Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Livres > Aux sept coins du monde
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Aux sept coins du monde

Au seuil de la petite enfance émerge le souvenir du premier grand voyage : à cinq ans, émerveillé à en devenir malade, j’accompagnai mes parents pour une traversée de l’Europe vers la lointaine Scandinavie. Cette année-là, mon père continua vers le Nord et parcourut la Laponie à pied. Si j’étais trop jeune alors pour une telle aventure, elle s’ancra néanmoins pour longtemps dans mes rêves de gamin tandis que s’ouvraient déjà des horizons nouveaux : au retour de ces grandes vacances, ma mère m’apprit à lire et à écrire ; peu à peu elle me transmit sa passion pour la littérature, et à travers les livres mon imagination arpenta le vaste monde.

Plus tard, lorsqu’au fil des ans, je partis pour de bon, visitant même davantage de pays que je n’ai d’années, mon sac de voyageur s’allégea progressivement des fardeaux inutiles, mais une poignée de livres sans cesse renouvelée m’accompagna toujours jusqu’au bout de la Terre.



Il y a sept ans, je bouclai mon premier tour du monde : rien d’héroïque, pas vraiment d’aventure exceptionnelle digne des grands explorateurs. Seulement un voyage de six semaines à grandes enjambées, sans histoires et presque ordinaire : Paris, Singapour, Hong-Kong, Hawaï, New-York, Paris. Et cependant, je mis plusieurs semaines à m’en remettre. Non pas tant à cause de la fatigue physique mais plutôt parce que presque sans m’en apercevoir j’avais accompli un rêve : le tour de la Terre. Partir ainsi vers l’est et avancer, avancer toujours jusqu’au bout du monde pour retrouver loin devant le port d’attache que l’on a laissé en arrière, c’était le rêve de Vasco de Gama, c’est l’illusion enivrante, en traçant le minuscule fil de son voyage autour du globe, de posséder la Terre tout entière à l’intérieur de sa paume.

Quelques années auparavant, je traversai l’Atlantique en bateau, passai le canal de Panama et continuai jusqu’aux îles des mers du Sud pour un périple qui me semblait un songe. À chaque fois, au-dessus de la réalité, je chevauchais les rêves qu’avaient nourri les lectures des jeunes années et qui paraient le monde d’un mystère fascinant. Découvrir, creuser le mystère, trouver à travers la vie des autres ce que l’on cherche sur soi-même, apprendre : voilà des raisons s’il en fallait pour arpenter le monde.

Je m’étais souvent demandé comment les grands navigateurs pouvaient un jour poser leur sac à terre pour de bon et sans regrets ; je me disais qu’il ne fallait jamais arriver au bout de la route, jamais atteindre le sommet, de peur d’y trouver seulement un grand vide. Mais les confins du monde n’ont pas bougé : ils se trouvent toujours loin devant, en ce même point de l’horizon ou les rails se rejoignent, et après tant de milles parcourus, il reste encore tellement à apprendre que la soif de découverte reste intacte. Et puis, au cours de tant de voyages, j’ai côtoyé la vie, tout simplement : elle n’est pas si différente ailleurs car tous les hommes partagent les mêmes questions essentielles. Voilà ce qui subsiste : la vie ; tout le reste, les coutumes, la langue, les paysages ne sont que la toile de fond de l’existence. Alors, tout à coup, l’on découvre autour de soi, dans la vie quotidienne que l’on méprise souvent en la qualifiant d’ordinaire, une richesse infinie qui n’a rien à envier à cet ailleurs du bout du monde qui nous attire tant.

Paris - décembre 1998

Cet album photographique a été réalisé avec le soutien de la Banque Paribas.

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

L’orage - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Christophe Colomb - Journal de bord - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Photos d’églises - Galerie 2 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

« Ah, cette saloperie de voile !… » - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Les pèlerins vont aussi là où sont les « corps saints », là où miracles et signes rendent accessible une présence et où sont édifiés hospices et églises pour l’accueil du pèlerin - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Diaporama d’inscriptions d’un voyage à pied de Paris à Rome - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Le syndrome de Jérusalem, sorte de bouffée délirante issue d’un choc émotionnel non maîtrisable lié à la proximité des Lieux saints - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Syrie méridionale et Jordanie - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Le lama des montagnes - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

L’enceinte des places de sûreté que l’armée d’Alexandre le Grand improvisait en marchant, se composait d’un fossé peu profond couronné de remparts de boue; la moindre inondation vint souvent balayer à la fois les murailles et la ville



<