Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Le roman
Vous êtes ici : Accueil > Cap Horn > Navigation > Le passage du cap Horn > D'Est en Ouest
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

D’Est en Ouest, contre les vents dominants

Trois-mâts en fuite dans la tempête

Les capitaines mettaient leur bâtiment en état de soutenir la bataille dès la latitude du Rio de la Plata : on dégréait les voiles de beau temps pour les remplacer par de la « chemise bonne sœur », raide comme tôle. Deux jours de dur labeur pour les matelots et les gabiers, secoués dans la mâture par les coups de tangage : un avant goût et une mise en train.

Les grosses brises de l’ouest empoignaient les navires venant de l’Atlantique une fois passé les Malouines. Dès lors, la traversée devenait une lente progression à coups de bordées, vent devant. Si le temps était favorable on louvoyait ainsi, sous la misaine et les huniers fixes, pendant deux bonnes semaines avant de doubler le cap, tout en serrant la côte d’aussi près que possible, afin d’éviter le courant qui porte à l’est.

Mais ce lent cheminement en zigzag était souvent interrompu par la tempête il fallait réduire la voilure et courir pendant des semaines entières au gré des éléments. Ou alors on souquait le navire pour tenter de passer, on remplaçait une voile sitôt qu’elle partait en lambeaux, et l’on prenait le risque d’être démâté ou de tomber en avarie à force de buter la lame.

S’il échappait au naufrage, le navire perdait régulièrement, en virant lof pour lof — c’est-à-dire de bord, vent arrière —, deux ou trois des milles qu’il venait de gagner pouce par pouce. Quelquefois, les choses allaient moins bien encore et la mer imposait aux bâtiments une allure de fuite à laquelle ils ne pouvaient soustraire. Il fallait alors se signer à courir à contresens, quitte à perdre trois mois de navigation en refaisant le tour du monde par le cap de Bonne-Espérance ; ou bien on tentait le tout pour le tout en forçant de voile, manœuvre dangereuse, à la merci d’une lame plus monstrueuse que les autres, capable d’envoyer d’un coup le navire par le fond.

L’effroyable réputation du cap Horn date de ce temps où, les impératifs commerciaux imposant la route la plus courte, les marins au long cours de toutes les flottes du monde devaient en affronter les périls et, pour des centaines d’entre eux, payer de leur vie le droit de passage. Mais c’est aussi à ce prix que la connaissance de la mer et la construction navale firent en quelques années de fulgurants progrès. Haut de page

Des passages épiques

Le passage du cap Horn par le trois-mâts La Rochejaquelein en octobre 1909

Route tenue par le trois-mâts nantais La Rochejaquelein, en octobre 1909, pour doubler le cap Horn
(Scéma d'après les notes du commandant Bourges, alors second du bord.)

En 1904, le quatre-mâts américain « Edward Sewall » affronta un tel mauvais temps de face qu'il lui fallût près de trois mois – de mars à mai – pour passer le cap Horn. Cinq ans plus tard, à partir d'octobre 1909, le trois-mâts nantais La Rochejaquelein s’obstina durant plus de deux mois avant de réussir à franchir le Horn.

Parfois, face aux vents contraires et au mauvais temps, des capitaines décidaient de rebrousser chemin en direction du cap de Bonne-Espérance et de s'engager dans un tour du monde pour rejoindre San Francisco par l'Océan Indien.

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Photos d’églises - Galerie 2 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

« Ah, cette saloperie de voile !… » - Voyage en Iran, au pays des mollahs et des femmes voilées - Alexandre le Grand et l’Orient - Les conquêtes du Macédonien depuis la Perse jusqu’en Inde - Voyage au bout du monde et fusion entre les cultures - Hellénisme

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Les pèlerins vont aussi là où sont les « corps saints », là où miracles et signes rendent accessible une présence et où sont édifiés hospices et églises pour l’accueil du pèlerin - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Diaporama d’inscriptions d’un voyage à pied de Paris à Rome - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Le syndrome de Jérusalem, sorte de bouffée délirante issue d’un choc émotionnel non maîtrisable lié à la proximité des Lieux saints - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Syrie méridionale et Jordanie - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Le lama des montagnes - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

L’enceinte des places de sûreté que l’armée d’Alexandre le Grand improvisait en marchant, se composait d’un fossé peu profond couronné de remparts de boue; la moindre inondation vint souvent balayer à la fois les murailles et la ville

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Photos de nature - Galerie 2 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Per Lagerkvist - Contes cruels - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre



<