Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Livres > Les cavaliers de la steppe > Carnet de voyage > Feuilleter le carnet > Élevage et pâturages…
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Élevage et pâturages…

Pour traire les juments, l’homme approche un poulain du pis de sa mère pour « amorcer la pompe », puis l’éloigne afin de laisser la femme traire l’animal. La traite est un travail de femme : un homme ne s’y commettrait jamais.

À la campagne, apparemment, la femme s’occupe de tout, tant à la maison que pour l’élevage des troupeaux (traite, tonte etc.) ; l’homme est plutôt berger, mais il semble passer une bonne partie de son temps à posséder le troupeau et à boire l’aïrak !

Pendant le régime communiste, et dans le plus pur style de la répartition soviétique du travail, telle famille élevait des chevaux, telle autre des moutons, et ainsi de suite. Lors de la privatisation, le régime a réparti le cheptel suivant le nombre de bouches à nourrir dans chaque famille, et on a donné un peu de chaque espèce à chacun, de manière à ce que tous puissent vivre plus ou moins en autosuffisance. Les nomades vendent le bétail, la laine, les peaux, et font aussi du troc. Depuis la privatisation, l’exode rural s’est quasiment arrêté mais les réformes achoppent sur un point important : la terre ; pour l’instant elle reste encore propriété de l’État et dans la pratique, elle est régie par des coutumes anciennes sur les lieux de nomadisation et les pâturages. Attribuer la terre à des « propriétaires » bouleverserait la vie de la steppe.

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Diaporama de personnes (1) d’un voyage à pied de Paris à Rome, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Mongolie, les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan - La société mongole

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Les mosquées d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Photos du nord de la Suisse - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Textes d’auteur aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre - par pays

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Galeries de photos de la route - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Une vie de pèlerin d’après un manuscrit du moyen-âge (1) Bande dessinée du pèlerin - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

La Croix - Pèlerin d’occident
21 avril 2018, 12 h 05
Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Revue de presse - Critique (1) du journal « La Croix » à propos de « Pèlerin d’Occident » - récit d’un voyage à pied de Paris à Rome, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois.

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Temple d’Erdene Zuu - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Le film ‘Alexandre le Grand’ de Robert Rossen, avec Richard Burton, est un péplum peu convaincant sur le thème de la relation difficile entre le roi Philippe de Macédoine et son fils Alexandre



<