Aller à la page d’accueil du site
Fermer le panneau et revenir au site

Lever de soleil sur l’Indus à la hauteur d’Attock, où le Macédonien franchit le fleuve avec ses troupes

Où se situe la limite ? Jusqu’à quel point peut–on tenter de réaliser ses rêves ? Et s’il faut y renoncer, comment se prend alors la décision ? Quelle est ma part et quelle est la part des autres dans une décision importante qui oriente le cours de la vie ?

Ces questions, auxquelles j’ai été confronté lors de mes périples à pied au long cours vers Jérusalem et Rome, et que j’ai fait vivre dans les récits Pèlerin d’Orient et Pèlerin d’Occident, j’ai souhaité les aborder de manière plus large et sous une forme romanesque.

Un épisode de la vie d’Alexandre le Grand m’en a donné l’occasion :

Après huit ans de campagnes victorieuses qui lui ont permis de balayer la puissance perse et de se tailler un gigantesque empire depuis la Macédoine jusqu’à l’Afghanistan actuel, Alexandre le Grand, fasciné par l’Inde, veut conquérir ce pays réputé pour ses merveilles, et repousser les limites du monde connu jusqu’à l’Océan extérieur qui entoure la terre. Autour de lui cependant, la révolte gronde.

Depuis les confins montagneux de l’Ouzbékistan et de l’Afghanistan actuels où il emporte de vive force une citadelle qui abrite Roxane, « la Resplendissante », la conquête de l’Inde mûrira, se précisera et s’engagera durant dix–huit mois jusqu’à la dernière limite, le moment de vérité sur les rives du fleuve Hyphase où le conquérant invaincu affrontera la volonté de la multitude et les pressions de ses compagnons. Peut–il renoncer à ses rêves sans déchoir ?

Sur la toile de fond de l’épopée alexandrine, quatre hommes et deux femmes tissent leur destin mêlé d’histoire, de questionnements et de romanesque : à des titres divers le franchissement du fleuve cristallise pour chacun d’eux un moment crucial de l’existence. Pris dans le tourbillon de la conquête, des intérêts et des passions contradictoires, chacun devra trouver sa voie et tenter de décider pour soi–même et pour les autres.


Le manuscrit, achevé, est actuellement en attente d’édition.

Le roman
Vous êtes ici : Accueil > Alexandre le Grand & l’Orient > Orient > Orient et Occident
Visite complète - PrécédentVisite complète - Suivant

Rapprochement de l’Orient et de l’Occident

Roman


Pour être averti
de la parution :


La rencontre entre Orient et Occident se reflète dans la littérature grecque bien avant l’époque d’Alexandre le Grand. Ainsi, au Ve siècle avant Jésus-Christ, le poète tragique Euripide évoque-t-il le mélange entre Grecs et Barbares dans l’Asie du Grand Roi :

« J’ai quitté les champs riches en or de la Lydie et ceux de la Phrygie pour gagner les plateaux de la Perse brûlés par le soleil, les murailles de Bactriane, le pays des Mèdes aux hivers glacés, l’Arabie heureuse et toute l’Asie, qui s’étend au long des flots salés et écumants, l’Asie où les Grecs mêlés aux Barbares peuplent des villes aux solides remparts. » (1)

Alexandre voulait s’intégrer lui-même, et les Macédoniens avec lui, à la tradition achéménide

Persépolis : le grand roi sur son trône

Alexandre se posa en successeur des Achéménides, il adopta certains éléments du cérémonial perse, il laissa subsister le système administratif perse, il maintint en place du personnel iranien, il s’efforça enfin de mettre sur le même pied ses Macédoniens et l’élite de ses vaincus iraniens : il est clair qu’il n’entendait pas imposer à l’ancien Empire perse un despotisme étranger, mais s’intégrer lui-même, et les Macédoniens avec lui, à la tradition achéménide. (2)

Toutefois, la tentative d’Alexandre pour fondre les Macédoniens et les Perses (et non, de façon générale, les Hellènes et les Barbares !) n’eut guère de lendemain.

La diffusion de l’hellénisme en Orient ne doit rien à une attitude « missionnaire » des Hellènes qui semblent bien plutôt avoir cherché à garder les distances – celles qui séparaient le peuple conquérant des peuples soumis. (2)

Avec l’alexandrinisme, il n’y a ni vainqueurs ni vaincus

La Grèce n’est pas la seule bénéficiaire des victoires militaires d’Alexandre car elles ont engendré une nouvelle civilisation fondée sur la fusion entre les modes de vie de l’Orient et de l’Occident. Avec l’alexandrinisme, il n’y a ni vainqueurs ni vaincus, mais au contraire un processus d’assimilation réciproque entre deux grandes cultures, basé sur un échange d’expériences et de valeurs partagées.

