À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Sous les pas de nouveaux pèlerins, le Chemin de Compostelle attire toujours plus - LibérationSe connecterS'inscrireSe déconnecterLe journalLa bibliothèqueLe club abonnésLes rubriquesRechercherMon profilLibéradioRechercheSe déconnecterSe connecterS'inscrireLe journalLa bibliothèqueMondeMondeJournal numérique 27 août 2014Abonnez-vous offre d'étéFeuilleterRechercherPolitiqueSociétéMondeÉconomieCultureNextIdéesBlogsVidéoPhotoRadioPlus...SportsLivresEcoFuturTerreThéâtreVoyagesÉcransSciencesSexe & genreVousDésintoxTchatsForums thématiquesÉvénementsGaza, l'engrenageUkraine, la drôle de guerreSyrie, la guerre sans finVu du JaponVu de ChineAccueil>MondeSous les pas de nouveaux pèlerins, le Chemin de Compostelle attire toujours plus AFP 27 août 2014 à 09:48 Facebook :FacebookTwitter :TwitterGoogle+ :Google+Envoyer :MailImprimer cet articleImprimerLire sur le readerMode zenDes pélerins sur le chemin de Saint James à Pedrouzo à 25 km de Saint-Jacques de Compostelle, le 21 août 2014 (Photo Miguel Riopa. AFP)Malgré la douleur provoquée par huit jours de marche intense, Federica Simonetto sourit et se prend en photo pour la mettre en ligne: entre nouvelles technologies et efforts centenaires, les pèlerins du 21ème siècle alimentent en masse la tradition médiévale du Chemin de Compostelle. «Je prends une ou deux photos par jour et dès que je trouve du Wi-Fi, je les mets en ligne sur les réseaux sociaux», explique cette infirmière italienne de 38 ans, en posant à côté de l'une des dernières bornes qui jalonnent ce chemin millénaire dans le nord de l'Espagne.Les chevilles endolories pendant la moitié de son périple, elle a parcouru 200 kilomètres avec une amie. «Mais je prends des médicaments et je continue à marcher», affirme-t-elle en riant, pendant qu'à ses côtés passent des dizaines d'autres pèlerins s'aidant de bâtons, gourdes et traditionnelles coquilles Saint Jacques accrochées à leurs sac à dos marquant le rythme de leur pas.Comme elle, de plus en plus d'étrangers, dont beaucoup de jeunes équipés des derniers modèles de «smartphones», convergent chaque année vers l'imposante Cathédrale de Saint-Jacques. «Les pèlerins européens viennent depuis des siècles mais nous voyons désormais la présence de nouvelles nationalités augmenter énormément, comme les Coréens, Japonais et Américains», explique Inma Tamayo, chargée d'accueillir les marcheurs au bureau des pèlerins, à Saint-Jacques. Attirés par un voyage peu coûteux, - entre marche à pied et auberges -, pour les Espagnols frappés par la crise depuis six ans, ou les grandes campagnes de publicité faite à l'étranger, jusqu'en Australie, Corée du Sud ou Brésil, pour les autres, leur nombre a plus que doublé en près d'une décennie. Ils étaient 93.924 en 2005, dont 43,7% d'étrangers et 215.880 en 2013, dont moins de la moitié (49%) était Espagnols. «Au Japon, le Chemin est très connu!», s'exclame Ryoichi Fujioka, retraité de 64 ans. Après avoir parcouru 780 kilomètres depuis Saint-Jean-Pied-de-Port, dans le sud-ouest de la France, il vient d'arriver au pied de la Cathédrale où, selon la tradition chrétienne, se trouvent les reliques de Saint Jacques devant lesquelles se recueillent les pèlerins depuis le XIème siècle.- De nouvelles habitudes -Si les Allemands et les Italiens sont depuis longtemps les plus nombreux parmi les étrangers, les Américains ont nettement augmenté leur présence, notamment depuis la diffusion en 2010 du film «The Way, La Route ensemble» qui suit l'acteur Martin Sheen, dont le père était Galicien, sur le chemin. «Cela a marqué un point d'inflexion», admet Nava Castro, responsable du Tourisme au gouvernement de Galice.Les motivations aussi ont changé chez des pèlerins, qui ne suivent plus, pour beaucoup, un appel purement religieux. «Nous sommes là pour l'aventure et pour nous accomplir», explique Chris de Jong, un informaticien canadien de 28 ans alors qu'il attend avec son amie sous la tonnelle qui couvre la cour du bureau des pèlerins pour obtenir la célèbre «Compostela», ou certificat de pèlerinage.