Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Rome > Le livre > Revue de presse > Onirik
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Onirik

Pèlerin d’Occident : le récit de l’aventure

« La durée du voyage à pied, c’est le phrasé qui transforme du solfège en musique.« 

Le texte de ce récit est l’illustration de ce bel aphorisme. L’auteur, François–Xavier de Villemagne au nom prédestiné (‘Magna Villa’) est un pèlerin original autant qu’un marcheur non conventionnel : pèlerin qui veut rejoindre Rome depuis Paris seulement après être descendu tout en bas de la Botte, et marcheur qui chausse des sandales de préférence à des godillots, comme lors de précédente marches de Paris à Jérusalem ou encore dans le Hindu Kush du nord du Pakistan !

Dès lors, l’originalité de l’homme se retrouve dans le regard qu’il porte sur le monde et sur le sens de son périple comme en atteste cette citation en exergue.

Les raisons de son départ sont dites au fil des pages et l’on comprend qu’aucune ne supplante les autres. Pourtant une résume toutes les autres et elle a pour nom Peggy, une Américaine rencontrée à Jérusalem à l’issue de son précédent pèlerinage, qui lui avait écrit : « Forget you ! [T’oublier !] Comment pourrais–je oublier ton regard ?. » Et c’est pour recouvrer ces yeux clairs lavés par huit mois de marche et ce regard «  simple, clair, posé, dense, profond« où l’on lisait la vérité que François–Xavier de Villemagne repartit.

Autant le récit du premier pèlerinage Pèlerin d’Orient, à pied jusqu’à Jérusalem montrait un homme « malheureux comme une pierre« qui se défaisait longuement de ses cuirasses, autant ce pèlerinage–ci emporte l’adhésion pour cet homme plus en paix avec lui–même et qui pour cette raison décrit les personnes rencontrées non pour ce qu’elles lui apportent mais pour ce qu’elles lui permettent de comprendre de leurs vérités.

Ainsi une Suissesse à qui il annonce qu’il priera pour elle à Rome lui répond–elle avoir essayé plusieurs fois de croire sans avoir jamais réussi. Et François–Xavier de Villemagne de relever une sorte de regret, « peut– être aussi l’envie devant ceux qui ont reçu la grâce de croire. »

Plus loin, en Suisse encore, le pèlerin, accueilli par une famille de cinq enfants dont le deuxième souffre d’autisme et d’épilepsie, est saisi de la joie de vivre qui demeure dans cette famille où cet enfant–ci « semble avoir trouvé sa juste place et pas seulement la place unique. »

De même en Italie, une Mère supérieure d’un couvent où ne vivent plus que quatre moniales très âgées croule sous les tâches harassantes, matérielles et spirituelles. Elle lui déclare que les moniales ayant toujours vécu ici, leur place est là et la sienne aussi. Elle acquiesce quand il parle de bonheur, « non pas une oisiveté béate mais cette certitude intime d’être à la bonne place. J’ai l’impression d’avoir formulé… l’intuition floue d’une évidence… Et je lis la reconnaissance dans son regard. »

Cette réflexion sur la juste place est récurrente dans le récit, y compris dans ses réflexions sur la juste place de la foi dans la société des hommes. Elle lui inspire une observation riche d’enseignement à la faveur d’un débat télévisé qu’il relate ainsi : « J’ai vu les convictions de l’Eglise défendues avec force par un homme jeune, ordinaire, moderne et pas coincé, qui ne s’en laissait pas conter et dont les avis étaient respectés par ceux qui les attaquaient… Quel bol d’air pur en comparaison de la chape laïciste qui pèse sur la France ! » Vérité d’un pays, vérité des personnes.

Plus au sud encore, à Otrante, point le plus oriental de l’Italie, devant les ossements exposés de huit cents hommes qui furent décapités en 1480 pour avoir refusé d’abjurer, il se remémore les mots d’un rabbin qui en appelait à la pudeur en faisant visiter le mémorial Yad Vashem à Jérusalem où sont exposées des photos de déportés nus au bord d’une fosse d’un camp d’extermination. « Les photos qui se trouvent dans mon dos, je refuse de les regarder et je vous supplie d’agir de même. Il ne s’agit pas de nier, mais songez seulement : si c’était votre père, si c’était votre mère qui étaient là, tremblants, humiliés, à quelques secondes d’une mort horrible, accepteriez–vous de lever les yeux sur eux ? Accepteriez–vous qu’ils soient livrés en pâture au regard des autres ? » Juste place, juste regard.

Et parce que tout pèlerinage a une fin, la fin de celui–ci prépare merveilleusement au retour à la vie ordinaire par le compte–rendu d’une soirée à l’ambassade de France animée par un Français, prêtre et diplomate à la fois, que le regard affuté de François–Xavier de Villemagne croque sans rien perdre de l’affectation et de la prétention du personnage. Il est aussi permis de rire à se tordre pendant un pèlerinage !

Au final, de même que ce pèlerin a fait œuvre de poésie dans la citation en exergue, de même le récit de ce pèlerinage nous exhorte à faire de notre vie une poésie, au sens étymologique du terme grec ‘poièsis’, qui est l’acte de création.

Éric N.
Onirik - 17 février 2009

Le site d’Onirik : La Croix    Pèlerin d’Occident - La première page du récit  Pèlerin d’Occident

Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Premier bivouac dans le Gobi - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

En cours de campagne, des Macédoniens rentrent au pays. Dans le monde grec où l’état civil était embryonnaire et les registres fort mal tenus, maintenir les droits de l’absent était une gageure

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Chevalier d’Arvieux - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Hongrie - Trajet d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Galeries de photos des Abruzzes et du Molise - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Isaac Newton - Traité d’optique sur la lumière et les couleurs - Aux sept coins du monde, promenade photographique et littéraire sur toutes les mers de la terre

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Le Sacro Monte de Varallo - Galerie de photos 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident - une Terre sainte imaginaire recréée dans le Piémont italien - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

La création de l’État Israélien et les origines du conflit - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

L’arrivée au désert - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

En 1553, un cousin de Joachim du Bellay, le cardinal Jean du Bellay, est appelé par le roi Henri II, en guerre contre Charles -Quint, pour négocier avec le pape Jules III. Joachim, alors âgé de 31 ans et qui a déjà publié avec Ronsard la fameuse [...] Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<