La polis, cadenassée et fermée sur elle-même, était parvenue à un état de crise chronique tandis qu’Alexandre faisait naître un grand espace culturel et commercial doté d’un système monétaire unifié dans une structure fondamentalement universaliste. Son centre vital était alimenté par les villes portuaires, c’est-à-dire les diverses « Alexandrie » fondées pour garantir un réseau très étendu de connexions qui auraient favorisé, voir rendu nécessaire, le progressif amalgame linguistique (la koiné), culturel et ethnique des populations. (3)

Stateira, princesse perse, épouse Alexandre lors des noces de Suse – Film 'Alexandre' d’Oliver Stone

Stateira, princesse perse, épouse Alexandre lors des noces de Suse – Film Alexandre d’Oliver Stone

La rapidité de la conquête a imposé la réconciliation gréco-perse

Dans toutes les villes où il était passé, ainsi que dans les cités qu’il avait fondées lui-même — à Éphèse, à Sardes, à Tyr, à Alexandrie-d’Égypte — il avait dû laisser de petites garnisons pour y maintenir l’ordre et assurer ses communications avec la Grèce. Cette façon de procéder lui avait permis de tirer le meilleur parti possible des vétérans et des éclopés qui auraient risqué, autrement, de ralentir son avance. Mais elle avait réduit d’autant le volume de ses phalanges. Leurs effectifs fondaient d’étape en étape et il ne fallait pas songer à faire venir de nouveaux renforts de Grèce avant plusieurs années.

Pouvait-il espérer tenir en respect des multitudes énormes avec une poignée de jeunes gens dont le nombre allait en décroissant et dont la moyenne d’âge ne dépassait pas vingt-quatre ans ? C’était impossible. De deux choses l’une : ou bien l’ampleur même de sa conquête l’obligerait à s’arrêter ; ou bien il fallait associer les populations autochtones à son administration.

La réconciliation gréco-perse n’était ni une chimère, ni une vue de l’esprit : c’était une nécessité. (4)

Alexandre sait gagner l’allégeance des anciens fidèles de Darius

Si les Perses constituent une communauté ethno-culturelle très homogène, ils ne sont pas constitués en nation. Leur loyauté à l’égard du Grand Roi est fondée sur des rapports d’homme à homme, qui peuvent se transférer sur un autre personnage, doué du prestige de la victoire. Dès lors que les défaites militaires s’accumulent, des hommes comme Mazée et Aboulitès, à la suite de Mithrénès, sont anxieux de conserver leur situation de prestige et leurs privilèges économiques.

Garde royal de Darius ou Xerxès - Iran - Ve siècle avant J.-C. - Musée de l’Ermitage – Saint-Pétersbourg

Garde royal de Darius ou Xerxès - Iran - Ve siècle avant J.-C.
Musée de l’Ermitage – Saint-Pétersbourg

Or, face à eux, Alexandre a compris depuis longtemps (avant même son débarquement) que la défaite politique de l’Empire achéménide passait par la reproduction des rapports dons/services, qui avaient, de tout temps, cimenté l’alliance étroite entre le Grand Roi et l’aristocratie perse - selon des modalités assez comparables à celles que l’on connaît dans la Macédoine de Philippe et d’Alexandre (cf. Arrien I, 5.4 et Plutarque, Eum. 8.12).

Celui-ci a su créer les conditions de l’adéquation entre ses propres ambitions et la volonté des nobles de ne pas disparaître dans la tourmente.

Même si un cercle d’aristocrates est resté fidèle au Grand Roi jusqu’au bout, leur attitude ne vient pas en contradiction avec la tendance générale. Le succès d’Alexandre ne se mesure pas simplement au nombre des ralliés : il a su attirer à lui des hommes qui, tels Mazée ou Aboulitès, tenaient des postes clefs dans un moment stratégique décisif, et qui donc pouvaient faire pencher le rapport de forces dans un sens ou dans l’autre. (5)

(1) Euripide - Les Bacchantes
(2) Edouard Will - Le monde grec et l’Orient
(3) Franco Ferrarotti - L’énigme d’Alexandre
(4) Jacques Benoist-Méchin - Alexandre le Grand
(5) Pierre Briant - Histoire de l’empire perse


Ajouter à mes favoris    Recommander ce site par mail    Haut de page
 



Cet article vous a plu, ou vous appréciez ce site : dites-le en cliquant ci-contre sur le bouton "J’aime" :




Sélection d’articles de la semaine :

Sélection d’articles de la semaine - article n°1

Carnet de voyage en Mongolie - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan

Sélection d’articles de la semaine - article n°2

Photos de Pompéi et d’Herculanum - Galerie 3 - Voyage à pied de Paris à Rome en passant par la Suisse et le sud de l’Italie, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerinage d’Occident : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°3

Galeries de photos d’un voyage en Iran – De la Perse de Darius et Alexandre le Grand au pays des mollahs

Sélection d’articles de la semaine - article n°4

Légendes et fictions du voyage de Jérusalem - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°5

Turquie - 5 - Galerie de photos d’un voyage à pied de Paris à Jérusalem, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Pèlerin d’Orient : à pied jusqu’à Jérusalem

Sélection d’articles de la semaine - article n°6

Hellénisation du monde : Alexandre faisait de la fusion des nationalités à la fois le moyen et le but de son œuvre de colonisation

Sélection d’articles de la semaine - article n°7

Diaporama du Piémont d’un voyage à pied de Paris à Rome - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°8

Les statistiques d’un voyage à pied de Paris à Rome, cheminement contemporain sur la route des pèlerins d’autrefois - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°9

Diaporama de nature d’un voyage à pied de Paris à Rome - Diaporama de nature - 3 - Via Francigena : à pied jusqu’à Rome

Sélection d’articles de la semaine - article n°10

Désert de Gobi - Les cavaliers de la steppe, un voyage d’aventure au pays de Gengis Khan - Désert de Gobi - 1



<