Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Rome > Routes > Création des routes
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Création des routes de pèlerinage

Principales routes de pèlerinage vers Rome

Principales routes de pèlerinage vers Rome

L’existence de voies « officielles » de pèlerinage (par exemple, la Via Francigena calquée sur le seul voyage de l’évêque anglais Sigéric en 990) relève plus de la fiction que de l’exactitude historique, car en fait, chaque pèlerin part de chez lui, va à Rome et en revient par les voies les plus commodes et les plus proches. Ainsi se définissent des itinéraires très fréquentés et une myriade de parcours secondaires motivés par la curiosité ou le désir de ne pas négliger la visite de telle ou telle relique insigne en marge du parcours.

Il y a ainsi des vie Romee dans toutes les régions, et dans chaque région, il y en a plusieurs. Choisir l’une ou l’autre comme exemplaire se situe quelque part entre la convention et le choix arbitraire.

Le legs des voies romaines

Voie romaine

Les pèlerins se déplaçaient le long de voies déjà tracées et n’en ont pas ouvert de nouvelles. Ils empruntaient soit les grands axes de l’Empire romain (ou ce qu’il en restait), soit les routes secondaires, voire les chemins reliant les diverses implantations humaines. Au Moyen Age, quand elles commencèrent à accueillir les pèlerinages, les routes romaines manquaient d’entretien, les pavés étaient enfouis ou arrachés, les ponts écroulés. Les fleuves devinrent des obstacles dangereux et infranchissables pour des gens qui, dans la plupart des cas, ne savaient pas nager. Ils imposaient de longs détours pour trouver les gués. C’est pourquoi, par exemple, passer par Pavie, où se trouvait un pont de barques, était presque inévitable.

En Italie, les grands itinéraires étaient ceux des Romains : la via Appia (Rome-Naples), la via Appia Traiana (Naples-Foggia-Brindisi), la via Flaminia (de Rimini à Rome), la via Cassia (Rome-Cesena), la via Aurélia vers la mer Tyrrhénienne, la via Emilia (de Plaisance à Rimini).  Haut de page

Obstacles naturels

Aujourd’hui, on s’efforce de comprendre la raison de certains plassages, pourquoi on n’allait presque jamais tout droit il suffit de rappeler que l’Italie et l’Europe étaient beaucoup plus boisées qu’aujourd’hui, et comportaient de larges zones marécageuses. Sur les montagnes, il y avait la forêt, et dans les vallées, les marais les voyageurs, et donc les pèlerins, suivaient plus souvent les lignes de crête, pour redescendre ensuite rapidement dans les villages de la vallée. Le pèlerin se préoccupait de la sécurité de la route, des possibilités de s’arrêter, de manger et dormir, éventuellement de changer de monture. Il suffisait que soit créé un gîte d’étape pour rendre un parcours préférable à un autre, il suffisait d’un signal plus clair, d’un col un peu plus sûr.  Haut de page

Routes de chrétienté

À partir de la première année sainte en 1300, l’indulgence plénière rameute toutes les populations, et les villes italiennes se voient confrontées à une masse de gens venus à cause des indulgences recherchées pour l’expiation de leurs propres péchés. Les jubilés qui s’enchaînent de cinquante puis de vingt-cinq en vingt-cinq années ne cessent de transformer l’Italie et surtout Rome en une gigantesque auberge. Les problèmes de ravitaillement, de santé et de sécurité sont importants et les responsables commencent à prendre des mesures et à prévoir des cartes, des itinéraires, et des lieux de résidence. Les mappemondes et les dessins, les plans et les croquis commencent à traiter l’espace en fonction de ce fait pèlerin. Les routes sont balisées. Et là encore la référence n’a pas été la voie militaire romaine, mais la route chrétienne reliant les abbayes, les chapelles et tous les lieux de piété du monde occidental.

d’après F. & G. Lanzi, Les pèlerinages romains, Bayard Editions–Centurion, 1999

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Les tours du silence - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Mongolie : galerie de photos pour lemode de vie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

La Bruyère - Les Caractères - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

De la rivière Zayandeh au quartier arménien d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

À l’époque de la colonisation, Alexandre le Grand est invoqué pour son œuvre civilisatrice en Orient : Nous demanderons au héros macédonien une leçon de colonisation qui, pour être vieille de plus de deux mille ans, est néanmoins pour nous, aujourd’hui surtout, d’une brûlante actualité

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos diverses - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Bertrandon de la Broquière - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Éloge de la virginité dans l’art - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Élu en 1519 à la tête du Saint-Empire romain germanique, Charles-Quint dut attendre dix-sept ans avant que les circonstances politiques ne lui permettent d’envisager le Römerzug, cette « chevauchée romaine » qui apporte le sceau papal à sa sou - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<