À pied jusqu’à JérusalemÀ pied jusqu’à Jérusalem À pied jusqu’à RomeÀ pied jusqu’à Rome Compostelle info

Compostelle, le chemin médiéval à l'heure du wi-fi - LibérationSe connecterS'inscrireSe déconnecterLe journalLa bibliothèqueLe club abonnésLes rubriquesRechercherMon profilLibéradioRechercheSe déconnecterSe connecterS'inscrireLe journalLa bibliothèqueVoyagesVoyagesJournal numérique 2 septembre 2014Abonnez-vous offre de rentréeFeuilleterRechercherPolitiqueSociétéMondeÉconomieCultureNextIdéesBlogsVidéoPhotoRadioPlus...SportsLivresEcoFuturTerreThéâtreVoyagesÉcransSciencesSexe & genreVousDésintoxTchatsForums thématiquesÉvénementsL'actu du tourismeGrandes destinationsVacancesMontagnes et randonnéesVoir et lireConcours Libé ApajBlogsAccueil>Voyages>Montagnes et randonnéesCompostelle, le chemin médiéval à l'heure du wi-fi AFP 2 septembre 2014 à 09:31 Facebook :FacebookTwitter :TwitterGoogle+ :Google+Envoyer :MailImprimer cet articleImprimerLire sur le readerMode zenSelfie sous la pluie. ( Ridha Dhib / Flickr)RANDONNÉEESMalgré la douleur provoquée par huit jours de marche, Federica Simonetto sourit et se prend en photo pour la mettre en ligne... Sur le même sujetPassion rando GR65, Compostelle, un chemin d'humanité 2,90EUR / offert aux abonnés Carnets de route Les récits des finalistes du concours Libération Apaj 2014.Entre nouvelles technologies et efforts centenaires, les pèlerins du XXIe siècle alimentent en masse la tradition médiévale du Chemin de Compostelle. «Je prends une ou deux photos par jour et dès que je trouve du wi-fi, je les mets en ligne sur les réseaux sociaux», explique cette infirmière italienne de 38 ans, en posant à côté de l'une des dernières bornes qui jalonnent ce chemin millénaire dans le nord de l'Espagne.Les chevilles endolories pendant la moitié de son périple, elle a parcouru 200 kilomètres avec une amie.«Mais je prends des médicaments et je continue à marcher», affirme-t-elle en riant, pendant qu'à ses côtés passent des dizaines d'autres pèlerins s'aidant de bâtons, gourdes et traditionnelles coquilles Saint Jacques accrochées à leurs sac à dos marquant le rythme de leur pas.Comme elle, de plus en plus d'étrangers, dont beaucoup de jeunes équipés des derniers modèles de «smartphones», convergent chaque année vers l'imposante Cathédrale de Saint-Jacques.«Les pèlerins européens viennent depuis des siècles mais nous voyons désormais la présence de nouvelles nationalités augmenter énormément, comme les Coréens, Japonais et Américains», explique Inma Tamayo, chargée d'accueillir les marcheurs au bureau des pèlerins, à Saint-Jacques.Attirés par un voyage peu coûteux, - entre marche à pied et auberges -, pour les Espagnols frappés par la crise depuis six ans, ou les grandes campagnes de publicité faite à l'étranger, jusqu'en Australie, Corée du Sud ou Brésil, pour les autres, leur nombre a plus que doublé en près d'une décennie. Ils étaient 93.924 en 2005, dont 43,7% d'étrangers et 215.880 en 2013, dont moins de la moitié (49%) était Espagnols.«Au Japon, le Chemin est très connu!», s'exclame Ryoichi Fujioka, retraité de 64 ans. Après avoir parcouru 780 kilomètres depuis Saint-Jean-Pied-de-Port, dans le sud-ouest de la France, il vient d'arriver au pied de la Cathédrale où, selon la tradition chrétienne, se trouvent les reliques de Saint Jacques devant lesquelles se recueillent les pèlerins depuis le XIème siècle.Nouvelles habitudesSi les Allemands et les Italiens sont depuis longtemps les plus nombreux parmi les étrangers, les Américains ont nettement augmenté leur présence, notamment depuis la diffusion en 2010 du film «The Way, La Route ensemble» qui suit l'acteur Martin Sheen, dont le père était Galicien, sur le chemin. «Cela a marqué un point d'inflexion», admet Nava Castro, responsable du Tourisme au gouvernement de Galice.Les motivations aussi ont changé chez des pèlerins, qui ne suivent plus, pour beaucoup, un appel purement religieux.«Nous sommes là pour l'aventure et pour nous accomplir», explique Chris de Jong, un informaticien canadien de 28 ans alors qu'il attend avec son amie sous la tonnelle qui couvre la cour du bureau des pèlerins pour obtenir la célèbre «Compostela», ou certificat de pèlerinage.«J'en avais assez de mon travail et j'avais besoin de réfléchir», témoigne pour sa part Ashley Heekyung Ha, publicitaire Sud-coréenne de 30 ans, en arrivant, épuisée, à l'auberge de Ribadiso, située à environ 40 km de Saint-Jacques, sur le chemin français, le plus ancien des sept trajets et le plus emprunté.«J'avais besoin d'être dans un lieu où je pourrais à la fois m'explorer et découvrir quelque chose d'inconnu», ajoute-t-elle.Installée entre les murs en pierre d'un ancien hôpital pour pèlerins datant du XIIIe siècle, l'auberge de Ribadiso accueille 62 hôtes qui laissent à ses portes leurs chaussures de marcheurs pour reposer pieds et genoux usés par des étapes de 20 ou 30 km les menant à travers champs, forêts, hameaux ou villes.