«J'en avais assez de mon travail et j'avais besoin de réfléchir», témoigne pour sa part Ashley Heekyung Ha, publicitaire Sud-coréenne de 30 ans, en arrivant, épuisée, à l'auberge de Ribadiso, située à environ 40 km de Saint-Jacques, sur le chemin français, le plus ancien des sept trajets et le plus emprunté. «J'avais besoin d'être dans un lieu où je pourrais à la fois m'explorer et découvrir quelque chose d'inconnu», ajoute-t-elle.Installée entre les murs en pierre d'un ancien hôpital pour pèlerins datant du XIIIème siècle, l'auberge de Ribadiso accueille 62 hôtes qui laissent à ses portes leurs chaussures de marcheurs pour reposer pieds et genoux usés par des étapes de 20 ou 30 km les menant à travers champs, forêts, hameaux ou villes. «Auparavant, le pèlerin dormait dans les granges, les églises, sous les porches et il se baignait dans les rivières», explique sa responsable, Dolores Agra, tout en annonçant aux nouveaux arrivés que l'auberge affiche déjà complet, conséquence du succès grandissant de ce pèlerinage.«Aujourd'hui, ils demandent si nous avons du Wi-Fi», remarque-t-elle devant l'une des salles communes où une dizaine de téléphones portables sont branchés pour recharger, eux aussi, les batteries avant la prochaine étape. AFPles plus partagés1Hamon : «La rigueur budgétaire ne peut être un but en politique»2L'exécutif «explore» la piste d'une hausse de la TVA3454 sans-abri morts en 2013 en France, dont 15 enfants4Filippetti : «Faudrait-il que nous nous excusions d'être de gauche ?»5Il n'y a pas qu'à Ferguson...6«On ne peut plus exclure une dissolution»7Libye: 170 corps de migrants africains retrouvésécouter LibéRadioSociaux démocrate : la jeune garde 01:38L'édito par Laurent Joffrin 00:39L'annonce du Gouvernement depuis la rédaction  02:53Bande-annonce 03:03Archive 02:06Qui est ce britannique, suspecté d'avoir décapité un américain ? 02:49Le portrait de Allessandro di Giuseppe 02:06Le plus 01:12Le choix des abonnés1«Toutes les conditions sont réunies pour que l'épidémie d'Ebola s'emballe» Interview Par Eric Favereau2Immobilier : la loi Duflot a bon dos Décryptage Par Tonino Serafini3Hollande a mis le doigt dans l'engrenage Récit Par Lilian Alemagna et Grégoire BiseauFeuilleter le journalAbonnez-vous à Libérationdécouvrez nos offres d'étéS'abonnerRecevoir la newsletterL'actu Libé tous les matins par emailAnnonces shoppingApprenez une langue avec BabbelCours de langues par Internet 12 langues disponibles sur PC et tablettes, méthode efficace et maintes fois primée Je découvreLa boutique de LibéSteve Jobs - 30x40cmUne - tirage photographique professionnel39EURLe meilleur de LibéAnciens numéros, hors-série, collectorsA partir de 9,90EURPlus de produitsTop recherche en live avec OrangeA la une de Libération1Hausse de la TVA : le mail qui montre que le gouvernement y réfléchit2Lagarde: sa mise en examen n'est pas qu'une mauvaise nouvelle3Hollande appelle à répondre aux attentes et réduire les déficits4Vallaud-Belkacem promue à l'Education, la droite se déchaîne5Qui sont les ministres du gouvernement Valls II ?6Passation Montebourg-Macron: mots et piques7L'UMP se penche sur sa stratégie en cas de dissolutionLeçons de cuisine avec QOOQApprenez à cuisiner en vidéo 1 mois offert sur QOOQ pour cuisiner comme un chef J'en profiteCours d'anglais avec GymglishCours d'anglais par Internet Testez gratuitement nos cours d'anglais pendant 1 mois. J'en profiteRencontres sérieuses avec ParshipTrouvez l'amour Rencontrez des célibataires qui vous correspondent avec Libé.fr et Parship Je découvreAbonnez-vous à Libérationdécouvrez nos offres d'été Le quotidien chaque jour chez vous Libé sur iPhone, iPad et Android Accès illimité aux archives S'abonnerLibé sur le webSuivez l'actualité en temps réelTwitterFacebookGoogle+RSSRecevoir la newsletterRecevez l'actu Libé tous les matins par emailLibé boutiqueBarack ObamaTirage photo professionnel39EURToute la boutiqueLiberationPolitiqueSociétéMondeEconomie / EcofuturCultureNextIdéesVidéoPhotoRadioNextBeautéMusiqueCinémaModeAutoDesign&ArchiArtsLa nuitÉcransNous sommes un journalVu sur le wwwInternetTélévisionJeux vidéoPresseRadioHigh-techChronophagesPodcastsServicesGérez votre abonnementEmploiRencontrePetites AnnoncesCours d'AnglaisShoppingAnciens NumérosContactPublicitéLicenceDonnées personnellesConditions générales de vente et d'utilisationSite hébergé par Pilot SystemsRSS© Libération