À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Plus de cent mille pèlerins à Compostelle RSSTwitterFacebook Le site du mensuel de l'Eglise réformée vaudoise S'identifier S'enregistrer Bonne Nouvelle Menu AccueilArticles-- Actualité-- Spiritualité et culture-- Vie de l'Eglise-- Rencontre-- Suivez le guide-- OpinionsRégions-- La Côte-- Morges - Aubonne-- Les Chamberonnes-- Lausanne-- Gros-de-Vaud - Venoge-- Joux - Orbe-- Nord vaudois-- La Broye-- Lavaux-- Riviera - Pays-d'Enhaut-- Chablais vaudoisServices-- Voyages-- Bons plansAgendaArchives-- Les magazines-- Ancien site-- Articles parusQui sommes-nous ? AccueilArticles ActualitéSpiritualité et cultureVie de l'EgliseRencontreSuivez le guideOpinions Régions La CôteMorges - AubonneLes ChamberonnesLausanneGros-de-Vaud - VenogeJoux - OrbeNord vaudoisLa BroyeLavauxRiviera - Pays-d'EnhautChablais vaudois Services VoyagesBons plans AgendaArchives Les magazinesAncien siteArticles parus Qui sommes-nous ? 06 Aoû Plus de cent mille pèlerins à Compostelle 6 août 2014 Imprimer E-mail Près de 103 000 pèlerins ont emprunté le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, en Espagne, entre janvier et mi-juillet. Ce sont 7200 de plus que l'an passé. «Le nombre augmente chaque année», a affirmé un responsable du bureau des pèlerins à Compostelle. Ces dix dernières années, ce ne sont pas moins de 1,7 million de pèlerins qui ont été enregistrés sur le chemin vers Compostelle et ont atteint le tombeau de Saint Jacques. Parmi eux, 42% venaient d'Espagne. Sur les 58% d'étrangers, les plus grands groupes sont représentés par les Allemands avec 8,4%, les Italiens, les Portugais, les Américains et les Français. Beaucoup de pèlerins ont même accompli cette année le chemin depuis leur pays: 273 sont partis d'Allemagne, 169 de Belgique, 73 de Suisse et 49 d'Autriche. Les marcheurs les plus courageux ont été trois pèlerins de Finlande. La très grande majorité des pèlerins de Compostelle, soit 87,9%, ont obtenu leur certificat en accomplissant au moins les 100 derniers kilomètres à pieds. Les cavaliers, soumis aux mêmes conditions, ne représentent que 0,5%. Les cyclistes, qui doivent parcourir au moins 200 kilomètres, représentent 11%, alors que 56 personnes ont atteint Compostelle en chaise roulante. Motivation religieuse Parmi les motivations qui poussent les pèlerins à emprunter les chemins de Saint-Jacques, 51% affirment qu'elles sont avant tout religieuses et même 43% «exclusivement religieuses». Ils ne sont que 6% à affirmer que la religion ne joue aucun rôle. Les hommes représentent 55%, et une petite majorité des pèlerins se trouve dans la catégorie d'âge 30 - 60 ans. Le bureau des pèlerins a introduit cette année quelques nouveautés au service des marcheurs. Ils peuvent acquérir pour trois euros un document spécial qui les renseigne sur les distances et la durée entre les étapes, les chemins, le nombre de jours nécessaires sur un tronçon, etc. Un service de transport de sacs à dos d'une auberge à l'autre est également proposé à partir de Sahagun, dans la Province de Leon. Premier itinéraire culturel européen Les chemins de Saint-Jacques constituent le plus vaste réseau de routes et de chemins en Europe. Depuis le IXe siècle, ils mènent les pèlerins depuis les Pays baltes par la Pologne, l'Allemagne, la Suisse et la France vers le tombeau de l'apôtre Jacques à «Santiago de Compostela». Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne et en France ont été déclarés en 1987 «Premier itinéraire culturel» par le Conseil de l'Europe. Le pèlerinage est né de la découverte, dite miraculeuse, d'un tombeau en Galice vers l'an 800. Il a été trouvé par l'ermite Pelagius qui aurait eu une révélation dans son sommeil. Après concertation, l'Eglise locale déclara qu'il s'agissait du tombeau de l'apôtre Jacques, frère de Jean l'Évangéliste et premier apôtre martyr de la chrétienté. Des écrits du VIIe siècle mentionnent la prédication de Jacques en Espagne. L'apôtre aurait quitté le Proche-Orient au Ier siècle avec pour mission de prêcher la parole du Christ en Occident jusque dans la péninsule Ibérique. De retour en Palestine, il fut décapité sur ordre du roi Hérode Agrippa et sa dépouille, recueillie par ses compagnons, fut portée dans une embarcation. Guidé par un ange, l'esquif franchit le détroit de Gibraltar avant de s'échouer sur les côtes de Galice. Ce n'est qu'en 1884 que le pape Léon XIII confirme, dans la lettre apostolique Deus Omnipotens, la reconnaissance des reliques de saint Jacques. Tweet Évaluer cet élément 1 2 3 4 5 (0 Votes) Lu 16 fois Veuillez vous connecter pour commenter Commentaires Commentaires Anciens en premier Récents en premier Subscribe with Email S'abonner au flux RSS Aucun commentaire trouvé Epinglés Populaires Laissez un commentaire Connectez-vous pour commenter Retour en haut Mentions légalesSite MapLiens RSS Copyright © Bonne Nouvelle - Un site réalisé par FTBcom' Identifiant Mot de passe Se souvenir de moi Mot de passe oublié ? Identifiant oublié ?