«Auparavant, le pèlerin dormait dans les granges, les églises, sous les porches et il se baignait dans les rivières», explique sa responsable, Dolores Agra, tout en annonçant aux nouveaux arrivés que l'auberge affiche déjà complet, conséquence du succès grandissant de ce pèlerinage.«Aujourd'hui, ils demandent si nous avons du wi-fi», remarque-t-elle devant l'une des salles communes où une dizaine de téléphones portables sont branchés pour recharger, eux aussi, les batteries avant la prochaine étape. AFPMontagnes et randonnéesPourquoi faire appel à un guide de haute montagne?Décryptage Par Eliane PatriarcaLignes de fuite à travers les Pyrénées Les chemins de la libertéRésistants, Juifs, militaires alliés: pour fuir le nazisme et rejoindre l'Espagne, ils furent des dizaines de milliers à traverser la chaîne des Pyrénées, tentant de s'évader par des sentiers parfois impitoyables. Récit. Par Jean-Pierre PerrinVivian Bruchez. Fondu du pentuportraitChamoniard classique, ce skieur de pente raide est aussi un guide de haute montagne très au fait des dangers désirés. Par Eliane Patriarca«Si on se trompe, on meurt avec nos clients»RencontreA l'occasion de la sortie des «Enfants du Mont-Blanc» aux éditions Guérin, entretien avec Julien Pelloux, guide et chercheur, et Pascal Chappeland, président du bureau des Guides de Saint-Gervais. Par Eliane Patriarcales plus partagés1Il faut condamner les attaques contre Najat Vallaud-Belkacem2En froid avec l'Occident, Poutine lance le chantier d'un gazoduc vers la Chine3Adolescent violemment agressé car «fils de flic»: 3 mises en examen4Le videur du Berghain recruté par Hugo Boss5A Puteaux, les cartables, c'est bleu pour les garçons et rose pour les filles 6Indonésie: deux journalistes français risquent un procès et la prison7Un prince bahreïni accusé de torture, pas inquiété par la Franceécouter LibéRadioMinistère de l'Education cherche professeurs 01:21L'édito par François Sergent 00:51Rentrée, le manque de profs 02:46Bande-annonce 02:05Archive 01:34A Grenoble, le maire écolo veut encadrer les loyers 03:29Le portrait de Jean-Michel Lambert 02:28Le plus 00:32Le choix des abonnés1Mara Goyet. La rentrée délasse portrait Par Anne Diatkine2A Strasbourg, Julie Brochen s'accroche Théâtre Par René Solis3Eoliennes : l'armée vent debout Enquête Par Coralie SchaubFeuilleter le journalAbonnez-vous à Libérationdécouvrez nos offres de la rentréeS'abonnerRecevoir la newsletterL'actu Libé tous les matins par emailAnnonces shoppingApprenez une langue avec BabbelCours de langues par Internet 12 langues disponibles sur PC et tablettes, méthode efficace et maintes fois primée Je découvreLa boutique de LibéSteve Jobs - 30x40cmUne - tirage photographique professionnel39EURLe meilleur de LibéAnciens numéros, hors-série, collectorsA partir de 9,90EURPlus de produitsTop recherche en live avec OrangeA la une de Libération1Irak : «Les hommes ont été fusillés par groupes de cinquante»2A Clichy-sous-bois, Hollande rentre en numérique3Rebsamen ressort le bâton contre les chômeurs pas assez motivés4Laurent Fabius, défenseur (trop) zélé du travail du dimanche5A quoi va ressembler la nouvelle semaine des écoliers ?6Un chocolatier retire ses spécialités «bamboula» et «négro»7Valérie Trierweiler publie un livre sur sa vie à l'ElyséeLeçons de cuisine avec QOOQApprenez à cuisiner en vidéo 1 mois offert sur QOOQ pour cuisiner comme un chef J'en profiteCours d'anglais avec GymglishCours d'anglais par Internet Testez gratuitement nos cours d'anglais pendant 1 mois. J'en profiteRencontres sérieuses avec ParshipTrouvez l'amour Rencontrez des célibataires qui vous correspondent avec Libé.fr et Parship Je découvreAbonnez-vous à Libérationdécouvrez nos offres de la rentrée Le quotidien chaque jour chez vous Libé sur iPhone, iPad et Android Accès illimité aux archives S'abonnerLibé sur le webSuivez l'actualité en temps réelTwitterFacebookGoogle+RSSRecevoir la newsletterRecevez l'actu Libé tous les matins par emailLibé boutiqueBarack ObamaTirage photo professionnel39EURToute la boutiqueLiberationPolitiqueSociétéMondeEconomie / EcofuturCultureNextIdéesVidéoPhotoRadioNextBeautéMusiqueCinémaModeAutoDesign&ArchiArtsLa nuitÉcransNous sommes un journalVu sur le wwwInternetTélévisionJeux vidéoPresseRadioHigh-techChronophagesPodcastsServicesGérez votre abonnementEmploiRencontrePetites AnnoncesCours d'AnglaisShoppingAnciens NumérosContactPublicitéLicenceDonnées personnellesConditions générales de vente et d'utilisationSite hébergé par Pilot SystemsRSS© Libération