Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Livres > Les cavaliers de la steppe > Carnet de voyage > Feuilleter le carnet > La montagne sans nom
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

La montagne sans nom

Dernière étape, dernier bivouac dans la steppe. Sous un ciel clément et dans la douce lumière dorée du soir, nous nous préparons à quitter les immensités mongoles.

Après trois heures de route nous nous arrêtons près de la Montagne-sans-nom : il ne faut pas la nommer parce que cela porte malheur ; il vaudrait même mieux ne pas camper là, mais l’heure tardive nous y pousse et nous nous réjouissons de passer cette dernière soirée dans un site magnifique. Ce soir, malgré les mises en garde contre les serpents, je couche encore à la belle étoile pour passer cette dernière nuit sous « le grand Ciel Bleu » mongol révéré sous le nom de Tengri depuis des siècles. Le lendemain, après le petit-déjeuner, nous nous arrêtons pour une dernière halte chez l’éleveur qui avait passé un bon moment avec nous la veille, celui-là même qui possède un si beau cheval. Nous distribuons nos dernières friandises, puis on nous fait demander par l’intermédiaire de Sara si nous avons des médicaments pour le grand-père qui est tombé de cheval et s’est probablement cassé une côte. Nous donnons de l’aspirine faute de mieux, et l’on nous remercie avec des fromages.



Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

En bordure du désert de Gobi - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

La Via Francigena, autrement dit la « Voie des Français », est un réseau de routes et chemins empruntés par les pèlerins venant de « France » (aussi bien l’actuel pays de France que le sud de l’Allemagne longtemps considéré comme « le pays des Français »

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Jérusalem: démographie, structures... - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Photos de bâtiments - Galerie 5 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Alexandrie: pour unifier un territoire immense tout en respectant leurs particularités, Alexandre le Grand fonde d’un bout à l’autre de l’Empire des cités qui portent fièrement son nom: fondations de caractère politique, militaire et commercial

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Photos du Piémont - Galerie 1 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Cornelius de Bruyn en Terre sainte - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

L’enlèvement de Polyxène - Extrait de « Pèlerin d’Occident », récit d’un voyage à pied de Paris jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Le sac et son contenu pour un voyage à pied de Paris jusqu’à Jérusalem - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Diaporama de Rome d’un voyage à pied de Paris à Rome - Diaporama pour Rome - 2 - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome



<