À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Lumière sur les vitraux - LibérationLibération.frSe connecterS'inscrireSe déconnecterLe journalLa bibliothèqueLe club abonnésLes rubriquesRechercherMon profilLibération.frRechercheSe déconnecterSe connecterS'inscrireLa bibliothèqueArtsArtsJournal numérique 30 mai 2014Abonnez-vous à partir de 1EURFeuilleterRechercherCinémaMusiqueModeBeautéDesign&ArchiLa nuitArtsAutoAccueil>Next>Culture>ArtsLumière sur les vitrauxVincent NOCE 29 mai 2014 à 18:06 Facebook :FacebookTwitter :TwitterGoogle+ :Google+Envoyer :MailImprimer cet articleImprimerLire sur le readerMode zenPierre Soulages a réalisé en 1986 les vitraux de l'église abbatiale de Saint-Foy de Conques. (Photo Remy Gabalda. AFP)VITRAUXUne salle est consacrée aux oeuvres réalisées en 1986 pour l'abbatiale Sainte-Foy de Conques.Sur le même sujetmusée Un musée de rouille et de roche Par Vincent Noceart Retour à New York, ville de la reconnaissance Par Vincent NoceArt Soulages à Rodez, suivez le guide Par Vincent NoceDans le nouveau musée, une salle aux allures de chapelle est dédiée aux vitraux que Soulages a réalisés dans les années 90 pour Conques, près de Rodez. En plus d'un film et de cartons accrochés au mur sont présentés des échantillons de verre qui donnent une idée de l'aventure scientifique et technique conduite par le peintre pour inventer un vitrail laissant passer la lumière naturelle tout en obturant la vue.En 1986, Pierre Soulages a ainsi accepté l'offre de Jack Lang de décorer l'église abbatiale de Conques. Il a fallu plus de sept ans de recherches pour terminer de poser les 95 vitraux de l'église, qui avait perdu les siens. L'abbatiale Sainte-Foy, chef-d'oeuvre de l'art roman, est l'un des sanctuaires qui ponctuent le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, dont elle reprend certains traits d'architecture. Conques est célèbre pour son tympan sculpté représentant une mêlée de plus d'une centaine de personnages plongés dans le Jugement dernier, qui était peint de couleurs vives au Moyen Age. Tout à la verticale, elle détient la nef la plus élevée de l'époque romane : plus de 22 mètres de haut, sur une largeur inférieure à 7 mètres. Curieusement, les fenêtres ne sont pas de la même hauteur à gauche et à droite de la nef, cette proportion s'inversant dans le transept.Après avoir trouvé une usine près de Munster, en Allemagne, capable de répondre à ses demandes, au prix de centaines d'essais, l'artiste a mis au point un procédé pour fabriquer des grains inégaux en plongeant du verre en fusion à 1 400 °C dans de l'eau froide. Ces grains sont ensuite versés dans un moule, les plus petits étant recouverts par les plus gros. A la cuisson, les premiers donnent une opacité plus grande que l'agglomération des grains épais. En inclinant le moule, on joue sur ces différences de passage de la lumière, dont la transition est plus ou moins accentuée selon l'inclinaison. La couche de 2 centimètres d'épaisseur se réduit après cuisson à une plaque grisée de 8 millimètres, découpée pour s'adapter à la baie. L'artiste dessine ensuite sur les cartons des lignes qui seront reportées au plomb, dans l'horizontale ou l'oblique, en omettant la verticale qui aurait à ses yeux concurrencé la présence de l'architecture. L'effet est particulièrement réussi dans la circulation à l'étage, de préférence par temps gris ou doux. Soulages a été impressionné par le contraste des tons froids ou chauds de la lumière, selon que les vitraux sont vus de l'intérieur et de l'extérieur, créant ainsi des fenêtres qui ne sont pas des percées dans les murs, mais la continuation de la pierre romane.Vincent NOCEles plus partagés1La pornographie nuit à votre cerveau2Les limites du toujours puces3Soulages à Rodez, suivez le guide4Christine and The Queens. La vie scène5Mémento6Retour à New York, ville de la reconnaissance7Sergei Loznitsa. Vigie de KievLe choix des abonnés1Campagne luxueuse de Sarkozy : le PS hallucinait Droit de suite Par Laure Bretton2Pakistanaise lapidée : le mari assassin de sa première femme Histoire Par Luc Mathieu3Bygmalion : copéistes et sarkozystes à couteaux tirés  Par Alain Auffray et Grégoire BiseauFeuilleter le journalAbonnez-vous à Libération1EURseulementle 1er moisS'abonnerRecevoir la newsletterL'actu Libé tous les matins par emailAnnonces shoppingApprenez une langue avec BabbelCours de langues par Internet 12 langues disponibles sur PC et tablettes, méthode efficace et maintes fois primée Je découvreLa boutique de LibéSteve Jobs - 30x40cmUne - tirage photographique professionnel39EURLe meilleur de LibéAnciens numéros, hors-série, collectorsA partir de 9,90EURPlus de produitsTop recherche en live avec OrangeA la une de Next1Jimmy Page : «Je savais qu'on était des précurseurs»2Un Lion d'or d'honneur pour Phyllis Lambert, la faiseuse d'architectes3«L'île de Giovanni» : le Japon à vau-l'ilôt4Les Ogres cassent la Barback5Découvrez le nouveau clip de Mermonte en exclu6Anton Newcombe, il a arrêté le massacre7L'hymne anti-FN de Benjamin BiolayAbonnez-vous à Libération1EURseulementle 1er mois Le quotidien chaque jour chez vous Libé sur iPhone, iPad et Android Accès illimité aux archives S'abonnerLibé sur le webSuivez l'actualité en temps réelTwitterFacebookGoogle+RSSRecevoir la newsletterRecevez l'actu Libé tous les matins par emailLibé boutiqueBarack ObamaTirage photo professionnel39EURToute la boutiqueLiberationPolitiqueSociétéMondeEconomie / EcofuturCultureNextIdéesVidéoPhotoNextBeautéMusiqueCinémaModeAutoDesign&ArchiArtsLa nuitÉcransNous sommes un journalVu sur le wwwInternetTélévisionJeux vidéoPresseRadioHigh-techChronophagesPodcastsServicesEmploiRencontrePetites AnnoncesCours d'AnglaisTee-ShirtsShoppingAnciens NumérosProgramme TVContactPublicitéLicenceDonnées personnellesConditions générales de vente et d'utilisationSite hébergé par Pilot SystemsRSS© Libération