à Lausanne. « La lumière se fait débordante, l'esprit comme le Christ vient sur la terre. » Au-dessous, la chapelle dédiée à Marie a été aménagée pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. « L'ambiance y est apaisante. » Plus loin, dominant le majestueux portail sud qui servait autrefois d'entrée aux pèlerins, le Christ couronne la Vierge et lie ainsi l'Ancien au Nouveau Testament. // M.D. * Un livre « La symbolique des cathédrales. De l'obscurité à la lumière », Jean-François Buisson, Cabédita, 2013. Une exposition « Le jardin du paradis » dévoile la symbolique des fleurs sculptées dans la cathédrale. Du 4 mai au 31 août, cathédrale de Lausanne. Vernissage : mercredi 14 mai à 18 h 30. Visites commentées de la chapelle des martyrs thébains les mercredis 21 et 28 mai, 11 et 18 juin, 2, 9, 16 et 23 juillet et 13, 20 et 27 août à 15 h. Rendez-vous devant l'entrée ouest. Entrée libre. ** Le livre de l'exposition « Le jardin du paradis », Jocelyne Müller, Editions de La Tour Lanterne. Tweet Évaluer cet élément 1 2 3 4 5 (0 Votes) Publié dans Suivez le guide Lu 6 fois Tags: cathédrale lausanne Veuillez vous connecter pour commenter Commentaires Commentaires Anciens en premier Récents en premier Subscribe with Email S'abonner au flux RSS Aucun commentaire trouvé Epinglés Populaires Laissez un commentaire Connectez-vous pour commenter Retour en haut Articles similaires Menu catégories ActualitéSpiritualité et cultureVie de l'EgliseRencontreSuivez le guideOpinions Les derniers commentaires Super User Très bel article, merci «Des faits, des preuves, des témoignages» il y a environ 1 mois gg Un commentaire... Itinéraire spirituel il y a environ 3 mois Mentions légalesSite MapLiens RSS Copyright © Bonne Nouvelle - Un site réalisé par FTBcom' Identifiant Mot de passe Se souvenir de moi Mot de passe oublié ? Identifiant oublié ?