Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Pèlerin d’Orient - À pied jusqu’à Jérusalem

À pied jusqu’à
Jérusalem


Éditions Transboréal

2° édition : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
99 photographies


Recevez un livre dédicacé par l’auteur

« Je glisse la clé de l’appartement dans la boîte aux lettres. Furtivement. Comme une lettre d’amour dans laquelle on a jeté toute son âme.

Dehors, rien n’a changé. Les Parisiens vont et viennent, pressés, comme tous les matins. Chacun dans son monde, aux dimensions que je trouve aujourd’hui bien étriquées. Il y a quelques semaines, j’étais encore l’un d’entre eux. Chaque jour plus écrasé par la pression des habitudes, des futilités ronronnantes et des manquements aux rêves inaccessibles.

Un jour, ça suffit, ce n’est plus tenable. Aujourd’hui, je pars.

Seul. À pied. Vers Jérusalem. »




Recevez un
livre dédicacé par l’auteur

Pèlerin d’Occident - À pied jusqu’à Rome

À pied jusqu’à
Rome


Éditions Transboréal

Parution : janvier 2009
Prix : 22,50 €

Récit

368 pages
122 photographies









[paiement en ligne sur site sécurisé]

« Cette histoire, j’aimerais la raconter un soir à un petit bout de chou avant qu’il ne s’endorme. À cette fillette blonde, par exemple, une nièce qui a des yeux d’un bleu si clair, cerclé d’outre-mer, que j’ai donné son regard troublant à Roxane, princesse de Sogdiane, dans le roman historique sur Alexandre le Grand dont je viens d’achever l’écriture. Mon histoire, c’est seulement essayer d’offrir parfois à la vie une allure de conte de fées. Alors voilà : « Il était une fois… » […]

En somme, ce que j’aime dans le voyage, c’est la promesse. Arriver, à la rigueur, il le faut bien quand on est parti. « Être arrivé », c’est probablement le pire. Et si je préfère le voyage, c’est sans doute parce que, sur terre, les promesses sont rarement tenues. J’aurais pu citer cela comme une des raisons de partir vers Rome. J’en ai mentionné beaucoup d’autres, depuis Pavarotti jusqu’à saint Pierre, en passant par Goethe et Virgile. Mais au fond, je sais qu’une seule les résumerait toutes, et si l’on ne m’accordait qu’un mot, je lâcherais : « Peggy ».

Les récits
Vous êtes ici : Accueil > Livres > Les cavaliers de la steppe > Carnet de voyage > Feuilleter le carnet > Séance de photographie
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Séance de photographie

Dans toutes les yourtes, sur un des coffres peints de couleurs vives trônent les « trésors » de la famille, d’autant plus importants que la place est comptée : un poste de radio, un petit moulin à prières, un thermos, un objet bouddhique, et puis, presque toujours, un petit cadre surchargé de photos aux couleurs délavées ; tout l’album de la famille est là, pris sans doute par des photographes de passage.

Ce matin, après le petit déjeuner, nous prenons en photo toute la famille. Aogui et sa femme ont mis leur habit « du dimanche » ; ils posent au pied du lit du fond, la place d’honneur. Cela ressemble à une séance de photo des années 1880 : mari et femme posant très sérieusement devant l’objectif du photographe avec le meilleur décor de la maison dans le fond. Devant le succès rencontré, nous prenons d’autres photos tout aussi impayables avec d’autres membres de la famille venus des yourtes situées à quelques centaines de mètres. Aogui et sa femme nous ont reçus si gentiment que nous avions l’impression d’être chez nous.

Aogui nous offre à chacun quatre osselets en signe de chance. Nous avons donné de la pharmacie et des cigarettes car je voyais depuis quelques jours Aogui se rouler du tabac dans du papier journal pour fumer. Agnès donne un T-shirt à la belle-sœur d’Aogui, une jolie jeune femme ponant dans ses bras un enfant d’un an environ. La jeune mère revient un peu plus tard avec une barrette décorée pour Agnès. Durant toute la journée, nous avons vu les différents membres de la famille entrer, sortir, discuter et manger : père, belle-sœur, neveux et nièces vont et viennent : en apparence une grande vie de communauté.



Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Le pèlerin de Plaisance - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Où se situe la limite ? Jusqu’à quel point peut-on tenter de réaliser ses rêves ? Et s’il faut y renoncer, comment se prend alors la décision ? Quelle est ma part et quelle est la part des autres dans une décision importante qui oriente le cours de la vie ?

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Guide dans la steppe de la vallée de l’Orkhon - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Photos du sud-ouest des Pouilles - Galerie 3 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Le marcheur - Pèlerin d’Orient
20 août 2017, 17 h 33
Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Le marcheur qui a accompli un Voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Photos de nature - Galerie 11 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Avant Alexandre le Grand, les Perses en Inde ont dominé les contrées sur la rive droite de l’Indus - Tutelle lointaine, tribut et diaspora impériale perse à Taxila

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Pétrarque rapporte une aventure galante qui survint lors du premier jubilé. Agapet Colonne avait épousé une des nièces de Boniface VIII. Banni de Rome avec le reste de sa famille, il y revint déguisé en pèlerin à la faveur du jubilé et n’y resta pas oisif. Au bout de quelque temps, on rapporta au pape que sa nièce était enceinte. Plein de colère, il la convoqua aussitôt. Elle parut tremblante, honteuse et cherchant à cacher sa grossesse. - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Ludolph de Sudheim en Terre sainte - Écrits de voyageurs en Terre sainte au fil des siècles, pèlerins vers Jérusalem ou simples passants - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Israël - trajet détaillé d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem



<