Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Rome > Le livre > Extraits > Au col de Surenen
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Au col de Surenen - Alpes bernoises

Refuge du col de Surenen

Au col de Surenen – 2 291 mètres, indique un panneau avec une précision toute suisse –, la splendeur du paysage saisit. Vers l’est, le regard plonge au-delà des pentes boisées en direction du lac d’Uri aux eaux vertes, de l’étroite surface cultivée et du village d’Altdorf, nouveau Lilliput où les hommes ne mesurent probablement pas plus de 6 pouces, derniers habitants d’une Suisse encore riante. À l’ouest, plus une seule âme. Un enchevêtrement de versants, de falaises déchiquetées, d’éboulis parsemés de névés, de pics blanchis et de pentes couvertes d’une herbe rase qui s’effondrent en dessinant une vallée glaciaire dominée par le lointain Titlis coiffé de glace, tandis que, de chaque côté du col, des sommets de près de 3 000 mètres montent la garde à l’entrée du royaume.

Voilà : j’y suis enfin, à cette porte tellement redoutée ! Point de neige pour me barrer la route, ou si peu, grâce à la chaleur des trois derniers jours. Cependant, je l’ai échappé belle car, la semaine passée, d’après le livre d’or du refuge, deux Autrichiens ont été bloqués ici par une tempête.

Il faudrait plutôt l’appeler Hütte, cette robuste construction de bois qui excède à peine la taille d’une cabane, à quelques mètres en contrebas du col, et dans laquelle je décide de passer la nuit. Dans l’unique pièce de 4 mètres sur 3, un banc fixé au mur court sur trois côtés ; devant : une table aux pieds de bouleau dont on n’a pas enlevé l’écorce, et un autre banc en vis-à-vis. Un miroir ébréché au mur, une armoire à pharmacie – « Ne s’en servir qu’en cas d’urgence » –, une poubelle et une urne cadenassée pour les donations. Trois restes de bougies éméchées à force d’avoir brûlé, et pas d’allumettes. Au-dessus de la fenêtre ornée de rideaux à petits carreaux rouges et blancs qui s’ouvre en direction d’Engelberg, un crucifix. C’est tout. Que demander de plus ? De l’eau ? À dix pas, le ruissellement des congères se termine en cascade pour la douche glacée du matin, tandis qu’un peu plus loin un névé s’épuise en reflets mouillés et donne à ce coin de montagne des airs de vasière à marée basse.

Du fond de la vallée monte un tintinnabulement ininterrompu de clochettes de mouton. Venant d’ailleurs, de nulle part, les notes plus ventrues des sonnailles des vaches. Oubliant la servitude des kilomètres, je consacre la fin d’après-midi à goûter ce paysage d’exception en compagnie de marmottes au pelage gris qui promènent leur frimousse curieuse entre les rochers. Comme elles, je paresse au soleil finissant et en profite pour achever les Promenades dans Rome. Ce cirque vaut bien le Colisée de Stendhal… Quant au volume, il partira dès demain par la poste pour l’Italie.

À 19 heures, plus un seul randonneur car la civilisation se situe à plus de quatre heures de marche de chaque côté. Le lieu est si sauvage que cela pourrait être quatre ans. Ah ! s’ils savaient, ces marcheurs à la petite journée, dans quel luxe je vais passer la nuit ! Qu’importe la dureté des bancs sur lesquels je vais tenter de dormir… L’obscurité a noyé les vallées. Les troupeaux sont rentrés à l’étable, puis le crépuscule s’est mué en noirceur. Là-haut, les sommets se découpent en ombres chinoises sur le ciel d’encre, le vent siffle et les étoiles s’allument au firmament. Ce soir, la montagne entière m’appartient.

,

cf le livre Pèlerin d’Occident pp. 78-79   Pèlerin d’Occident - La première page du récit Pèlerin d’Occident

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Les tours du silence - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos du sud-est des Pouilles - Galerie 4 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Mongolie : galerie de photos pour lemode de vie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

La Bruyère - Les Caractères - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

De la rivière Zayandeh au quartier arménien d’Ispahan - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

À l’époque de la colonisation, Alexandre le Grand est invoqué pour son œuvre civilisatrice en Orient : Nous demanderons au héros macédonien une leçon de colonisation qui, pour être vieille de plus de deux mille ans, est néanmoins pour nous, aujourd’hui surtout, d’une brûlante actualité

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Photos diverses - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Bertrandon de la Broquière - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Éloge de la virginité dans l’art - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Élu en 1519 à la tête du Saint-Empire romain germanique, Charles-Quint dut attendre dix-sept ans avant que les circonstances politiques ne lui permettent d’envisager le Römerzug, cette « chevauchée romaine » qui apporte le sceau papal à sa sou - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<